* 13 septembre – Le jihad n’est pas le fruit du hasard mais d’erreurs géopolitiques

L’anniversaire du 11 septembre est passé, faisant remonter dans nos esprits le sinistre souvenir de l’épopée jihadiste. L’actualité géopolitique et judiciaire pointe un fléau bien présent et même ‘’endémique’’. Par respect des vies innocentes qui ont été perdues le blog ne cherchera pas à exploiter un angle inédit là tout a été dit. Il passe simplement en revue l’émergence et l’emprise envahissante de cette forme du terrorisme international, qui est aussi un ressort majeur des malheurs du monde. L’Occident (essentiellement les Etats Unis) a joué à l’apprenti sorcier principal, réinventant et sur-développant la vieille version guerrière de l’Islam. Les guerres post- 11 septembre ont renforcé le phénomène, en faisant prospérer la haine des ‘’croisés’’. Une prochaine brève traitera du jihad actuel.

1 – Le djihad afghan se développe de 1979 à 1989 (sous le démocrate Jimmy Carter), dans le but qu’entretient Washington d’infliger un ‘’Vietnam’’à l’URSS. La vengeance sur 1975 (débâcle en Indochine) planne dans les esprits. Il faut punir l’armée rouge d’avoir envahi l’Afghanistan, pensant pouvoir sauver un régime communiste local chancelant. A Washington, Zbigniew Brzezinski, le conseiller pour la sécurité nationale, fait soutenir par la CIA un ‘’djihad’’ financé par les pétromonarchies de la péninsule Arabique et porté par les tribus pachtounes de tradition guerrière et banditesque.

A l’initiative du Pakistan, allié très ambigu, les services de renseignement ajoutent à ces combattants locaux une strate d’étudiants en religion (talibans) que Washington soutient en faisant feu de tout bois. C’est le point de départ du djihadisme transnational. A la veille du 15 février 1989 marquant la défaite de l’Armée rouge, la victoire américano-islamiste se trouve éclipsée par la fatwa de l’ayatollah Khomeini. Celui-ci y condamne à mort, pour blasphème, l’écrivain Salman Rushdie, auteur des Versets sataniques. Victorieux contre les Russes, les jihadistes sont dépossédés par leur échec médiatique et abandonnés par l’Occident. Pour leurs chefs, les ‘’masses musulmanes’’ n’auraient pas rejoint‘’l’avant-garde islamiste », par seule crainte de la puissance occidentale. L’Egyptien Ayman Al-Zawahiri, bras droit du saoudien Ben Laden, appelle alors à l’expansion du jihad à travers le monde musulman : Egypte, Algérie, Bosnie… l’offensive doit être mondiale. Al-Qaida naît bientôt de cette guerre sectaire intra-islamique. Ben Laden étend vite le champ du jihad à tous les ‘’impies’’ de la Terre, pour damer le pion à ses rivaux chiites et faire pénétrer la violence sacrée au cœur même de l’Occident (que ses kamikazes attaquent depuis plusieurs années déjà sur les théâtres d’opération du grand Moyen-Orient). Ce sera plus spectaculaire encore que la fatwa iranienne. Une longue série d’attentats terroristes, y compris contre des civils, s’ensuit, appuyée par d’importants financements privés ‘’religieux’’, venus du Golfe. Le passage de la résistance anti-soviétique au jihad global doit beaucoup au fanatisme de Saoudiens et de Pakistanais… et à un activisme naïf des Américains.

Les attentats du 11 septembre 2001 contre l’Amérique en constituent l’apogée. Ils font de l’orgueilleuse Amérique un colosse aux pieds d’argile. Les images d’avions percutant les tours du World Trade Center sont reprises par les chaînes satellitaires du monde entier. Lorsque l’architecte des attaques coordonnées, le Pakistanais Khalid Cheikh Mohammed – un intellectuel formé aux Etats Unis – sera arrêté, on découvrira que son projet démentiel impliquait pas moins de dix avions destinés à frapper autant de villes américaines, dont les métropoles de Californie et de l’état de Washington (sur la côte ouest). Ben Laden aurait exigé une attaque plus concentrée.

Les Etats Unis, désarçonnés, entament ‘’à l’instinct’’ une ‘’guerre globale contre le terrorisme’’ aux cibles floues mais sur fond de consensus international en béton. On ne reverra plus cela ensuite. L’humiliation infligée à l’Occident par la frappe jihadiste n‘est pas parvenue à affaiblir durablement l’Empire. Le ressaisissement patriotique de l’Amérique – en mobilisant sa puissance armée mais en se trompant de cible – va aboutir à l’opération hâtive de représailles en Afghanistan. Le pays est depuis 1996 aux mains des Talibans, qui ont accueilli les bases d’attaque des chefs d’Al Qaïda. Avaient-ils pour autant quelque levier sur leurs plans terroristes ? Le refus des Afghans de livrer Ben Laden à l’Amérique déclenche l’invasion par la coalition internationale aux côtés des forces tribales afghanes, qui feront le gros du travail. Dès février 2002, les jihadistes ont fui. Des grottes de Tora Bora, ils passent au Pakistan, abrités par les talibans locaux (leur ‘’maison-mère’’) et l’ambiguïté d’Islamabad. L’Amérique et les coalisés restent pourtant en Afghanistan. Contre toute logique, ils s’en prennent aux forces talibanes en posture de résistance face aux étrangers et en confrontation logique avec le gouvernement de seigneurs de la guerre formé sous le giron de l’Amérique. Dès lors, l’ingérence multiforme des forces de l’OTAN dans la vie intérieure de l’Afghanistan – qu’il s’agirait, comme l’Irak de ‘’reconstruire’’ – en le transformant de fond en comble offre une légitimité populaire aux talibans. Ils peuvent compter sur le temps, sachant trop bien que les étrangers devront quitter le bourbier, comme les Britanniques et les Russes avant eux.

Les conséquences du 11-Septembre ont, par ailleurs, été amplifiées par l’immixtion occidentale dans les conflits intra-musulmans. Face aux forcenés du wahhabisme sunnite, Washington se retrouve, au stade initial de sa riposte, pratiquement dans le même camp que Téhéran. Ainsi monte le sentiment d’une collusion avec l’ennemi suprême du Sunnisme, incarné par la révolution khomeyniste. Cette alliance de pures circonstances, très inconfortable, exacerbe le ressentiment des Sunnites. L’invasion de l’Irak en mars 2002 porte leur rancœur au paroxysme. A Bagdad l’Américain Paul Bremer lance la purge de l’élite bassiste (associée à Saddam Hussein) et offre aux milices chiites leur revanche : un accès sans partage au gouvernement et à l’appareil militaire irakiens. Ils s’y engouffrent de façon vengeresse. Beaucoup de cadres bien formés et rompus à l’art de la guerre passent alors à Al Qaïda puis à la nouvelle mouvance jihadiste. Dans un retour du sort, l’organisation pyramidale d’Al Qaïda succombe, autant sous les coups portés par les milices chiites irakiennes et iraniennes (coordonnées par le général des pasdarans, Ghassem Soleimani) que ceux de la ‘’guerre contre la terreur’’ lancée par George W. Bush et ses supplétifs tribaux. Laissant l’Afghanistan à son sort – négligé – les troupes US déferlent alors sur Bagdad et en Mésopotamie pour ‘’finir le travail’’ commencé par Bush senior en 1990-91.

Conséquence directe du 11 septembre 2001 les attentats contre les tours jumelles et le Pentagone ont galvanisé une nouvelle génération islamiste. L’insuccès opérationnel final d’Al-Qaida n’empêche pas une forme de succès d’estime en Europe auprès de la jeunesse en rupture d’intégration et convaincue de trouver une revanche dans la soumission d’un Occident en plein déclin. Beaucoup sont prêts à en découdre pour le hâter. Au printemps 2012, les frères Merah,commettent leurs tueries à Toulouse et à Montauban, prélude à celles de Charlie Hebdo en janvier 2015 et du massacre de Paris et Saint-Denis en novembre suivant. L’exemple est donné. On est à l’époque des printemps arabes réprimés par les dictatures. L’Occident y voit un miroir de son modèle démocratique. Pourtant, les démocrates arabes sont partout écrasés. Les jihadistes recueillent les fruits de leur combat contre les dictatures puis les éliminent sans pitié. Comme conséquence imprévue, une génération jihadiste plus impitoyable encore émerge des prisons et des tréfonds de la société, armée d’un double projet étatique et universaliste. C’est le sinistre Etat Islamique, ‘’Daech’’, avec qui les jihadistes européens font la liaison en Irak et en Syrie, puis finalement, partout sur internet. Cette seconde vague terroriste va s’avérer plus dangereuse encore que la première. Toutes les autorités confrontées au phénomène s’en trouvent totalement dépassées (à suivre).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s