* 10 janvier – Risque de guerre : l’Aigle et le Dragon


L’antagonisme entre la Chine et les Etats-Unis a été, à l’origine, commercial. Mais tous les jours ou presque, de nouveaux éléments viennent alourdir le contentieux entre ces deux puissances. La rivalité a désormais envahi l’ensemble du spectre géostratégique. Technologie; puissance militaire; conquête de l’espace; hégémonie mondiale, aucune affaire mondiale n’y échappe. Les Chinois sont subjugués par le ‘’rêve’’ dont Xi Jinping a fait son programme : dépasser les États-Unis et prendre le leadership mondial dans tous les domaines.

Sûrs, de leur côté, de pouvoir conserver ledit leadership et leur avance sur les autres puissances, sans doute un rien condescendants quant à la puissance réelle de leur adversaire, les Américains se sont longtemps réfugiés dans le déni. Mais Pékin dispose désormais de la plus grande marine militaire du monde et d’un arsenal stratégique qui croit exponentiellement en taille et en portée. Son hégémonie en Asie, mais aussi au-delà, à travers le maillage des nouvelles routes de la soie, sonne l’alerte. L’inflexibilité teintée de mégalomanie de la direction du Parti chinois s’impose désormais à tous les acteurs géopolitiques de la Planète . Elle ne se laisser arrêter par rien, ni par personne, au point de s’enorgueillir de ses missiles hypersoniques et de ses têtes nucléaires capables d’anéantir toutes les grandes métropoles des Etats-Unis. Certes, une performance, mais ue menace pour la Paix !


Après l’avoir trop minoré, le défi chinois obsède durablement l’Amérique. Avec la stratégie du pivot, Washington mobilise tous ses moyens pour tenter d’endiguer l’hégémonie montante de Pékin. Les répliques se succèdent : annulation de la participation d’officiels américains aux J.O de février à Pékin ; boycott de la technologie 5G chinoise et, surtout, tensions croissantes dans le détroit de Taïwan dont l’accès aux eaux internationales doit désormais être forcé par l’US Navy. Ecoutons Alain Frachon, l’éditorialiste du Monde à ce propos :


« Courant décembre 2021, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, livrait son diagnostic sur les manœuvres répétées de l’armée chinoise visant Taïwan. Elles ont tout l’air d’une répétition avant l’invasion, disait-il. Sans insister particulièrement sur ce point, le président chinois, Xi Jinping, n’exclut pas l’option militaire. Tout en reconnaissant l’unité de la Chine (nota : pas le monopole absolu du Parti communiste), les Etats-Unis se sont engagés en 1979 à fournir à l’île, qui depuis 1949 s’auto-gouverne de façon autonome, les moyens de se défendre. Cela n’oblige pas les Etats-Unis à intervenir militairement eux-mêmes, mais le président américain, Joe Biden, laisse courir une manière d’ambiguïté. A tout le moins, Pékin s’interroge sur la nature de la réaction américaine en cas d’assaut sur Taïwan ». Manifestement, Washington aussi…

L’invasion n’est pas pour demain matin, car l’Oncle Xi se doit de passer, en idole adulée des masses, le cap pour lui stratégique du 20e congrès du Parti, à l’automne. Pourtant, lorsqu’il jugera le moment favorable à l’usage de la force (l’Occident suffisamment affaibli), peu d’observateurs doutent qu’il se réfrènera. La communauté internationale – pour autant qu’elle existe – aura le plus grand mal à pardonner un assaut frontal aussi massif contre une population de 24 millions d’âmes, un crime contre l’humanité qui promettrait d’être sanglant. Après le Tibet, Tiananmen-1989 et Hong Kong-et les Ouigours du Xinjiang-2020, une telle montée en puissance de la violence contre des populations civiles achèverait de conférer au Parti-Etat l’image d’un ogre qui, l’un après l’autre, dévore ses enfants. Cela rappelle un certain dirigeant russe moustachu. Doutons que l’anthropophagie puisse pérenniser un régime politique !

3 réflexions sur “* 10 janvier – Risque de guerre : l’Aigle et le Dragon

  1. Patrick MICHON 10 janvier 2022 / 11 11 32 01321

    Cher Ourson, un petit commentaire sur ta phrase : « Mais Pékin dispose désormais de la plus grande marine militaire du monde ».
    Tu fais là une confusion (d’observateur civil, et donc civilisé) entre :
    1- le nombre de bâtiments,
    2 – le tonnage global des bâtiments de combat et de soutien,
    3 – et la capacité militaire d’emploi tactique et d’action stratégique

    Sur les points 2 et 3 l’US Navy, que l’on s’en félicite ou non, est indiscutablement la reine des océans depuis 1944.

    Il est possible de construire en grand nombre des frégates, des sous-marins (c’est plus difficile) et des porte-avions (encore plus complexe, avec le parc aérien) en quelques années. Pour entrainer un équipage, et plus une escadre il faut au moins 30 ans. Ce délai est incompressible (Pour faire un enfant, une femme a besoin de 9 mois. dix femmes ont aussi besoin de 9 mois).

    Donc la marine chinoise ne sera une réelle menace pour l’US Navy que vers 2050.Sauf percée technologique ou effondrement civilisationnel ( ce qui n’est évidement pas impossible, mais l’US Navy et l’ US Marine Corps les piliers les plus solide de l’Imperium états-uniens).

    J’aime

    • Bertrand 10 janvier 2022 / 12 12 28 01281

      Bien dit, mais la marine chinoise opère  »chez elle » au large de ses côtes. L’US Navy ne pourra pas concentrer ses moyens de la même façon. De plus la Chine compte plus sur son arsenal balistique que sur la formation de ses marins. Tout groupe humain, surtout les militaires, est assujetti au décision du Parti. Les initiatives individuelles sont plutôt suspectes. Le système repose plutôt sur l’acceptation enthousiaste de la mort au combat et le mépris pour la surprotection. Ca marche bien face à des armées adverses qui s’escriment au  »zéro mort »

      J’aime

      • MICHON 10 janvier 2022 / 17 05 30 01301

        Le fer de lance de l’US Navy est ses 11 porte-avions (et ensuite ses 10 porté-aéronefs) qui permettent l’action contre la terre. Le cauchemar des amiraux est la mise au point par les ingénieurs de l’Empire du Milieu (et du Mal …) de missiles hypersoniques tueurs de porte-avions qui changeraient l’équilibre des forces. Nos amis Yankee seraient assurément tentés dans ce cas à effectuer une frappe préventive. Patrick

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s