Aquarius, Aquarius, l’Europe s’en va à l’eau…

Opération solidarité européenne et envers les exilés, le 27 juin

C’est l’Ourson qui vous grogne à l’oreille : le titulaire du blog n’ayant pas les nerfs à gueuler un grand coup, je m’empare du clavier pour ce faire. Vous avez entendu nos dirigeants, ces derniers jours ? Ils annoncent fièrement repousser le flux des exilés des pays en crise, telles de vulgaires algues vertes vénéneuses, néanmoins « assez bonnes » pour être épandues sur les plages de nos voisins du Sud. Bonjour l’amitié euro-méditerranéenne ! On va mieux intégrer ceux qui obtiennent l’asile mais expulser systématiquement les autres (M. Lapin-aux-yeux-bleus dixit, en Bretagne, le 22 juin). On commencera par incarcérer tout le monde, enfants compris.

– Comme le dit notre Magistrat suprême, « Nous n’avons pas à rougir de notre politique migratoire, un chemin toujours plus « difficultueux » (sic), car personne n’est jamais content, mais on est plus responsable que celui qui joue avec les peurs… ». Paroles, concepts blabla, bonne conscience, électoralisme démagogique-> égale vide absolu. Si vous avez compris ce que ce charabia veut dire, chapeau ! vous aurez gagné un repas de gala à l’Elysée.
Amnesty International-France, La Cimade, Médecins du Monde et Médecins sans Frontières avaient déjà constaté qu’Emmanuel Macron était capable de donner des leçons d’accueil au monde entier et = en même temps =, dans son propre pays, criminaliser les bénévoles, maintenir le refoulement illégal de mineurs aux frontières, ou encore passer sous silence les brutalités infligées aux personnes migrantes et la confiscation de leurs biens.

-« Je t’aime passionnément et = en même temps = j’ai le bon goût de te laisser mourir, par sens de mes responsabilités »: voici le nouvel humanisme du nouveau monde, conscience et sentiments méthodiquement aseptisées. C’est aussi l’image assassine que laissera le dernier Conseil européen, celui, comme toujours « de la dernière chance ». Immense succès, les dirigeants des Etats-membres ne se sont pas écharpés. Ils se sont simplement transportés dans un monde virtuel simplifié, où les gens ne se noient pas en Méditerranée, malgré l’absence de Frontex repliée sur les frontières, où les autorités libyennes, soudanaises, turques se seraient converties à la douceur et à la charité, tout en faisant barrage, où les damnés d’ici-bas se dirigeraient en files disciplinées directement vers nos prisons, où la police s’occuperait essentiellement de non-violence et de dignité humaine, où l’Espace Schengen serait aboli pour toujours, où chaque exilé débouté ou en fuite serait reconnu par ses autorités nationales et doté d’un laisser-passer ou d’un passeport en bonne forme pour assurer sa réadmission, où les ONG n’existeraient plus (ouf !), etc.

– Cette vision atteint en imbécillité critique le niveau d’ignorance des nouvelles autorités italiennes. En de telles conditions, le branle-bas de combat, sonné sans cause (vu la modestie du nombre des arrivées), ne pourra aboutir qu’à un flop. Les polices et les lobbies politiques xénophobes y trouveront bien matière à renforcer, encore et encore, leur emprise souverainiste, mais sûrement pas à devenir plus efficaces… ou cela se saurait depuis longtemps, avec ou sans règlement de Dublin. Les centaines de milliers de déboutés ou de « déclarés en fuite » qu’ils ont répandus à travers l’Europe sans parvenir à les faire réadmettre ailleurs en sont la preuve effarante et, surtout, préoccupante pour notre sécurité, à terme. Comme dans Astérix, « ils » ne seraient qu’un (gaulois), on serait déjà sous submersion. Cela devient plus grave que la régression souvent évoquée vers les années 1930. M. Salvini – à la barre de l’Europe avec Orban, Kaczyński et quelques autres – en veut plus aux valeurs de la démocratie et à l’Union qu’à ces « migrants », simple aubaine pour établir un pouvoir populiste fascisant.

– Les ultimes déclarations officielles fustigeant les opérations de sauvetage du navire humanitaire allemand ‘Lifeline’ marquent un degré supplémentaire dans le cynisme et l’hypocrisie de nos dirigeants. Ceux-ci pointent même l’humanisme des ONG comme leur ennemi. Nous, au blog de l’Ourson, nous avons beaucoup d’amis, démocrates, en Italie. A leur initiative et en solidarité avec eux, nous étions quatre hier, devant la gare de Versailles-Château, à exposer notre micro installation mobile de l’Aquarius (version carton d’emballage), accompagnée de la flottille humanitaire en papier des ONG (croisant dans des cuvettes d’eau). Pas grandiose, mais enfin… C’était pour dire au Conseil européen : « vous avez abandonné la solidarité européenne pour redorer vos tristounettes images personnelles, mais vous n’échapperez pas à la réalité de notre monde et au jugement sur vous des gens (et des ours) ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s