* 23 avril – Un long feuilleton slave, sans issue claire

La fermeté paie-t-elle en géopolitique ? En évitant une réponse trop standard, le retournement d’attitude de Vladimir Poutine sur l’Ukraine pointerait plutôt l’affirmative, étant entendu qu’un geste tactique ne marque qu’un temps court; que l’économie a généralement sa part dans les (brefs) accès de bon sens des autocrates et que ceux-ci ne sont sensibles à la fermeté de l’adversaire que lorsqu’ils disposent eux-mêmes de qualités de pragmatisme et de discernement. Ce n’est pas toujours le cas.

Moscou vient d’annoncer, le 22 avril 2021, le retrait de ses quelque 100.000 soldats massés sur les frontières de l’Ukraine et en Crimée annexée. Sans doute, une proportion de mercenaires infiltrés restera au Donbass, mais pour un travail de sape patient, pas pour une invasion frontale. Mieux encore, V. Poutine se dit prêt à recevoir à Moscou « à n’importe quel moment » le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, pour parler des hostilités avec son voisin occidental. Certes, la mention ‘’à Moscou’’, laisse présager d’un environnement pressurant le jeune homologue de Poutine, mais l’ouverture correspond à la demande faite par celui-ci et la publicité accompagnant un tel évènement empêcherait le Kremlin d’aller trop loin dans l’intimidation. L’autocrate russe tient – ce n’est pas étonnant – à conserver la face et à rester maître du jeu, du moins aux yeux de ses compatriotes. Il  prétend ainsi que Kiev est ‘’l’agresseur’’ qui chercherait à ‘’détruire’’ ses relations avec Moscou (sans doute une allusion oblique aux velléités ukrainiennes de candidater à l’OTAN et à l’UE). Il renvoie également l’Ukraine à ses responsabilités à l’égard des séparatistes de Donetsk et Louhansk, ce qui, pour une part, tient la route. Personne n’imagine non plus  qu’il songe un instant à ‘’rendre la Crimée », ce qui scellerait pour lui une Bérézina. Au contraire, depuis la presqu’île, il maintient un dispositif d’entrave à la navigation des navires d’Etat étrangers, bloquant l’accès au détroit de Kertch qui sépare lla Mer Noire de la Mer d’Azov. Il s’agit d’une vraie menace pour les ports et le commerce du Sud-est de l’Ukraine. Mais ses ‘’lignes rouges’’ de Poutine sont bien connues et, quand il somme les Occidentaux de les respecter, le vrai message – que n’ont pas capté les médias – est qu’il s’apprête à bouger, mais ne se résignera pas à perdre.

L’Otan a pris note de l’annonce de ce retrait et appelle logiquement à la vigilance. En tout cas, les sanctions ont mordu. Celles de l’Europe – surtout centrées sur le sort de Navalny – ont été utiles, mais le relais pris par l’administration Biden a été plus puissant. La Russie est mal en point : malgré son bon vaccin, qu’elle peine à produire en quantité, le COVID y fait discrètement des ravages. Ses interventions militaires en Europe, en Afrique et au Moyen Orient saignent ses moyens financiers. La Biélorussie, en pleine révolte, est un autre virus, politique, à sa porte. Les recettes tirées des hydrocarbures ne porteront plus longtemps son économie (et elle n’a pas de plan B). La popularité de son tsar vieillissant baisse inexorablement, en même temps qu’augmente le mal-être de la vie quotidienne des Russes, etc.

C’est donc une longue série à rebondissements à laquelle il faut se préparer, dans une mise en scène somme toute assez classique. Mais ça pourrait quand même mal tourner…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s