* 23 juin 2021 – Chaque fraction de degré nous ramollit

Plus 1,5 par rapport à l’ère préindustrielle, on y sera dès demain. Le rapport que le GIEC publiera en février 2022 est plus alarmiste que sa précédente prospective de 2014. En substance, la limite sera franchie d’ici 2025 et on rentrera alors dans une forme plus violente de chaos climatique, un état de non-retour, aux conséquences imprévisibles, en tout cas incontrôlable, ‘’pendant des siècles’’. Un peu comme si, en termes astronomiques, on poursuivait en voiturette plastique un voyage cosmique au-delà de Jupiter. L’accord de Paris déboucherait donc, selon ces prévisions, sur un échec collectif. ‘’La vie sur Terre peut se remettre d’un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes’’, avance le résumé technique du futur rapport. ‘’L’humanité ne le peut pas’’. Aïe, aïe, aïe, c’est bien du sort de l’humanité qu’il s’agit (pas de la Terre) ! Or, les climatologues estiment devoir, dès à présent, abaisser le seuil sous lequel le réchauffement global pourrait être encore ‘’encaissé’’ par la société humaine : 1,1 ° aurait été la ‘’vraie’’ ligne rouge à ne pas franchir.

Pour la biodiversité, ce serait déjà trop tard : ’ les conditions de vie vont changer au-delà de la capacité de certains organismes à s’adapter’’. La menace sera extrême, notamment, sur récifs coralliens essentiels à la vie d’un-milliard de riverains  des océans ou d’îliens. Les peuples des régions arctiques pourraient aussi disparaître en même temps que leurs écosystèmes. L’alimentation verra ses ressources contraintes sous l’effet des aléas climatiques, dans toutes les régions du monde. D’ici dix ans, jusqu’à 80 millions d’humains  supplémentaires rejoindront les cohortes de la sous-nutrition et 130 millions sombreront dans la pauvreté extrême. La hausse du niveau de la mer s’accompagnera de vagues de submersion, à l’origine – comme la sécheresse – de vagues de migrations croissantes. Avec 1,5°C de hausse de température, 350 millions de citadins de plus subiront des pénuries d’eau, surtout par temps de canicule. En termes géographiques (cela mériterait d’être plus finement analysé), des régions comme l’Est du Brésil, l’Asie du Sud-Est, la Chine centrale et presque toutes les zones côtières pourraient être frappées de poly-catastrophes simultanées : canicules, sécheresses, cyclones, incendies, inondations, épidémies de toutes sortes. S’y ajoutent les désastres provoqués par l’Homme, telle la dégradation en savane de l’Amazonie, l’ex-poumon du monde.

‘’Chaque fraction de degré compte’’, face aux dégâts qui s’annoncent. Après vous avoir efficacement glacé le sang – la pédagogie fonctionne sans doute à ce prix – le GIEC se fait un peu souriant, in fine : ‘’L’humanité peut encore orienter sa destinée vers un avenir meilleur en prenant aujourd’hui des mesures fortes pour freiner l’emballement de la deuxième moitié du siècle’’. Ouf ! ‘’Nous devons redéfinir notre mode de vie et de consommation’’. On y court ! Ah, on, j’oubliais : on y court plus. On y courait au pire de la pandémie, quand on chantait en chœur le ‘’monde de demain’’. Belle envie de s’investir dans l’avenir ! Où est-elle passée ? Voyez comme ceux qui nous guident préfère désormais parler de fric et de ‘’tout-sécuritaire’’ ! Fermez le ban !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s