* 13 novembre – Dans le brassage, un passage vers le sauvetage

La 2ème édition du Forum de la Paix de Paris a été consacrée à la réponse collective qu’appelle la pandémie de Covid-19. Le forum créé en 2018, pour le centenaire de 1918, est un lieu de concertation entre les chefs d’État, la société civile, les organisations internationales et le secteur privé. Les débats parmi les quelque 10.000 participants de 164 nationalités, ont porté sur les modes de sortie de la pandémie et de relance de l’activité, l’amélioration de la gouvernance mondiale de la santé, l’adaptation des modèles économiques dans le sens de la transition écologique, la non-toxicité des collectes de données et des réseaux sociaux (un accord sur ce dernier point a été passé entre 12 Etats).

Pour augmenter la résilience collective, le Forum a mis en exergue les plus pertinentes des 850 propositions qui lui ont été soumises, des quatre coins du globe. Elles constitueront une grande ‘’boîte à outils’’ à l’usage des États, banques publiques de développement, organisations internationales, ONG, entreprises, fondations, communautés religieuses, syndicats, et universités, participants. En marge, un sommet’’ Finance en Commun’’ devait souligner le rôle des banques publiques de développement pour combiner les réponses à court terme et les politiques durables de reprise impactant la planète et les sociétés.
Ces initiatives ne sont pas exclusivement centrées sur le Coronavirus. Beaucoup couvrent le financement du développement, les efforts pour stabiliser le climat, le sort des exilés et des minorités, la protection des océans et de la biodiversité, l’accès à l’eau potable, la régulation et la sécurisation de l’espace extra-atmosphérique, la régulation des données et de l’intelligence artificielle, la cybersécurité, la gouvernance de l’éducation et l’égalité entre les femmes et les hommes. Le secrétaire général des Nations-Unies a souligné les principales lignes de faille qui traversent ce qui n’est plus à proprement parler la  »communauté internationale » d’antan. Citons celle relative à la solidarité, ‘’ marquée par un repli sur soi et dont les premières victimes sont les minorités ou les réfugiés ‘’. Avec la pandémie, les indicateurs concernant ces populations pauvres ou vulnérables sont passés au rouge comme jamais.
‘’Le monde se fissure. Quel État peut aujourd’hui réparer ces fissures, isolé du reste du monde ?’’ nous rappelle António Guterres. Si, effectivement, le contexte international actuel paraît glauque, l’arrivée prochaine de Joe Biden à la Maison-Blanche apportera une petite chance d’efficacité à ce type de forum, l’amélioration de la qualité du dialogue entre puissances – moins agressive, moins unilatérale -invitant à quelque espoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s