* 18 mars – Plus dur que Raspoutine !

Un tueur, Poutine ? Oui, et il devra payer un jour le prix de ses actes. Voilà un constat factuel, incontestable, qui n’a rien d’un dérapage ni d’une provocation. La cohorte des personnes assassinées sur ordre du Kremlin est là pour en attester devant nos yeux. Les  »convenances diplomatiques » sont à jeter au feu, dès que la Vérité et la Justice » l’exigent. Autant que Bachar lui-même, bien plus que les généraux birmans et même que les geôliers chinois, le Maître du Kremlin règne depuis l’an 2000 par l’assassinat. Il s’est hissé au pouvoir en attisant une seconde guerre – dévastatrice – contre les Tchétchènes. Cette agression délibérée et calculatrice contre une partie de son propre peuple fait penser à un génocide semi-collectif (les Slaves non-Tchétchènes qui ont tenté de défendre le droit ou rendu compte, en tant que journalistes, ont été froidement liquidés avec les autres). Poutine poursuit ses opposants pour les exécuter – y compris par la voie chimique – jusque sur le territoire européen. Il fait abattre un ancien premier ministre devant son palais et joue au jeu de massacre avec les derniers journalistes indépendants. Intervenant militairement en Syrie, il utilise les coordonnées géographiques déposées à l’ONU – celles des hôpitaux et des infrastructures civiles – pour faire massivement tomber la mort sur la population depuis le ciel… Et la liste des incriminations pénales ne s’arrête pas là.

Alors, la question de George Stephanopoulos, journaliste vedette de la chaîne américaine ABC, était toute en fausse candeur… et la réponse du président des Etats-Unis affiche l’honnêteté de la clarté : « Oui », a-t-il acquiescé. Peut-on imaginer plus grande incitation au meurtre que s’il, par prudence, il avait dit ‘’Non’’ ?
Coup au but ! Moscou prend la mouche et annonce le rappel pour consultations de son ambassadeur aux Etats-Unis Anatoli Antonov. Cela veut dire que la diplomatie du Kremlin est ‘’tombée sur un os’’ et qu’elle en est déstabilisée (et pas seulement vexée). La sérénité affichée à Washington, l’amène, au contraire, Biden à ne pas réciproquer : avantage d’image. Pout transformer l’essai, il faudra maintenir la sévérité du regard américain tout promouvant une relation de travail qui corresponde aux responsabilités et aux intérêts – ceux qui sont légitimes – des deux capitales. Répondant à Moscou, Washington a ainsi affiché une coopération sans réserve quant à la prolongation de l’accord START sur les forces nucléaires intercontinentales. Mais, parallèlement, le gouvernement américain a annoncé qu’il étendait ses restrictions d’exportation de produits sensibles vers la Russie en réponse à l’utilisation d' »armes chimiques « contre les opposants. Il faut deux jambes pour marcher.


Le travail de recadrage du partenariat devra prendre soin de ne pas faire basculer la Russie dans l’étreinte de la Chine, si puissante qu’elle pourrait l’assujettir à Xi Jinping. Nous vivons un épisode passionnant dans l’évolution de l’équilibre mondial : géopolitique, pandémie et valeurs peuvent tout changer, tandis que, temporairement, la suprématie des marchés balbutie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s