*28 juillet – Good bye, Bagdad !

Joe Biden vient de conclure avec le Premier ministre irakien, Moustafa al Kadhimi, un accord mettant fin au cours du prochain trimestre à la mission de combat des troupes américaines en Irak. En fait, depuis plusieurs mois, les soldats de l’Oncle Sam ne participaient déjà plus aux opérations sur le terrain. 2500 d’entre eux resteront sur place en qualité de ‘’conseillers’’, c’est-à-dire d’instructeurs ou d’agents de renseignement. 19 ans après l’invasion insensée de ce pays, décidée par George W Bush au printemps 2002, arrive l’heure du départ sans gloire, encore une fois… ‘’Notre coopération contre le terrorisme continuera même dans cette nouvelle phase, dont nous discutons », a déclaré Joe Biden, ce qui ressemble bien à une volonté polie de désengagement, formulée dans des termes, certes convenus, mais pas forcément au goût de Bagdad.

Qu’importe, puisque la lutte contre les mouvements jihadistes passe plutôt désormais par la Syrie et par l’Afrique subsaharienne. L’Irak n’est plus non plus un bouclier contre les menées invasives des gardiens de la révolution et autres paramilitaires téléguidés par l’Iran. Lors de l’exécution ciblée par drone, sur le territoire irakien, du général Qassem Soleimani, le grand patron des opérations extérieures iraniennes, Washington a bien dû constater l’impopularité extrême de son engagement, du point de vue de Bagdad. Et d’ailleurs, l’heure n’est plus à la confrontation militaire des Etats Unis avec Téhéran, alors que l’administration Biden multiplie les signes de son désir de reprendre langue avec les mollahs sur l’accord nucléaire de 2015 auquel elle n’est plus partie et que les Iraniens ne respectent plus, mais de façon subtile.

 »Good bye Bagdad ! », donc, et ce sera certainement sans regret. Ce n’est pas, comme en Afghanistan, une défaite à plate couture mais cela conclut quand même un gâchis gigantesque. Des milliards de dollars, des pertes humaines irréparables, des remontrances vexantes de la part du reste du monde, pour en arriver là, sans pouvoir espérer de remerciements ou d’indulgence en retour. C’est aussi perdre la fidélité d’un allié qu’on a mis au pouvoir mais qui préfère une autre vassalité. Finalement, la volonté de désengagement du Moyen-Orient est pratiquement la même sous Biden que sous Trump. On va tout oublier de la Mésopotamie pour basculer les moyens sur l’Asie orientale, sur le  »défi chinois ».

Prospectivement, adopter une posture militaire plus vigoureuse vis-à-vis du géant de l’Asie ne sera pas nécessairement plus judicieux que ne le fut le déferlement du début du siècle sur l’Afghanistan puis sur l’Irak . Mais c’est un autre sujet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s