On n’arrêtera pas les Talibans sub-sahariens

Les Français et leurs media ont souvent une longueur de retard sur les problèmes qui les concernent, à quelques encablures de leurs côtes. Pendant des décennies, ils ont voulu croire que notre relation à l’Afrique procédait d’une ‘’conscience de notre histoire commune’’ plutôt qu’un attrait pour « Lefric », les monopoles et rétro-commissions qui lubrifient notre actualité partisane. Elf, Boloré et quelques autres ont remis nos horloges à l’heure. Pour parler plutôt de quelque chose de positif, en janvier 2013 l’opération Serval a réalisé la libération spectaculaire des villes du nord du Mali, alors occupées par des djihadistes. Ceux-ci étaient déterminés à faire céder le verrou de Konna pour accéder à Bamako et s’emparer de l’Etat malien. Des émules des Talibans, dans une sorte de scénario à l’afghane.

Sobame-Da, village martyr, au Mali

Mais ces Talibans sub-sahariens prospèrent aujourd’hui dans tout le Sahel et imposent un fardeau impossible sur les épaules de nos 4500 militaires, dispersés dans un espace immense, couvrant au moins sept Etats. L’opération Barkhane est, aujourd’hui, incapable d’en finir avec les groupes terroristes dans le nord du Mali, alors que ceux-ci parviennent à coordonner leurs actions et à recruter massivement au sein d’une jeunesse peu éduquée et socialement abandonnée. Le conflit s’est aussi allumé au Centre-Mali et déborde dans toute la région avec une poussée récente sur le Burkina Faso voisin, qui constitue un couloir d’invasion vers les Etats côtiers d’Afrique occidentale (cf. les attentats de Ouagadougou d’août 2017 et mars 2018). Une « jonction » avec les chasses gardées de Boko Haram, au Cameroun, au Tchad et au Nigéria est également en chantier. Un autre axe d’expansion se dessine aux confins du Niger vers les confluents de la Libye, du Sahel et du Sahara.

L’Afghanistan, l’a amplement démontré : les actions militaires destinées à traiter l’urgence, à soulager les Etats désemparés et mal équipés, changent de sens et perdent leur efficacité dans la durée. Comme à Kaboul, elles créent une sensation d’occupation, par l’ancienne puissance coloniale qui plus est. Elles alimentent la propagande des groupes armés et créent le doute au sein d’une population civile, méfiante car victimisée et abandonnée par ses autorités. L’enchaînement est des plus classiques : brutalités liées aux mesures sécuritaires destruction des économies villageoises, indigence et insécurité au quotidien, volonté que tous les hommes en armes s’éloignent et disparaissent. Faute d’avoir réussi la conquête de vastes espaces, comme initialement envisagé, les stratèges jihadistes se sont rabattus sur la création multiples foyers d’agitation. Sans doute pour constituer à terme une vaste ère sous leur férule. Pour généraliser l’instabilité, ils se sont mis à faire fonds sur les ethnicités et les frictions intercommunautaires auxquels ils surajoutent un vernis islamique – sans plus – utile pour déconsidérer les gouvernements et rendre plus étrangers encore les Français, les Américains, les Allemands, l’ONU, le G 5, tant il est vrai que le cercle des acteurs ‘’pro-occidentaux’’ s’est élargi ces dernières années, sans grande coordination, malheureusement. Dans leur credo, la dimension religieuse s’efface au profit des haines communautaires. Désormaisi, les Dogons agriculteurs et les Peuls nomades et commerçants ne règlent plus leurs litiges coutumiers qu’à coups de massacres. Le banditisme traditionnel est ouvertement assumé comme un acte politique ou une forme (dépravée) de justice. Le conflit civil couve et chacun, dans ces pays, en prend l’amère conscience.

Nos soldats avaient essayé de modérer la guerre civilo-religieuse en Centrafrique. Mission impossible: ils ont du s’en retirer. L’opération Barkhane aurait besoin d’être épaulée par une vraie gouvernance, sociale, active et citoyenne, que les gouvernements de la Région n’ont pas réellement su produire. On sait comment se sont achevées les guerres du Vietnam, d’Afghanistan, d’Iraq et l’opération sur la Libye. Le Sahel et l’Afrique de l’Ouest trouveront-ils un jour leur place dans cette sinistre litanie ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s