Ma déclaration universelle des droits de l’Homme (« je vous aime, je vous aime, moi non plus ! »)

René Cassin et Eleanore Roosevelt, lors de l’adoption

La façon dont n’a pas été célébré, ce 10 décembre, le 70 ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme confirme, après des déferlement de violence, que ce socle des libertés fondamentales de l’Humanité, au mieux, n’intéresse plus. Au pire, il est devenu la marque d’un monde disparu. Foin d’utopie universelle (deux mots suspects)! Oublions la fraternité des peuples, chacun doit rester coincé sur son bout d’asphalte, dans sa rage victimaire, et imposer sa loi, jusqu’à tout sacrifier : ne pas dialoguer, ne rien lâcher, surtout !

J’exagère un brin. Dans certaines de nos villes, des gens plus humains, vêtus de jaune, ont rallié les marches pour le climat et ont « verdi », non sans discernement, leurs préoccupations initiales dans celles de l’Humanité.

Qu’ils soient salués en frères et sœurs, à l’exact inverse de ceux, vêtus du même fluo, enragés à mettre en danger le sang innocent, à réduire en cendres la patrie commune et à désespérer le monde. Mais, MM. Mmes les « gentils », rompez vite avec les fomenteurs de guerre civile et autres pillards. Gardez aussi vos légitimes revendications collectives et le droit à les exprimer, sans prétendre être, sans nous, (tout) le peuple !

– Parmi les débats qui foisonnent actuellement, le plus « basique » tient à cette ineptie classique : « la fin justifie (tous) les moyens ! ». M. et Mme GiletJ se justifient souvent par le pire argument : « Si on ne casse pas, on ne nous écoutera pas ». On sait la réponse cinglante que mérite le pire de tous nos proverbes. Il se voudrait une justification amnistique pour des millions et des millions de morts inutiles et pour les plus grandes erreurs dans l’Histoire. Il est, hélas, dans notre ADN animal. A ceci près que les animaux, eux, ne tuent et ne cassent pas sans raison. Pourtant, dès que l’adrénaline et le « gueuler fort » l’envahissent, Sapiens en revient à ce slogan de la « contre-socialisation ».

Je n’avais aucune idée de ce que la Président de la République allait dire aux Français, ce lundi soir 10 décembre. Difficile de déclamer « je vous aime, plus vous êtes jaunes, plus je vous adore ! » à certains individus ivres de destruction, qui vous assimilent à un Louis XVI moderne. Manu aurait-il, par hasard, comploté avec des puissances étrangères pour mater la fronde du pays ? Toujours est-il qu’ils le guillotinent sans procès – certes, en effigie – en attendant de prendre d’assaut son « château ». Car si seulement une petite proportion de « chasublés » passe à l’acte, la grande majorité applaudit à tout rompre. Lénine parlait de « fougue enfantine, tournée vers le passé ». Pas de passage à l’action, mais une complaisance de foule à l’égard des voyous, qui attriste. Les voilà encensés comme nouveaux « sans-culottes ». Les sans-culottes de 1789 ne se sont-ils pas, au final, fait confisquer leur révolte, faute de savoir mener une révolution politique ? Il y a de la confusion à cautionner la politique du pire tout en niant, contre l’évidence, faire le lit de la violence.

« Je vous aime, je vous aime ! » (et, comme tout le monde, j’ai peur de vos excès)… voilà le message teinté d’hypocrisie – peut-être générateur d’anesthésie – que beaucoup voulaient extraire de la bouche du Souverain. Ils l’ont trop révéré, hier. Maintenant, ils le haïssent à la folie. Pardonneront-ils demain à « l’Homme providentiel » ? La réponse démocratique ne serait-elle pas que Jupiter soit allégé d’une partie du poids de son pouvoir solitaire, tout conservant sa charge de chef de l’Etat élu. On s’efforcerait alors d’obtenir que les trois pouvoirs conçus comme séparés dans « l’Esprit des lois » de Montesquieu (ou, par Tocqueville, dans « la démocratie en Amérique’’) s’équilibrent réellement les uns les autres et que l’Exécutif s’organise autour d’une collégialité réellement représentative, à tous les échelons du pays… au point qu’on en oublierait parfois le nom du Chef de l’Etat (… »Vous savez, c’te jeune lapin blanc aux yeux bleus… comment qu’y s’appelle, déjà ? »). Je rêve. Une conception démocratique de l’exercice des pouvoirs et des contre-pouvoirs questionne essentiellement la pratique, bien en amont des textes institutionnels, qui pourraient attendre pour s’adapter.

Je me demande si un regain de démocratie et de confiance entre citoyens et entre corporations sociales et professionnelles de ce pays ne stimulerait pas, sinon le taux de la croissance (qui restera faible de toute façon), sa qualité en développement humain en termes de partage du travail comme des revenus. On pourrait imaginer de même, une société française plus fraternelle et plus vertueuse s’immunisant, à long terme, contre la voracité insupportable des marchés financiers internationaux, des banques et des géants du net.. et contre sa propre corruption rampante. Les nouveaux tyrans savent bien exploiter le côté « meute de loups » de nos comportements sociaux, pour contrer notre émancipation et nous faire dériver vers le matérialisme « trumpiste » le plus cru et l’auto-conditionnement imbécile.

La haine et la violence qu’on instille dans notre société risquent de « réformer » celle-ci à l’envers, c’est-à-dire dans le sens d’un plongeon dans la barbarie. Les gilets jaunes qui cassent ou laissent casser devraient se garder de la fuite en avant, du coup de folie irrémédiable, en bref de « la fin qui aura justifié les moyens » (se faire entendre). Tout ceci peut s’achevant par l’extinction des lumières (la fin de tout lien social). Qu’en diront, un jour, leurs enfants et petits enfants ? Probablement qu’ils auraient du se pencher un peu plus sur la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948, dont l’anniversaire des 70 ans vient de passer à l’as. Dans nos mauvais comportements présents se scelle l’avenir de notre démocratie. Inquiétant. Pourquoi incendier l’avenir ?

Même en BD, la DUDH !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s