* 5 mai – Combien de complaisance pour un Rafale ?

4 milliards d’€uros empochés par l’avionneur français : de quoi pavoiser ! Certes, c’est l’argent des contribuables qui va garantir l’emprunt aux banques françaises, en espérant que dans les dix ans qui viennent, l’Egypte pourra rembourser. En attendant, trente Rafale flambant neuf et quelques accessoires du genre missiles, etc.: ça en impose ! La DGA, de concert avec la firme Dassault, va camper en championne de l’emploi et en bienfaitrice du monde ouvrier. Le contrat aurait été perdu, que quelques agitateurs ‘’droitdel’hommistes’’ auraient alors été pointés du doigt comme fauteurs de plans sociaux. Ce nouveau succès à l’export des armes françaises est encourageant si l’on se place sur le plan de l’industrie de défense. La France a besoin d’exporter pour s’assurer de son autonomie stratégique. Celle-ci est essentielle et dans le contexte actuel de guerre hybride mondiale, où disposer d’une aviation militaire performante est un besoin vital.

Le ‘’hic’’ – car il y en a un – est qu’elle ne vend plus guère ses matériels à la Belgique, à l’Allemagne ou au Japon mais, au contraire, à des Etats politiquement peu fréquentables et mêlés à des conflits dans lesquels le droit de la guerre est totalement bafoué. Tout se fait dans le secret, hormis la grosse propagande. La tentation de politiser ces contrats un peu sulfureux au moyen de grandes déclarations politiques creuses sur ‘’le partenariat stratégique anti-terroriste qui nous lie corps et âme’’ conduit les démagogues de service à nous chanter ces transactions – toutes commerciales – comme autant de contributions majeures à la lutte contre Daech. C’est l’exercice mécanique auquel se livre Mme Parly, encore et toujours, à la tête du ministère des Armées. Déjà cela est assez fort de café ! Le Caire et Paris entretiennent, certes, une certaine convergence sur quelques enjeux de sécurité régionale, se méfiant par exemple de la Turquie en Méditerranée orientale. Cela ne constitue pas une alliance. Par ailleurs, l’aviation égyptienne a été engagée au Yémen…

Pour le contrat Egyptien, on a totalement oublié que la tête de l’Etat a pour raison d’être de consolider la cohésion de la Nation, de défendre l’Etat de droit et surtout de ne pas bombarder l’opinion de calembredaines idéologiques. Les Rafale ne vont pas priver de sommeil Daech ni Al Qaïda : ils n‘en verront jamais les cocardes. Là où il aurait fallu sobriété et discrétion, on a fait donner de la voix Emmanuel Macron. Sur le pire des registres,qui plus est : nous affirmer que le ‘’partenariat anti-terroriste’’ avec le maréchal Abdel Fattah al-Sissi serait ‘’dissocié’’ de toute considération sur le régime (dictatorial et anti-démocratique) de celui-ci et de sa pratique abominable des droits humains. Pourquoi proclamer une telle énormité que l’on verrait plutôt dans les bouches de Viktor Orban, Donald Trump ou Xi Jinping ? Faut-il se renier pour mieux vendre ? Comment en arriver à désigner la démocratie comme une gêne pour le marchand ? Si d’aventure l’on vendait des Rafales à la Chine, souscrirait-on à la liquidation démocratique de Hong Kong, par devoir de complaisance commerciale ?


L’insulte est autant à nous-mêmes, démocrates et français, qu’aux milliers de combattants pour la démocratie – sans même mentionner les islamistes – qui sont torturés au quotidien dans les geôles du Maréchal. Le marketing en matière de vente d’armes à des dictatures consiste-t-il à se présenter soi-même en dictateur-ami des dictateurs (larme) ?

* 4 mai – L’Occident en gants de velours

Quelle définition donner aux ‘’menaces mondiales’’ ? La liste pourrait en être très longue, mais quand ce sont les acteurs du G 7 qui en fixent les items, on est bien en présence d’un agenda occidental. Pour le coup, les ministres des Affaires étrangères des principales démocraties se sont réunis en présentiel – une habitude qui s’était perdue avec le Covid – à Londres, afin de coordonner les répliques de leur camp. Les représentants de l’UE, de l’Australie et de la Nouvelle Zélande, de l’Inde, de la Corée du Sud ainsi que de l’Asean s’y sont joints en qualité d’invités. Les consultations préfigurent les débats que conduiront les chefs d’Etat et de gouvernement, dans ce même cadre du G 7, en juin.
Protéger les démocraties. Ce n‘est plus un trait d’alarmisme malsain, mais bien une nécessité, tant les attaques et autres tentatives de déstabilisation politique se multiplient, venant de l’Est et du Sud. L’Etat de droit dépérit depuis longtemps, mais la société mondiale établie sur des règles édictées, admises et respectées, paraît-elle aussi bloquée, voire en danger. Les agressions-surprises par voie des mercenaires, les annexions territoriales, les expulsions de populations sont redevenues monnaie courante, sans doute plus encore que dans les années 1930. Chine, Libye, Ethiopie, Turquie et Russie sont bien sûr à l’ordre du jour des échanges. On ne les pointera pas forcément du doigt, au risque de les braquer, mais elles se reconnaîtront. Les chefs des diplomaties prendront mois de gants pour évoquer l’Iran, la Corée du Nord, la Somalie, la Syrie, le Sahel ou la Birmanie où sont à l’œuvre des régimes tueurs ou desperados.

Antony Blinken a marqué son souci de voir rétabli un « ordre international fondé sur des règles », pour sauver la paix mais aussi pour faire face aux défis globaux allant du dérèglement climatique à la relance économique post-pandémie. Au sein du club des riches, les campagnes de vaccination progressent vers une forme d’immunité collective, alors que, dans le Sud, d’autres pays affrontent des résurgences catastrophiques de la maladie Covid 19. Ce fossé béant face à la contagion devra être comblé pour parvenir à une sortie globale du cycle pandémique. Les ‘’7’’ devront contribuer à un dispositif mondial autour du programme Covax (accès universel aux vaccins) et d’aides matérielles au cas par cas, comme celles pratiquées pour l’Inde. Concernant le dérèglement climatique, enfin, le Royaume Uni veut démontrer que sa sortie de l’Europe ne handicape pas sa diplomatie et il cherche à maximiser les contributions annoncées par les pays riches e accueillant à Glasgow, en novembre, le sommet de la COP26.


Bonne chance, le G 7 ! Mais vous n’avez pas de mandat pour dénouer le désordre mondial. Ceci n’interdit pas d’afficher de l’exemplarité avec un zest d’intelligence et même d’audace. Renouveler l’image plutôt trouble de l’Occident dans ce monde où aucun autre acteur n’apparaît, non plus, ‘’sans tache ni reproche’’: quel défi exaltant !

* 3 mai – Les cent premiers jours rétablissent la confiance

Il fait ce qu’il a dit sérieusement et rapidement. Au terme de cent jours de ‘’réparation de l’Amérique’’ depuis la Maison Blanche, Joe Biden, politicien démocrate sans aspérité, apparaît presque comme un ange par rapport à son toxique prédécesseur. Mais surtout il agit en sage pressé de remettre son pays en selle, avant que son temps ne s’achève. Sa période de grâce aura été un chantier besogneux mené au pas cadencé. Les changements tous-azimuts font ressurgir une Amérique bien plus rassurante et partenariale (pour l’Europe) mais aussi ferme et impériale vis-à-vis de ses adversaires systémiques. On en oublierait presque la persistance des maux intérieurs qui ont eu raison du ‘’rêve américain’’ : inégalités extrêmes, failles des systèmes social et éducatif, violence armée, racisme et suprématisme, mode de vie gaspilleur, etc. Comme Roosevelt avant lui, Biden ambitionne de s’y attaquer. Mais il faudra bien sûr plus qu’un mandat présidentiel pour consolider la société américaine de l’intérieur… si toutefois la tâche s’avère possible.

Le cap est tracé, en tout cas. Par son comportement, son souci – en bon Papy – de la société, sa volonté de rallier à lui les gouverneurs des états et leurs particularismes, mais surtout par la conception de ses programmes, il s’efforce de projeter l’image d’un gouvernement fédéral qui protège et qui soigne. Préparé depuis son purgatoire dans l’opposition, sa campagne magistrale de vaccination contre le COVID donne à l’Exécutif washingtonien une image autrement plus avenante et efficace que les habituels préjugés ruminés dans l’arrière-pays. Biden compte rebondir à partir de là pour combler les déficits accumulés en matière de santé, d’éducation, d’infrastructures, de revenu des foyers avec enfants et même pour s’atteler à la question – symbole de souveraineté locale s’il en est – de la libre circulation des armes, laquelle, induit, elle aussi, un coût absurde pour la société.

Du côté des recettes (fiscales), il annonce cibler la minorité des infiniment riches, qui n’a cessé de creuser son écart de patrimoine abyssal avec les classes moyennes. Avec une cagnotte (empruntée) de plus de 2000 milliards de $, il s’emploie à doper l’économie en s’appuyant sur la consommation des classes moyennes. La pandémie dictant un cours d’urgence, les Républicains se sont, de leur côté, départis du favoritisme fiscal pro-riches et de la non-implication de l’administration dans l’économie, qui constituaient leur doxa sous Trump. Une sorte de retour à la loi de la jungle et en même temps à celle du casino constitue le seul horizon politique qu’ils promeuvent pour revenir aux affaires. Tant que le balancier de la politique glisse à gauche, l’administration Biden continuera à engranger des résultats. Mais il ne faut pas la sanctifier : les temps des contradictions va revenir, les erreurs et les inerties gripperont puis bloqueront peut-être les mécanismes de la gouvernance. Il n’empêche que ces succès obtenus à recréer de la confiance, du respect et de l’optimisme dans la population resteront des atouts forts pour affronter la suite. A bon entendeur européen, salut !

* 30 avril – Les droits des desperados

Sept anciens militants de l’extrême gauche armée italienne, réfugiés à Paris, dont plusieurs ex-membres des ex-Brigades rouges condamnés pour des actes de terrorisme dans les années 1970-80, ont été interpellés sur requête de la justice italienne. Ils avaient tous été condamnés, en Italie, pour leur implication – directe ou non -dans des attentats meurtriers contre des personnalités de l’arène politique, des milieux d’affaires ou de la police. Ces exilés sous statut de réfugiés (défini par le droit international, dans la Convention de Genève) ont néanmoins été accueillis en France, en vertu de décisions prises par plusieurs présidences successives. La ‘’doctrine Mitterrand’’ édictée à l’époque stipulait ainsi que l’asile leur serait garanti en France, en échange de leur renoncement à la violence, pourvu qu’elles ne se soient pas rendues coupables de crimes de sang. Ce fut le cas. On peut trouver ces décisions contestables voire choquantes mais elles ont été prises en connaissance de cause et engagent la crédibilité de la République. Ces réfugiés politiques vont pourtant être privés de la protection internationale qui leur avait été accordée, il y a quatre ou cinq décennies. Ils seront extradés vers le pays qu’ils ont combattu et qui veut les punir.

Il y a une lecture politique : pourquoi poursuivre ces personnes âgées et rangées, ne se cachant pas et ne présentant plus de dangerosité, plus de quarante ans après leurs actes ? Ne serait-ce pas pour faire un ‘’coup électoral’’ et parodier un succès anti-terroriste par confusion avec l’actualité terrible du jihadisme, sans rapport aucun avec la révolte éteinte que ces acteurs ont jadis incarnée ? Une autre lecture est juridique : les dépouiller de leurs droits et les livrer, en l’absence de nouveau crime de leur part depuis leur mise sous protection par la France, constitue une violation du droit d’asile et de la parole donnée par l’Etat. La décision a été prise par Emmanuel Macron lui-même et non par la Justice, ce qui suscite l’impression que le Droit et la Justice cèdent, une fois de plus, aux caprices de l’Exécutif. Montesquieu est effaré d’un tel déni de l’Esprit des Lois.

En 1985, l’Italie sortait à peine d’une décennie de violence politique extrême : plus de 12 600 attentats avaient provoqué la mort de 362 victimes, entre 1969 et 1980. Ce chaos était l’oeuvre de groupuscules d’extrême gauche plus ou moins organisés mais aussi de groupes d’extrême droite. Ces derniers bénéficiaient de complicités au sein de l’appareil d’Etat (notamment pour l’attentat de la gare de Bologne, en 1980, qui a fait 85 morts) et ne semblent pas poursuivis avec autant de rigueur. La plus grande urgence allait alors à un retour à la paix civile. La ‘’mise sous couvercle’’ en France des militants italiens de gauche les plus radicaux s’est opérée dans les années 1980, par consentement tacite entre les deux pays. Par la suite, aucune demande d’extradition n’a été adressée à la France, du moins avant le début du siècle. Plus récemment, une divergence s’est fait jour entre Paris et Rome, l’Italie s’éloignant de son pragmatisme initial pour adopter une posture plus nationaliste et plus revendicative. L’humeur du moment ignore généralement l’Histoire et les racines anciennes des problèmes. C’est le court-termisme, encore synonyme d’électoralisme à courte vue. Frustrer l’opinion italienne de son désir de sanction n’est pas une option réjouissante. Mais se renier et répudier le Droit n’est pas plus glorieux.

* 29 avril – L’Inde dévorée par le Covid-19

L’Inde est le premier producteur de vaccins au monde, mais elle souffre néanmoins d’une pénurie de vaccins ; Elle s’est dotée d’excellents médecins et hôpitaux, mais ne compte qu’un praticien pour 10 000 habitants et même pour 20 000 habitants, dans les régions défavorisées. La moitié de la population reste très pauvre et désarmée face à la pandémie. Aussi, le virus Covid 19 y a fait d’énormes dégâts humains. Symbole de la gravité de la crise sanitaire, les autorités ont dû libérer de l’espace dans des parcs et même dans les rues pour y dresser des bûchers, les crématoriums ne suffisant plus à la tâche.
Au moins, deux états de l’Union sont particulièrement affectés par la diffusion du variant B.1.617 dit  »indien » : le Bengale-Occidental (est) et le Maharashtra (centre-ouest), tandis que beaucoup d’autres, mal pourvus en dispositifs épidémiologiques, restent dans le flou. À l’extérieur, le génome  »indien » a été identifié dans une vingtaine de pays ou régions, notamment à Singapour, en Guadeloupe, à Saint-Martin, en Nouvelle-Zélande, au Nigeria, mais également en Australie, en Corée du sud, Turquie, au Royaume-Uni, en Irlande, en Belgique, aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse, en Italie et en Espagne.


On ignore encore les conséquences exactes de la quinzaine de mutations qu’il incorpore. La mutation E484K serait associée à une diminution de l’activité neutralisante des anticorps et donc à un échappement immunitaire. La mutation E484Q correspondrait à une réduction, d’un facteur dix, du pouvoir neutralisant des anticorps. La mutation 681H. modifierait le comportement du virus et provoquerait une augmentation de son infectiosité. Enfin, la mutation L452R, également présente dans d’autres variants, affaiblirait la neutralisation du virus par le plasma des sujets convalescents.
Mais la flambée actuelle du nombre de cas en Inde ne résulterait pas du seul variant B.1.617. Elle serait – aussi ou surtout – la conséquence de grands rassemblements avec abandon ou relâchement des mesures, les deux facteurs pouvant se combiner. Le virus n’a pas une contagiosité hors-norme, par rapport à d’autres variants et il semble avoir circulé longtemps à bas bruit avant de devenir virulent. Il pourrait donc être moins problématique que d’autres variants préoccupants, comme ceux initialement identifiés en Afrique du Sud et au Brésil. Des études poussées restent nécessaires.

L’Inde fait face à une explosion de cas, dépassant des seuils jamais atteints, avec 360 000 nouvelles contaminations recensées hier. Près de 6 millions de nouveaux cas se sont ajoutés pendant ce seul mois d’avril. Le nombre de morts du Covid-19 dans le pays a dépassé les 200 000, avec plus de 3 200 décès signalés en vingt-quatre heures, selon les données officielles. Près de 6 millions de nouveaux cas ont été recensés pendant le mois d’avril. De nombreux experts estiment que le véritable bilan est plus lourd. De nombreux experts estiment que le véritable bilan est encore plus élevé. Le pays a jusqu’à présent administré 150 millions de vaccins. Le programme sera bientôt étendu à toute la population adulte ( 600 millions de personnes supplémentaires). De nombreux Etats signalent toutefois que leurs stocks de vaccins sont insuffisants, notamment concernant les groupes vulnérables. Discrètement, le gouvernement de New Dehli appelle au secours.

Les premières cargaisons britanniques de ventilateurs médicaux et de concentrateurs d’oxygène sont parvenues à New Dehli, mais ces 600 unités sont loin d’être à l’échelle des besoins. La France lance aussi son opération de solidarité : huit unités de production d’oxygène médical par générateur, de conteneurs d’oxygène liquéfié permettant d’alimenter en oxygène médical jusqu’à 10 000 patients sur une journée, ainsi que du matériel médical spécialisé afin de rendre autonome en oxygène un hôpital indien pendant une dizaine d’années. Après un refus initial de partager leurs réserves de substances vaccinales, les Etats-Unis ont décidé une livraison de composants biologiques, de tests et d’équipements de protection. Quant à l’L’Union européenne, elle a promis de fournir une contribution, via son Mécanisme européen de protection civile.
L’occasion se présente de prouver que la solidarité humaine n’est pas un vain mot dans notre système international privé d’âme. Mais mimer l’aide serait tromper le peuple indien. Il faut à l’Inde une aide désintéressée et d’ampleur exceptionnelle.

* 28 avril – La chèvre de M. Johnson

L’interminable feuilleton du Brexit nous renverrait-il à l’ère des dinosaures ? Depuis 2016 que le Royaume Uni a dit ‘’Me.de’’ à l’Europe, l’impression est là d’une Guerre de cent ans qui crépitera, tristounette, en arrière-plan du monde réel pour l’éternité des siècles, sans issue et sans intérêt. Les manœuvres législatives du gouvernement torry pour revenir sur des clauses essentielles de l’accord de divorce ont cassé le peu de confiance qui subsistait. La ‘’guerre’’ du Brexit a été perdue par les deux rives de la Manche, mais des batailles peuvent encore être jouées ‘’gagnant-gagnant’’. Le bon sens économique comme les intérêts stratégiques partagés plaident pour un solide partenariat. Seule manque la confiance en un avenir commun.


Le bilan des échanges reste déprimant : selon Eurostat, en janvier et février, les exportations européennes vers le Royaume-Uni ont reculé de 20,2 %. Pire encore, les importations britanniques dans l’UE ont chuté de 47 %. Dans cette ambiance crépusculaire, l’approbation, par le Parlement européen, d’un projet d’accord commercial bilatéral constitue un premier pas vers une forme de réveil. Sur 697 députés, 660 ont approuvé le texte, cinq s’y sont opposés et 32 se sont abstenus. On parle de l’accord le plus ambitieux jamais conclu par l’UE avec un pays tiers. Le 24 décembre, Boris Johnson en avait accepté les termes, bien moins favorables que son projet idéologique initial de ‘’grand large britannique’’, une concession sans gloire au réalisme. Le projet a connu un début de mise en œuvre, à titre provisoire.

Le PM britannique voit aujourd’hui ce vote très majoritaire, comme « la dernière étape d’un long voyage ». Comme toujours, il se trompe (on connaît son discernement limité) : le voyage sera sans doute long, mais cette étape ouvre un champ de coopération pour l’avenir et nous extrait d’un lourd passé d’auto-destruction. Mais pas de chèque en blanc pour ce Partenaire si particulier : la Commission européenne poursuit sa procédure contre le Royaume-Uni pour violation du protocole de Brexit et Ursula von der Leyen a affirmé que, en cas de fourberies de la part d’Albion, elle n’hésiterait pas à activer contre Londres des ‘’mesures de compensation unilatérales’’ d’ailleurs prévues par l’accord. On avance en se tenant par la barbichette, avec une main dans le dos prête à flanquer une baffe… mais on avance.

* 27 avril – La Sécurité par la Justice, pas la police

Entre 2018 et 2020, les autorités d’une trentaine de pays européens ont perdu la trace 18.000 enfants et adolescents migrants non accompagnés. La France n’est pas la dernière à faire fonctionner la machine à créer des clandestins, en partie parce que l’Intérieur a une forte propension à faire sortir des statistique les étrangers dont la présence est irrégulière. Par conséquent, on leur refuse une seconde chance dans la vie, s’agissant des très jeunes adultes. C’est également par insistance à utiliser des méthodes non-scientifiques pour évaluer leur âge (être réputé avoir atteint l’âge de la majorité devient alors synonyme d’exclusion du système social et potentiellement, d’expulsion). Accessoirement, les services d’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) sont difficilement mobilisables et pas toujours attentionnés à l’égard de ces jeunes ‘’sans papiers’’.

Depuis une dizaine d’année, l’obsession sécuritaire – dans le sens policier du terme ‘’sécurité’’ – fait des dégâts dans la conscience morale des électeurs, puisque c’est bien sous l’angle de l’arithmétique partisane que les gouvernants s’adressent aux citoyens. Très symptomatique de ce biais légèrement populiste est la position de non-rapatriement adoptée à l’encontre des jihadistes français, de leurs conjoints et enfants, qui croupissent dans des camps à la garde des Kurdes syriens ou de gardes-chiourmes irakiens. Apparemment, les juger en France serait violemment impopulaire, bien que ce soit la seule option digne d’un Etat de droit. L’Electeur veut oublier ce passé douloureux et ne plus en entendre parler : pas de place pour eux parmi nous ! C’est la présentation psy des choses qu’on nous offre, mais il est loin d’être établi qu’une majorité de Français soutienne une position qui ne résout rien et ouvre le risque de terribles vengeance dans l’avenir. Officiellement, les cas des mères et de leurs enfants sont examinés ‘’au cas par cas’’, mais la population française des camps ne diminue pas depuis quatre ans que le problème se pose.

Cette insensibilité égoïste cause l’accaparement des Kurdes, qui auraient plus urgent à faire face à la menace turque, à Daech et à Bachar que la sous-traitance du travail carcéral pour les beaux yeux de l’Etat Français (qui n’a pas été un bon allié face à Erdogan). Quant aux prisonniers détenus en Irak, ils risquent la peine de mort. On pourrait s’interroger sur l’ambiguïté française à cet égard, puisque ‘’les voir disparaître’’ est clairement le seul but logique. Très rares sont les jihadistes français mais aussi les loups solitaires étrangers à finir aux assises, ce qui serait pourtant la meilleure façon d’éclairer et de prémunir le public français. Quand ils sont appréhendés, ils ne reçoivent pas la mitraille dans les jambes : ils sont ‘’neutralisé’’ et l’appareil sécuritaire fait ainsi l’économie d’un procès. L’Electeur voudrait qu’il en soit ainsi. Face au terrorisme, point d’intelligence, seulement de la dureté (et tant pis pour les institutions, l’Electeur n’en aura cure) .

Le contre-terrorisme servirait-il en même temps l’ordre public et certaines visées électorales, à partir d’une perception caricaturale de la volonté des Français ? Sans aucunement soupçonner un complot, le rappel s’impose que même héroïque (et c’est souvent le cas) l’élimination de la menace ‘’terroriste’’ procède autant d’une culture politique et philosophique que d’un sens de la mission d’intérêt général. Il n’y a pas d’objectif simple et unique, la crise sécuritaire et l’angoisse des gens ouvrant d’innombrables opportunités pour remodeler la scène politique et institutionnelle. Dans le mauvais sens. Combien de lois ont été adoptées au cours de la décennie passée pour lutter contre le monstre, à chaque fois qu’il nous frappait ? Si on les alignait sur un tableur pour les comparer, ne verrait-on pas de nombreux bégaiements, des clauses purement idéologiques, des moments propices pour capter l’opinion, des mesures inapplicables, de la bouillie législative dont le sens n’est pas clair et les interprétations pourraient s’avèrer dangereuses ? Où se trouve l’efficacité : dans le fatras des dispositions règlementaires ou dans la qualité des fonctionnaires ?

Le terrorisme est une méthode immonde, la pire qui soit, dans un conflit asymétrique. Que ce soit la vengeance ou la domination, le terroriste’’ suit un but guerrier et ne s’identifie pas lui-même au terrorisme. Il dira que c’est notre société qui est ‘’terroriste’’. Le mot n’a aucune définition dans le droit international et coontinue à perdre son sens, puisque de Poutine à Erdogan, tous les dictateurs voient en ceux qui les contestent des ‘’terroristes’’. Les résistants français déjà s’étaient gagné ce qualificatif aux yeux des Nazis. On peut se demander si certaines armées régulières suréquipées et opérant dans la haine des civils qui leurs résistent ne mériteraient pas le vocable infamant. Voyez la Birmanie, la Biélorussie, etc.

Le sens donné à ce mot devrait être de caractériser des crimes de masse, commis de façon aveugle, inopinée et indiscriminée contre des catégories entières d’êtres humains (une parenté évidente avec les crimes de guerre et les génocides) dans le but de provoquer l’effondrement de l’adversaire dans la panique et la confusion ? Vu sous cet angle, on voit mieux que, tout en saluant la police et le Renseignement pour leurs accomplissements, il faut mieux laisser au citoyen le soin de sauvegarder, face à l’ennemi, la culture démocratique et le fonctionnement de la Justice et des institutions. Ce point de vue porterait à ne pas abandonner à des instincts de vengeance ces jeunes, français ou étrangers qui se sont dressés contre nous. Plutôt leur prouver que nous restons fermement debout et que leur haine est impuissante.

* 26 avril – Cuba dans sa gangue

Raul Castro a quitté le pouvoir, à l’issue du 8e congrès du Parti communiste cubain. Une page se tourne, celle du leadership idéologique sur la gauche ‘’révolutionnaire’’ en Amérique latine et de l’époque où l’île symbolisait une résistance – totalitaire mais ‘’héroïque’’ – à l’isolement et à la persécution que les Etats-Unis lui faisaient subir. Soixante ans, jour pour jour, après la proclamation par Fidel Castro de la révolution, Raul Castro passe le relais à la tête du PCC, l’appareil central du pouvoir, à Miguel Diaz-Canel, l’actuel président de la République. Raul, le patron historique de l’Armée jusqu’en 2008, avait succédé à son frère en tant que président jusqu’en 2018, tout en détenant le pouvoir suprême en tant que premier secrétaire du parti depuis 2011. L’intermède ‘’Raul’’ a-t-il amorcé une transition que le changement de génération devrait amplifier ou, au contraire, Raul Castro va-t-il continuer, pour quelques temps encore, à tirer les ficelles du pouvoir en coulisse ?

Difficile à dire, s’agissant d’une succession dictée par la disparition de la génération des guérilleros de la Sierra Maestra et non pas par une volonté de renouveau explicitement exprimée. Ces vieux révolutionnaires qui ont renversé la dictature Batista en 1959, n’ont jamais cédé le pouvoir. Ils ne laissent pas d’autre testament que  »la continuité de l’ordre socialiste’’, à laquelle la population n’est plus, elle, autant acquise qu’avant, tant la vie quotidienne, le discours politique poussiéreux et les archaïsmes de la gouvernance la frustrent et la lassent.

Avec Miguel Diaz-Canel, la relève semble assurée dans la continuité. À 60 ans, ce ‘’jeunot’’, diplômé d’ingénierie, a patiemment gravi les échelons au sein du PCC avant d’être désigné président par Raúl Castro, en 2018. C’est, dit-on, ‘’le seul survivant’’ des purges destinées à mettre à l’écart les cadres de sa génération. De ce point de vue, le parallèle chinois est tentant avec la curieuse filiation de Deng Xiaoping à Li Peng. Diaz-Canel n‘a d’ailleurs pas manqué d’évoquer ‘’l’autorité du Père’’ : ‘’ Le camarade Raul conduira les décisions pour le présent et l’avenir de la Nation’ ’ou encore : ‘’l’homme ne peut se contenter de pain : il a besoin d’honneur’’, ce qui avait mis en rage nombre de ses compatriotes, exaspérés par les pénuries. De fait, l’île est exsangue économiquement après avoir perdu son approvisionnement énergétique depuis le Venezuela et du fait du durcissement des sanctions – un vrai blocus – par Donald Trump. En plus, la crise du Covid-19 la prive des recettes du tourisme qui constituent sa rente principale. Le PIB a chuté de 11 % l’an dernier. Qui pourrait encore sauver Cuba ? La Chine ? Sa contribution se place sur un plan commercial et elle ne dispense aucune faveur, quand bien même son modèle économique ‘’socialiste de marché’’ intéresse La Havane. La seule hypothèse de salut viendrait d’un changement radical d’attitude à son égard de la part de l’administration Biden. Ce serait un coup magistral mais pour le jouer, il faudrait que soit dépassée la féroce querelle partisane qui divise les Américains sur Cuba… et aussi que les dirigeants de l’Ile manifestent des dispositions à s’extraire de la gangue mentale dans laquelle ils se sont enfermés.

* 23 avril – Un long feuilleton slave, sans issue claire

La fermeté paie-t-elle en géopolitique ? En évitant une réponse trop standard, le retournement d’attitude de Vladimir Poutine sur l’Ukraine pointerait plutôt l’affirmative, étant entendu qu’un geste tactique ne marque qu’un temps court; que l’économie a généralement sa part dans les (brefs) accès de bon sens des autocrates et que ceux-ci ne sont sensibles à la fermeté de l’adversaire que lorsqu’ils disposent eux-mêmes de qualités de pragmatisme et de discernement. Ce n’est pas toujours le cas.

Moscou vient d’annoncer, le 22 avril 2021, le retrait de ses quelque 100.000 soldats massés sur les frontières de l’Ukraine et en Crimée annexée. Sans doute, une proportion de mercenaires infiltrés restera au Donbass, mais pour un travail de sape patient, pas pour une invasion frontale. Mieux encore, V. Poutine se dit prêt à recevoir à Moscou « à n’importe quel moment » le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, pour parler des hostilités avec son voisin occidental. Certes, la mention ‘’à Moscou’’, laisse présager d’un environnement pressurant le jeune homologue de Poutine, mais l’ouverture correspond à la demande faite par celui-ci et la publicité accompagnant un tel évènement empêcherait le Kremlin d’aller trop loin dans l’intimidation. L’autocrate russe tient – ce n’est pas étonnant – à conserver la face et à rester maître du jeu, du moins aux yeux de ses compatriotes. Il  prétend ainsi que Kiev est ‘’l’agresseur’’ qui chercherait à ‘’détruire’’ ses relations avec Moscou (sans doute une allusion oblique aux velléités ukrainiennes de candidater à l’OTAN et à l’UE). Il renvoie également l’Ukraine à ses responsabilités à l’égard des séparatistes de Donetsk et Louhansk, ce qui, pour une part, tient la route. Personne n’imagine non plus  qu’il songe un instant à ‘’rendre la Crimée », ce qui scellerait pour lui une Bérézina. Au contraire, depuis la presqu’île, il maintient un dispositif d’entrave à la navigation des navires d’Etat étrangers, bloquant l’accès au détroit de Kertch qui sépare lla Mer Noire de la Mer d’Azov. Il s’agit d’une vraie menace pour les ports et le commerce du Sud-est de l’Ukraine. Mais ses ‘’lignes rouges’’ de Poutine sont bien connues et, quand il somme les Occidentaux de les respecter, le vrai message – que n’ont pas capté les médias – est qu’il s’apprête à bouger, mais ne se résignera pas à perdre.

L’Otan a pris note de l’annonce de ce retrait et appelle logiquement à la vigilance. En tout cas, les sanctions ont mordu. Celles de l’Europe – surtout centrées sur le sort de Navalny – ont été utiles, mais le relais pris par l’administration Biden a été plus puissant. La Russie est mal en point : malgré son bon vaccin, qu’elle peine à produire en quantité, le COVID y fait discrètement des ravages. Ses interventions militaires en Europe, en Afrique et au Moyen Orient saignent ses moyens financiers. La Biélorussie, en pleine révolte, est un autre virus, politique, à sa porte. Les recettes tirées des hydrocarbures ne porteront plus longtemps son économie (et elle n’a pas de plan B). La popularité de son tsar vieillissant baisse inexorablement, en même temps qu’augmente le mal-être de la vie quotidienne des Russes, etc.

C’est donc une longue série à rebondissements à laquelle il faut se préparer, dans une mise en scène somme toute assez classique. Mais ça pourrait quand même mal tourner…

* 22 avril – Perdre ou réparer la boule

America ‘s back ! La mobilisation internationale contre le dérèglement climatique est relancée, sous l’étendard de l’administration Biden. Oublié le grand ‘’trou noir’’ laissé par le mandat Trump, Washington fait un impressionnant come back dans l’accord de Paris en ambitionnant même d’en être le fer de lance. John Kerry, a battu le rappel des Européens, à Bruxelles (UE), et donné le signal d’une coopération renforcée pour fixer des objectifs plus ambitieux aux réductions des émissions de GES = dans le monde = d’ici 2030. ‘’Je viens renouveler le dialogue … à propos de notre coopération sur le climat, qui avait été extraordinaire dans la préparation de (l’accord de) Paris’’. Excuses pour la défaillance passée de l’Amérique et reprise de leadership : l’Amérique réapparaît en cœur verdoyant de l’écologie globale ! Si l’on y regardait de plus près, notamment la puissance des lobbies des énergies fossiles et le consumérisme vorace de l’’’American way of life’’, on n’en attendrait pas de grands miracles, tout en se félicitant de ce renfort tardif à la cause climatique venant de la première économie du monde.


Toujours est-il que Washington entend rajouter une couche aux acquis de l’accord COP 21, signé à Paris en 2015. Un sommet de deux jours en visio-conférence se tient à son initiative, pour consolider le processus. Limiter le réchauffement planétaire à moins de 2 C n’est plus qu’un slogan chimérique, au train où s’accumulent les émissions et les catastrophes climatiques. Il faudra hélas se résigner à ce que les progrès réalisés restent très en deçà des engagements pris. Il n’empêche que les Occidentaux veulent croire de nouvelles avancées possibles, à l’horizon de la COP 26 de novembre à Glasgow. Par rapport à la référence de 1990, l’UE s’est engagée, en décembre 2020, à relever son objectif de réduction de CO2 à 55 % ou plus, d’ici à 2030, dans l’espoir d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Les Etats-Unis devraient bientôt annoncer des engagements à la mesure du rôle de premier plan qu’ils s’octroient dans la diplomatie verte et aussi, de leur responsabilité de premier pollueur mondial, avec la Chine.


John Kerry a réussi à se faire entendre des dirigeants chinois et russes, qui participeront au e-sommet, parmi les quarante chefs d’Etat et de gouvernement invités. Ce n’était pas gagné d’avance, tant sont nombreux et graves les motifs de raidissement et de confrontation entre les trois poids lourds du G5 du Conseil de Sécurité. Parviendra-t-on à faire de l’enjeu climatique une exception dans l’agenda ‘’hystérique’’ des relations internationales ? L’année s’annonce catastrophique en termes d’émissions de GES, mais aucune puissance ne prétend plus y être indifférente ou étrangère. Avec les yeux de Candide, on se prendrait à imaginer qu’une nouvelle forme de détente – certes, limitée aux grands enjeux partagés – va inculquer un brin de bon sens à ce monde en folie. Qu’en dites-vous ?

* 21 avril 1974 – Toyota tchadiennes et boucle en rond

Trois coopérants étaient enlevés à Bardaï, dans le nord-ouest du Tchad. Ce kidnapping aura fait connaître la rébellion des Toubous du Tibesti et son chef : Hissène Habré. Celui-ci, parti de sa base libyenne à la tête d’une colonne de pic-ups Toyota armés, tentait de fondre sur la capitale, N’Djamena. Habré a retenu en otage l’archéologue Françoise Claustre pendant 33 mois, avant que son ‘’Frolinat (Front de libération du Tchad) ne parvienne à s’empare du pouvoir. Il cherchait à échanger ses otages contre des armes et de l’argent. Les négociations secrètes ont violé tous les principes de droit publiquement affichés par le gouvernement français et par son ambassadeur au Tchad (dans les faits, totalement court-circuité et abusé). Le commandant Pierre Galopin, qui les menaient, dans l’espoir d’obtenir’’ par la bande’’ la libération des deux prisonniers Français, sera exécuté par les rebelles en avril 1975. Venant de Libye ou du Soudan, les colonnes de pic-ups armés descendant vers le Sud vont se succéder comme une routine, au fil des décennies et des raids armés sur la capitale. Le Tchad ne connaît pas d’autre forme d’alternance qu’on aurait du mal à qualifier de ‘’politique’’. A chaque épisode, la France, militairement présente sur le terrain où elle dispose de bases, fait décoller ses chasseurs pour clouer sur place les hordes déferlantes.


C’est un pays de guerriers aguerris mais sans scrupule. C’est le pilier principal du dispositif de Barkhane dans le Sahel et l’allié le plus efficace – mais pas le plus respectueux des civils – qu’aient les militaires français. Le Tchad est un cas de conscience pour qui voudrait appliquer au jihadisme invasif un antidote démocratique incontestable.
Tout recommence en boucle, dans ce couloir d’invasion aux confins stratégiques très sensibles. Idriss Deby, parvenu lui aussi, au pouvoir (en 1990) à la tête de Toyota affublées de fusils mitrailleurs, s’est fait tuer en pleine bataille, par d’autres rebelles, venus eux aussi de Libye, pour s’empares eux aussi du pouvoir. On ne sait pas trop qui ils sont mais, comme toujours, un intellectuel formé à Paris leur sert de figure de proue. L’avis des Tchadiens n’a jamais été sollicité mais la France, en sa qualité de gendarme de l’Afrique subsaharienne, perd un partenaire précieux sur le plan militaire et, surtout, l’assurance de pouvoir opérer de façon stable et continue depuis sa base arrière tchadienne.

Ce coup dur intervient en pleine introspection sur sa stratégie au Sahel, alors que son intervention militaire ne peut manifestement pas suffire à ‘’recréer’’ des sociétés et des Etats à même d’assumer la Paix et que, par ailleurs, ses autres partenaires militaires ne font pas le poids. La tâche ne dépasse-t-elle pas ses moyens, son influence, ses responsabilités ? En attendant, dans la famille Debby, le fils prend la place et les canons du père et il ne risque aucune critique de la part de Paris. Dans un vrai régime démocratique, ce ne serait pas dans les brèves d’un blog inconnu mais à l’Assemblée Nationale que le sujet serait débattu.

* 20 avril – Le déni nous lobotomise

Ecume des jours tirée des médias : la COVID a fait officiellement trois millions de morts et ce n’est qu’un début. Des centaines de millions de survivants (on ne peut pas les compter) en gardent des séquelles. Dans le  »Sud » de la planète, certains pays, surtout en Afrique, n’ont mis en place aucune parade sanitaire. Deux géants, le Brésil et l’Inde, ont perdu tout contrôle sur la circulation du virus. Ces pays produisent, de ce fait, des variants particulièrement virulents qui se recombinent entre eux en rendant inopérantes les stratégies vaccinales laborieusement mises en place dans le Nord. Des enfants de moins d’un an et une proportion affolante de jeunes sont atteints par la maladie, en Inde. Les frontières se ferment comme des sas étanches. En Europe, la troisième vague tombe sur des populations mentalement épuisées : la peur de la perte d’emploi, le sentiment d’enfermement, la solitude et la séparation des familles, les soupçons à l’égard du sérum AstraZeneca, l’angoisse des lendemains qui feront mal… STOP ! N’en jetez plus, on connaît tout ça ! Vraiment ?

Et bien, pas tout le monde, car le fait est là, ahurissant : le complotisme sanitaire se porte bien, envers et contre tout. Si vous tendez bien l’oreille (surtout sur les réseaux sociaux) vous entendrez, médusé, que  »la COVID n’existe pas », voire même que la maladie a été sournoisement  »inventée » pour donner à je ne sais qui le contrôle de nos âmes et de nos biais politiques… ou tout bêtement pour nous détruire (ce qu’il fait très bien, mais naturellement). Il n’a pas fallu attendre le virus pour qu’une minorité grandissante  »psychote », prisonnière de son incapacité à suivre et surtout à comprendre la marche du monde, au sens le plus large du terme. Ces esprits égarés aux marges de la civilisation humaine sont, à la base, des personnes respectables, bien qu’incomplètement structurées. L’angoisse, l’incompréhension et la paresse intellectuelle aidant, ils se muent – souvent inconsciemment – en puissants vecteurs de simplification des causes et de leurs effets. Leur soulagement (relatif) viendra de la valorisation sociale qu’ils tireront de leur expression dissidente de la science et de la géopolitique, des disciplines forcément biaisées au profit  »d’ennemis des gens ». Mais leur succès doit d’abord à la simplicité extrême des thèses complotistes, par rapport aux réalités, trop complexes. La vérité, le réel ne fournissent aucun confort intellectuel : il y a beaucoup à gagner à les nier et cette dérive n’est donc pas désintéressée.

Le problème est que pour atteindre ce relatif confort, ils vont devoir injurier les victimes et leurs proches et troubler le deuil de familles éprouvées. Ils leur expliqueront que leurs parents sont morts  »de leur faute », d’une maladie bénigne ou inexistante, et qu’ils sont en quelque sorte  »coupables » de confirmer le détestable état des lieux officiel. Interdire le chagrin est une forme d’oppression sans nom. La pente de la déshumanisation par le déni et par la peur conduira ensuite à catégoriser ceux dont la mort  »ne compte pas » : personnes âgée, étrangers de passage ou exilés, patients affectés de handicaps ou de morbidités, pauvres, prisonniers,  »races » telles ou telles, humanistes toxiques, etc. On voit bien vers quel enfer le basculement mental des complotistes pourrait nous mener.

Kant disait :  »l’intelligence humaine se mesure à la quantité d’incertitude qu’un esprit saura confronter ». A méditer…