Extinction rébellion des classes moyennes

Article de Nicolas Baverez, dans Le Point – Novembre 2019. Une fois n’est pas coutume, l’Ours emprunte un article qui l’a convaincu au point qu’il regrette de ne pas l’avoir écrit lui-même. Reconnaissance à Nicolas Baverez, qui articule avec talent sociologie et géopolitique.

Réincarnation des sans-culottes ?
Les classes moyennes modestes se rebellent aux quatre coins du monde (illustration Ours)

Du Chili à Hongkong, d’Alger à Barcelone, le désespoir gronde et marque un tournant historique, notamment pour les démocraties. Il devra être entendu. Dans la continuité du mouvement des gilets jaunes, qui surplombe désormais le quinquennat d’Emmanuel Macron et a enterré ses velléités de réforme de la France, l’insurrection des classes moyennes se mondialise

Hongkong traverse depuis cinq mois une crise sans précédent, qui voit quelque 200 000 jeunes manifestants conduire une guérilla urbaine pour dénoncer le total-capitalisme chinois et exiger le départ de Carrie Lam, cheffe de l’exécutif aux ordres de Pékin.

– Au Chili, qui se considérait comme une oasis de stabilité au milieu des désordres de l’Amérique latine, l’augmentation du ticket de métro a déclenché des émeutes qui ont fait une vingtaine de morts et jeté dans les rues de Santiago plus de 1,2 million de personnes, y compris dans les quartiers favorisés, imposant la déclaration de l’état d’urgence et le déploiement de l’armée, pour la première fois depuis 1987 et la dictature de Pinochet.

– L’Equateur a connu des émeutes sanglantes et les protestations se multiplient en Argentine face à la chronique du retour annoncé des péronistes au pouvoir. En Bolivie, la déclaration de la victoire d’Evo Morales dès le premier tour de l’élection présidentielle, alors qu’un référendum de 2016 lui interdisait de se présenter à un quatrième mandat, a déclenché une grève générale. Au Liban, 1,3 million de personnes sur les 4 millions que compte le pays, toutes communautés confondues, se sont mobilisées le 18 octobre pour exiger le retrait de la taxe sur les appels via les messageries Internet, protester contre la corruption endémique qui ronge le pays et demander la réforme de l’Etat confessionnel.

– En Irak, la population s’est soulevée, au prix de plus de 200 morts, pour dénoncer la corruption et la confiscation du pouvoir par les chiites. A Alger, les manifestations du vendredi se poursuivent de manière pacifique, en dépit du durcissement de la répression, pour obtenir la fin de la dictature militaire dirigée par le chef d’état-major des armées, Ahmed Gaïd Salah.

– En Espagne, Barcelone vit au rythme des manifestations de masse et des émeutes urbaines depuis la condamnation de neuf dirigeants indépendantistes à des peines de neuf à treize ans de prison par la Cour suprême. 

Ces mouvements restent très divers et hétérogènes, dans leur nature et leur origine comme dans leurs aspirations : la lutte pour la démocratie à Hongkong ou à Alger, la dénonciation de la structure communautaire des institutions au Liban ou en Irak, la justice sociale au Chili. Mais il existe aussi des facteurs communs tant dans leur forme que dans leurs causes. 

– Plusieurs lignes de fracture. Tout d’abord, il s’agit d’une insurrection des classes moyennes, éduquées et urbanisées, et notamment de la jeunesse. Elle s’inscrit dans la durée et s’exprime par une violence radicale, sauf en Algérie. Elle n’est pas structurée autour de leaders, d’organisations ou d’un programme d’action, mais se catalyse de manière horizontale à partir des réseaux sociaux. Pour toutes ces raisons, ces mouvements fluides et radicaux restent insaisissables, difficiles à réprimer autant qu’à désarmer politiquement.

Ce soulèvement des classes moyennes s’enracine dans plusieurs lignes de fracture. En premier lieu, leur paupérisation et leur désintégration avec le blocage de la mobilité sociale, notamment en Amérique latine, qui connaît une nouvelle décennie perdue avec une croissance limitée à 0,2 % – contre 5,9 % en Asie et 3,2 % en Afrique –, ou au Liban, où le taux de chômage atteint 30 %. Ensuite, dans les pays prospères, la montée des inégalités de revenu et de patrimoine, indissociable du capitalisme de prédation qui sévit en Chine mais aussi au Chili, où 1 % de la population possède 25 % des richesses. Ces inégalités sont aggravées par la polarisation des territoires, qui va de pair avec des difficultés d’accès à l’éducation, à la santé ou à des retraites décentes, mais aussi à l’eau, à l’électricité ou aux transports. La situation est particulièrement critique dans le domaine du logement du fait des bulles immobilières, alimentées par les politiques monétaires expansionnistes et qui entraînent l’expropriation d’une partie de la population : à Hongkong, un emplacement de parking s’est vendu 970 000 dollars, tandis que les prix de l’immobilier se sont envolés de 150 % en dix ans à Santiago du Chili. Enfin, la perte totale de confiance dans les dirigeants et les institutions politiques, aggravée par la corruption – à l’image des scandales Petrobras et Odebrecht en Amérique latine –, encourage le basculement dans le désespoir et la violence. 

Point de rupture. La révolte mondiale des classes moyennes n’est pas sans rappeler celle de la jeunesse en 1968. Après les étudiants allemands en 1967, la France affronta la révolution de mai, qui faillit emporter la Ve République, tandis que les Etats-Unis s’enfonçaient dans l’émeute après l’assassinat de Martin Luther King et qu’enflait la mobilisation contre la guerre du Vietnam, que les étudiants japonais exigeaient la fermeture des bases américaines dans l’archipel, que le Mexique massacrait les manifestants sur la place des Trois-Cultures, que le printemps de Prague était étouffé par l’invasion de la Tchécoslovaquie, dans la nuit du 20 au 21 août, par 500 000 soldats des forces du pacte de Varsovie. 

En 1968 comme aujourd’hui, les objectifs des manifestants étaient très variés, voire opposés de part et d’autre du mur de Berlin. A l’ouest, une jeunesse, fascinée par la révolution et le maoïsme, fustigeait la société de consommation et les libertés bourgeoises ; à l’est, des adultes risquaient leur vie pour échapper au totalitarisme soviétique et pour accéder à la démocratie, à l’économie de marché et à l’Europe. Mais dans les deux blocs, la protestation marquait un point de rupture, actant la clôture du cycle de la reconstruction et de l’après-Seconde Guerre mondiale d’un côté, la faillite du socialisme et de l’économie planifiée de l’autre. 

– Des modèles caducs. La rébellion actuelle des classes moyennes marque aussi un tournant historique, notamment pour les démocraties, dont elles constituent le socle sociologique et politique. Leur décomposition, sous l’effet de la mondialisation, de l’ubérisation et de la robotisation, représente une menace majeure pour la survie de la liberté politique et de l’économie de marché. La violence reste condamnable mais le désespoir qu’elle exprime doit être entendu. La solution n’est pas dans la répression ou dans le pourrissement, option retenue par la plupart des pouvoirs contestés qui n’ont pas vu monter la colère. Les mesures d’urgence pour annuler les hausses de taxes, rétablir la justice fiscale, améliorer l’accès aux services de base, lutter contre la corruption, normaliser le statut des gouvernants sont indispensables et bienvenues. Mais elles ne suffiront pas.

Le modèle de la mondialisation libérale comme le total-capitalisme chinois sont désormais caducs. La crise appelle des politiques radicalement nouvelles, notamment au sein des démocraties, pour rendre confiance et espoir aux classes moyennes : le respect du principe « un homme, une voix » et l’encadrement strict du pouvoir économique dans les élections ; la restauration de l’impartialité de l’Etat et du jeu des contre-pouvoirs, qu’il s’agisse de la justice, des banques centrales ou des médias ; un nouveau pacte économique et social au service d’une croissance inclusive et durable ; la régulation du capitalisme de rente et de prédation, qui impose notamment la réintégration du secteur numérique dans l’Etat de droit ; la garantie de l’accès à l’éducation, à la santé et aux services de base en tout point du territoire ; le réinvestissement massif dans la sécurité intérieure et extérieure. Pour désarmer la révolte des classes moyennes et les réconcilier avec la liberté, il faut redonner sens à l’idée de progrès.

Cerner la Géopolitique, savoir où elle nous mène

 »Qui tient la mer tient le commerce du monde ; qui tient le commerce tient la richesse ; qui tient la richesse du monde tient le monde lui-même » (Walter Raleigh , 1552-1618, écrivain, poète, courtisan, officier et explorateur anglais – décapité à la tour de Londres)

Depuis la décennie 1980, la géopolitique connaît un beau succès populaire en France. Elle  se présente à nous sous plusieurs définitions : ‘’formation et action des puissances politiques dans l’espace’’ (Fondation des études pour la défense nationale) ; ‘’analyse géographique de situations socio-politiques’’ (Michel Foucher, géographe et diplomate français) ; ‘’tout ce qui concerne les rivalités de pouvoirs ou d’influence sur des territoires ou sur les populations qui y vivent » (Yves Lacoste, géographe et historien, fondateur de l’Institut géopolitique Français). A l’origine, cette discipline ne désignait que les rapports de pouvoir entre États, mais son contenu s’est étendu plus généralement à l’étude, dans l’espace, de l’exercice du pouvoir, quelle qu’en soit la nature – étatique, rebelle, économique ou autre – ou l’échelle – du village au continent jusqu’au cosmos. Elle tend aujourd’hui à mettre aussi en avant les désordres de l’écosystème et du climat, particulièrement perturbateurs du système mondial. Autrement dit, elle devient la science politique de la mondialisation, reliant le fait local au système mondial, en faisant un détour par l’étude des crises, des cataclysmes, des ambitions et des excès. 

Quels buts vise-t-elle ? Yves Lacoste en définit l’objectif ainsi : ‘’les raisonnements géopolitiques aident à mieux comprendre les causes de conflit au sein d’un pays ou entre Etats » (ou mouvements armés), mais aussi à  »envisager quelles peuvent être, par contrecoup, les conséquences de ces luttes dans les pays plus ou moins éloignés et parfois dans d’autres parties du monde’’ (Yves Lacoste :  »Géopolitique, la longue histoire d’aujourd’hui » – Larousse 2006). Le géopolitologue relie ainsi l’histoire passée, riche de ses enseignements, à la prévision ou à la prévention des conflits futurs. 

– Comment est-elle arrivée jusqu’à nous ? Le premier penseur géopolitique malgré lui, Hérodote d’Halicarnasse (484-425av. JC) était, comme il se doit, historien et géographe. Il disséqua la menace constituée par les Perses et des Egyptiens pour mieux en prémunir Athènes. On ne peut mettre la géopolitique en œuvre sans coller à l’Histoire. Etudier celle-ci implique de tracer des frontières sur des cartes, de situer dans l’espace les conquêtes et les revers de souverains, de localiser et répartir les populations, etc. C’est de même dessiner des fronts militaires (ou sociaux), des lieux de batailles dont on relèvera l’issue, des infrastructures de défense, des flux humains, en évaluant leur efficacité et leur coût. L’habillage de l’espace permet d’extrapoler les rapports de force à la source des politiques (et des nombreuses erreurs fatales en la matière) et d’analyser les raisonnements et les conduites des grands acteurs, d’en expliquer alors les hauts faits comme les échecs.

De ce raisonnement dans l’espace et au travers des comportements, on tirera des axes de recherche du style :  »pourquoi en est-on arrivé là ? »,  »quels peuvent être les évolutions, les causes de rupture ? »,  »quel conflit ancien pourrait resurgir, au détour de quelle contradiction nouvelle ? ». Mais le praticien va se heurter à une foule de manipulations historiques, d’intox conscientes ou non, à la  »vérité officielle » des propagandes devenues des dogmes historiques, qui polluent, à toute époque, la justification de l’exercice du pouvoir. La géopolitique est éminemment falsifiable : c’est son moindre défaut.

– De façon inhérente à sa composante ‘’politique’’, la géopolitique est, en effet, particulièrement exposée à récupération par les gouvernants civils ou les hiérarchies militaires, même dans l’Etat de droit. Les premiers tâtonnements théoriques remontent aux écrits de Machiavel ou de Clausewitz relatifs aux  »bonnes pratiques » pour comprendre et exploiter les rapports de forces. Confisquée à son profit par le pouvoir napoléonien (pour lequel  »tout pays a la politique de sa géographie »), elle n’a émergé, en tant que science plus ou moins objective qu’au 19ème Siècle, lorsque l’histoire est rentrée dans les programmes scolaires européens et qu’un public – suffisamment large et déjà bien informé – a formulé l’exigence d’une explication rationnelle des évolutions dans l’Europe des empires. Ces personnes partageaient le souci de cerner, avant les autres, les incidences possibles sur leur vie des troubles courants plus ou moins distants du monde extérieur. Dès 1848, avec l’affirmation des nationalités en Europe, les dirigeants ‘’démocratiques’’ se sont sentis tenus d’expliquer à leurs populations leur politique étrangère. Les journaux ont ouvert des rubriques sur le sujet. Les entreprises, lancées dans l’épopée impérialiste, ont calé leurs stratégies sur ce guide de l’intérêt national. Exclusivement européo-centrée, la géopolitique d’alors, comme l’histoire, ont épousé les causes  »patriotiques » de leur époque et les intérêts et valeurs de leurs commanditaires.

– Le mot lui-même est d’usage plutôt récent. ‘’Politische Geographie’’ est apparu, en Allemagne, dans les écrits de Friedrich Ratzel (1844-1904), botaniste et géographe ‘’patriote’’, engagé dans l’expansionnisme colonial et le ‘’sea power’’ (expansion maritime) pour le compte du 1er Reich. L’universitaire suédois Rudolf Kjellen (1864-1922) contractera le terme, en 1905, en ‘’Geopolitik’’, qui avait l’avantage de pouvoir servir aussi d’adjectif. En Prusse, la science géographique était la plus avancée qu’ailleurs en Europe et l’histoire était largement enseignée. La pensée d’Emmanuel Kant y avait préparé les esprits, en parvenant à conjuguer l’étude de l’espace à celle du temps. A la même époque, le  »darwinisme social’’, appliqué aux relations entre groupes humains,cherchait à accréditer l’idée que la ‘’loi de l’espèce’’ accordait tous les privilèges aux peuples les plus forts, à l’image de l’Evolution œuvrant contre les éléments faibles, dans la nature. Cette conception raciale a connu du succès en Europe, dans la première moitié du XXème siècle. Elle a empoisonné la science de l’Histoire et donc la géopolitique qui lui est cousine.

– La cousine anglo-saxonne de l’école allemande s’est développée dans l’optique d’une domination globale à maintenir sur les océans et sur les terres.

Le  »sea power » (théorie de l’empire maritime), tel que conçu par le stratège naval américain Alfred Mahan (1840-1914) définit la puissance d’un État (en l’espèce le Royaume-Uni) par la domination des mers ou océans.Son travail consiste donc il s’est spécialisé dans l’étude des principes stratégiques historiques régissant le contrôle des mers. Mais la planète comporte aussi une  »île mondiale » au milieu des océans. Halford John Mackinder (1861-1947) pose en postulat que, pour dominer le monde, il faut dominer l’île mondiale et principalement le cœur de cette île, le Heartland,  »pivot géographique de l’histoire » (allant de la plaine de l’Europe centrale à la Sibérie occidentale et en direction de la Méditerranée, du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud). Pour rester une grande puissance mondiale, l’Angleterre doit aussi s’attacher à se positionner sur terre en maîtrisant les moyens de transport par voie de chemin de fer. L’approche géopolitique anglaise renvoie à une volonté de domination du monde via le commerce, en contrôlant les mers, puis désormais les terres. 

– Au lendemain du premier conflit mondial, l’Allemagne, prise dans  »l’étau du Traité de Versailles’’, en inaugura une nouvelle dimension, défensive et victimisée. Les spécialistes allemands théorisèrent scientifiquement les injustices imposées par les vainqueurs et justifièrent la préparation d’une revanche contre les ‘’vieilles’’ démocraties (cf. les ‘’Zeitschriff für Geopolitik’’ de Karl Haushofer, revue très prisée du monde politique allemand dans l’entre-deux-guerres). La pensée stratégique de Vladimir Poutine reflète assez bien cet état d’esprit, de nos jours.

– Dans les années 1930, le nazisme s’est emparé de cet outil, pour en faire ‘’une sorte de slogan pseudo-scientifique’’ (Yves Lacoste p 18), exaltant la population allemande dans sa guerre de conquête et d’oppression (‘’lebensraum’’/ espace vital ; ‘’Staat als Lebenform’’ / nature organique de l’Etat, etc.). Il était donc inévitable, au lendemain de la seconde guerre mondiale, que la science géopolitique, dévoyée par les propagandistes nazis, ait sombré dans la stigmatisation et le tabou. En France, cela a duré trois décennies. Hormis l’ouvrage de Vidal de la Blache ‘’France de l’Est’’, les géographes ne s’intéressaient guère au politique et les historiens préféraient travailler entre eux. 

– La géopolitique a néanmoins resurgi – sous d’autres vocables et dans une optique essentiellement stratégique – avec la guerre froide. Parmi d’autres, la crise de Berlin (1948-49) et celle des fusées à Cuba (1962) ont vu les deux blocs  »jouer » une partie au bord du gouffre, autour de cartes et de paris raisonnés sur le comportement l’un de l’autre. L’Alsace-Lorraine ‘étant plus à récupérer, pour la France, le plus géopolitique tenait aux conflits coloniaux, dont elle ne parvenait pas à s’extraire. Une nouvelle application de la géopolitique est apparue en rapport avec ce problème, appelant une approche plus civile et institutionnelle que classiquement militaire. Elle correspondait aussi  aux évolutions de la science politique : éclairer la problématique des résistances nationales, les perspectives tant d’une pérennisation des affrontements que de l’octroi des indépendances, l’atout du pétrole saharien et des sites d’expérimentation nucléaire, les choix de souveraineté dans et hors de l’OTAN. Si entre les deux blocs, on s’accuse avec acrimonie, de menées  »géopolitiques’’, (c’est dire…), dans la France du général de Gaulle, on parlera plutôt  ‘’d’options de politique étrangère’’. Mais on sait bien de quoi il s’agit.

– En décembre 1978, l’incompréhension saisit les politologues français : les communistes vietnamiens lancent une invasion contre les communistes khmers rouges, alors qu’on croyait impensable un conflit entre vainqueurs de la ‘’guerre américaine’’ du Vietnam. En février 1980, c’était au tour de la Chine communiste de ‘’punir’’ son voisin vietnamien. L’URSS met alors la Chine en garde et fait entrer sa marie en mer de Chine. Le tropisme classiquement ‘’idéologique’’ des commentateurs français s’en trouve complètement pris de court. Le Monde en conclut qu’il faudrait chercher, ‘’dans la géopolitique’’, un complément d’explication à l’histoire classique. Le monde journalistique embraye. Le terme, dont l’origine allemande était alors complètement oubliée, s’en trouve réhabilité. Il est rapidement réinvesti dans d’autres conflits atypiques (Liban, Afghanistan, Iraq-Iran et surtout l’implosion de l’URSS, en 1991, et la nouvelle donne européenne, les équipées américaines en Iraq, en 1991 et 2003, les visées chinoises en Mer de Chine, plus récemment les incursions de la Russie de Poutine dans les Etats voisins… ). Depuis 1976, une revue de géographie et de géopolitique vaut référence pour l’école française éponyme. Elle s’appelle, bien sûr, ‘’Hérodote’’.

– Dans ce blog, fort peu académique et plutôt branché sur l’actualité du monde (sans omettre l’influence de l’Histoire), je suis mon propre fil : «géopolitique = géographie + politiques + sociologie + échanges économiques + rapports de puissance, de domination ou d’émancipation ». La chronologie des  »brèves » (une ou deux par jour) s’appliquent à montrer que le monde bouge, au quotidien, dans tous ses retranchements, zones de lumière ou zones d’ombre. Il faut courir derrière pour ne pas perdre la  »grande image » de notre époque. Les cartes sont le plus souvent remplacées par des dessins d’ours, car il faut bien éviter d’assommer le client-lecteur mais les cartes sont dans la tête de l’Ours.

S’agissant d’ambitions, de rivalités ou de luttes, le cercle des acteurs concernés n’a cessé de se diversifier. Ainsi, Al Qaida et Daech sont devenus des grands classiques de l’analyse géopolitique, dans notre ère de fusionnement de toutes les sciences humaines.  Chacun d’entre nous est un micro-acteur car les grands flux de la mondialisation puisent à  source des individus  »atomisés » au sein des sociétés. Je fais mienne la théorie du Prof. Bertrand Badie (enseignant à l’IEP), comme quoi les contradictions qui s’expriment à l’international répondent à des dynamiques très comparables voire identiques à celles que l’on perçoit sur la scène sociale. Il n‘y a pas de cloisonnement de part et d’autre des frontières et des mers : les mêmes sciences humaines opèrent de la même façon. La pluralité vaut aussi pour les domaines de mise en tension, qui outre le social, le militaire, la culture et les valeurs qu’elle porte, les épopées historiques, les croyances religieuses, englobent de plus en plus la technologie (le numérique, les réseaux, les robots, les armes de destruction massive, les biotechnologies, l’espace, la météorologie, l’écologie, les réalités sociologiques, etc.). En fait, en dehors des affaires immédiates du village (quoi que…), de la routine des jours heureux, des faits divers les plus fortuits, de l’éducation de base, de la chansonnette et du sport (quoi que, encore…), la géopolitique s’intéresse à tout ce qui fait bouger le monde. Pas moins…

 

Friedrich Ratzel, fondateur (coupable) de la géopolitique

BreakPshiiit ! (la géopolitique du Brexit)

Quitter le bord, OK, mais pour atterrir où ?

Nos amis britanniques sont-ils heureux ou tout au moins soulagés de rompre avec l’Union Européenne ? S’ils l’étaient, ceci justifierait, quoi qu’on en pense, les errements récents de leur classe politique. Mais, à l’heure où le Parlement et le gouvernement dressés l’un contre l’autre se neutralisent mutuellement et l’Histoire s’embrouille autour de trahisons et de subterfuges surréalistes, aspirent-ils à autre chose qu’à mettre « l’affaire » derrière eux » pour n’y plus penser ?

1 – Après trois années de doute, d’information faussée, de fantasmes collectifs d’invasion ou de rêve d’un retour glorieux au magister impérial, l’usure des nerfs a prélevé sa dîme sur les esprits. La polémique a divisé jusqu’à l’intérieur des familles et la lassitude générale engendre un fatalisme à courte vue : s’extraire, au plutôt, de toutes ces misères et s’engager dans l’inconnu, sans trop penser, pour l’instant, ni au passé, ni à l’avenir.

– Parmi les mille et une raisons de l’allergie du Royaume à l’égard de Bruxelles, la plus patente, lors du référendum de 2016, concernait la présence au sein de cette société d’assez nombreux travailleurs détachés de pays européens de l’Est et, qui plus est, pour certains, « papistes » par conséquent assimilés aux coloniaux irlandais, si mal aimés des Anglais (cas des Polonais, Hongrois, Slovaques… un peu moins, des Français et des Italiens). Cette présence, au titre de la libre- circulation des personnes dans le Marché interne européen, a contribué à la prospérité et à l’équilibre presque-parfait du marché de l’emploi îlien. Ces malvenus ne demandent qu’à rentrer chez eux, une fois un pécule constitué pour leurs vieux jours, mais, que voulez-vous, avec le syndrome du plombier polonais, la xénophobie voire le racisme ont gagné la population plus soudainement qu’en France.

– Le même type de rejet culturel avait déjà conduit à faire du Calaisis français un barrage étanche contre les demandeurs d’asile venant du Sud. Contrairement à la France, où le phénomène progresse sans surgir, ce malaise d’identité a rapidement envahi la psyché d’une majorité de Britanniques. Guidés par leurs media, ils en ont directement imputé la faute aux (infâmes) directives bruxelloises.

– Un paramètre majeur de ce basculement tient à la presse dite tabloïde, lue par M. Tout-le-monde, qui cultive une solide tradition d’Europhobie et de mauvaise foi. Elle n’a jamais vraiment reconnu que le Royaume Uni était, des 28 membres de l’UE, celui qui bénéficiait de dérogations sur mesures pour à peu près toutes les politiques communautaires (budgétaires, monétaires, sociales, agricoles, frontalières, etc.). L’Europe est davantage perçue comme abritant des « monstres », tels, la Commission, le Parlement et la Cour de justice européenne. Les media populaires ont a aussi beaucoup vendu l’idée passéiste que « l’Empire » et le reste du monde attendaient l’émancipation britannique pour créer un pôle majeur dans les affaires du monde. L’archaïsme (« salafisme » occidental ?) paraît une folie, en ces temps où le monde occidental, celui du libre-échange et de l’entreprise globale, se replie dans sa coquille protectionniste et souverainiste, au constat – comme le fait le Moyen-Orient – de son rapide déclin dans les équilibres mondiaux. Ce recul appelle malheureusement des ingérences extérieures et pas seulement dans nos élections. Vu d’ailleurs, les Britanniques – à l’exception bien sûr des milieux d’affaires et des citadins éclairés – n’ont pas perçu l’époque qui est la nôtre et le risque encouru à cheminer seul, petit, sans boussole ni voisins.

2 – Pour les Etats-Unis, la Chine et pour l’Inde, en effet, voire pour Singapour ou la Malaisie, un portail va s’ouvrir sur une mine d’opportunités en termes de prise de possession d’actifs économiques et de technologies britanniques. La transformation des îles en plateforme de pénétration financière et commerciale, en contournement des règles et des taxes européennes, devrait créer frictions et méfiance là où l’alignement des normes avait, jusqu’ici, parfaitement servi les succès de la City. D’ailleurs, si l’idée est bien d’abolir toutes les règles et contraintes bancaires au profit d’un néocapitalisme sauvage du type « Singapour sur Tamise », la méfiance risque de changer de rive de la Manche et d’éloigner les Européens de la place financière pourtant la plus performante du monde.

– La dépendance élevée vis-à-vis de l’oncle Sam (ou Donald), seule alternative à l’U.E – mais dans les pires circonstances – que puisse se permettre un Royaume Uni sans amarre, impliquera la conversion la plus totale à la loi des marchés, avec un coup social élevé prévisible pour les classes laborieuses britanniques, déjà peu gâtées. Pour l’Ecosse mais éventuellement aussi pour le Pays de Galles et l’Irlande du Nord, le coût payé à l’unité du Royaume pourrait atteindre l’insupportable. Vu du monde émergent, le Brexit – s’il a lieu – signera l’effondrement de l’influence de l’Europe dans le système mondial. Si ce n’est dans l’immédiat, le Royaume pourrait se fissurer à terme, voire se recroqueviller sur la seule Angleterre.

3 – Le Royaume Uni a beau être le berceau de la démocratie parlementaire occidentale – un siècle avant la France – il n’apparaît pas particulièrement prémuni contre le populisme, une dérive d’opinion touchant tout l’Occident, mais plus ancrée dans la tradition française que dans la sienne, laquelle est tournée vers une forme d’inter-communautarisme de l’indifférence. Ce même populisme est en train de détruire un édifice politique, jadis exceptionnel, mais devenu passablement archaïque (comme aux Etats-Unis) et sans repère écrit (la constitution républicaine d’Oliver Cromwell, au 17ème siècle, ayant laissé les pires souvenirs à ses contemporains). Politiquement, le Royaume ne s’est jamais approprié les institutions continentales, même si les parlementaires britanniques à Strasbourg ont généralement brillé par leur talent de négociateurs. Héritiers du postulat « the Sovereign in his/her Parliament », les sujets britanniques se sont habitués à ce que le pouvoir législatif finisse par incarner, seul, les fonctions de l’Exécutif, en s’attribuant des pouvoirs exorbitants et solitaires, le moindre n’ayant pas été de réduire les pouvoirs du monarque à une coquille politique vide, sans avoir laisser émerger une réelle souveraineté populaire, que les partis n‘ont pas vocation à incarner. Le référendum de juin 2016, outil peu usuel au Royaume Uni, aura été une sorte d’exception, introduisant une tension entre les partis (le peuple) et leur représentation parlementaire (la souveraineté). Les sujets britanniques, surtout les « remainers », se sont alors exprimés sur la place publique, comme rarement auparavant, mettant en lumière la fracture du peuple en deux camps antagonistes.

Par inconscience du problème, la classe politique s’est limitée à être servile à l’égard des milieux les plus démagogues et des bourreurs de crâne irresponsables en tous genres, sans proposer sa propre vision de l’avenir. Le Parlement se bat, lui, essentiellement pour ses prérogatives. Les électeurs cherchent une sortie du tunnel dans un épaisse pénombre. La démocratie anglaise a décliné au fil des trois dernières années et se met entre parenthèse, comme le montre les coups de force, complots et trahisons, de toutes parts, pour forcer le cours de la vie publique. Ceci ne va pas aider le reste de l’Europe, relativement plus stable et peut-être plus unie jusqu’à présent (?), à maîtriser ses propres démons internes.

4 – Pour l’heure, qui s’intéresse encore à la défense de valeurs communes européennes – bien réelles – au point de vouloir protéger les Kurdes, de parler d’une seule voix à la Chine ou de compenser la démence de plus en plus patente de Donald Trump ? Que restera-il- demain du partenariat stratégique liant la France au Royaume Uni – seul élément rapidement mobilisable du système de défense européen – quand les classes politiques, insensibles aux intérêts communs, pousseront le « blame game » (culpabiliser l’autre pour se dédouaner soi-même) jusqu’à l’hystérie ? Pourra-t-on coordonner le déploiement des moyens nucléaires des deux pays, voire leur action au Conseil de Sécurité ? Face au déploiement d’Euromissiles russes visant les cités et les infrastructures du Continent, Londres ne va-t-elle pas s’aligner sur l’indifférence et la vacuité américaine ? Quelle chance aura la Politique européenne de Sécurité et de Défense d’intervenir et de peser, sans la Grande Bretagne, avec l’inertie que l’on sait chez nos partenaires de l’Union ?

L’Europe va perdre de sa substance vitale et, il va sans dire, de sa légitimité internationale. Si on peut comprendre l’impatience de certains d’en ‘’finir avec le Brexit’’, on a tout motif à vouloir connaître, dès à présent, la nouvelle donne des relations euro-britanniques, avec laquelle il va falloir vivre tant bien que mal les prochaines décennies. Dans un divorce décent et indolore, on fixe des règles pour l’avenir en même temps qu’on solde le passé. Là, nenni, et cette incertitude s’ajoute à l’autre (quand, le Brexit ?), alors qu’on aurait pu négocier successivement et rapidement le divorce et l’entente future. Un mauvais présage…

Moins de commerce, moins de civilisation ?

 Une étude intéressante du Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales (CEPII) nous invite à considérer le déclin tendanciel du commerce, non pas comme inhérent au « système » (kesako, le « Système ?»), mais comme appelant un  »correctif » – même, une « réinvention » – de la mondialisation. Son cours est perturbé par le populisme et les replis isolationnistes.  »L’Economie mondiale 2020 – Ralentissement sous haute tension » comme s’intitule cette étude, fait bizarrement l’impasse sur les menaces pesant sur l’écosystème planétaire. Elles sont pourtant largement perçues, en Europe, comme résultant de la consommation simultanée de « plusieurs  planètes ». Cette année, le Jour du dépassement est tombé fin-juillet. La vrille ne serait pas étrangère aux activités du commerce, à la production gaspilleuse soutenant « l’hyper consommation », aux transports internationaux multiples et polluants, toutes choses dictées par la gloutonnerie insatiable du marketing et des réseaux numériques. La vision classique du CEPII n’en reste pas moins intéressante, en tant qu’analyse étayée par des chiffres.

Faudra bien s’adapter !

Elle reflète l’appréciation sévère que plusieurs institutions sérieuses portent sur les dérives toxiques du « business global marchand ». Rappelons que les fluctuations de celui-ci, à la hausse comme à la baisse, ont un impact en gros cinq fois plus fort sur la croissance (et donc sur l’emploi) que les variations de la consommation des ménages. L’Allemagne et la Chine, plus dépendantes de leur commerce extérieur, encaissent évidemment plus mal que le Japon ou les Etats Unis, relativement auto-suffisants. Comme de coutume, la France occupe une position médiane et elle réagit avec une certaine inertie à la conjoncture.

Que nous dit le CEPII ? D’abord que le système multilatéral destiné à réguler les échanges s’effrite rapidement. Les grandes offensives actuelles de D. Trump contre à peu près tous les partenaires des Etats Unis, mais plus particulièrement contre la Chine, ont mis l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) hors-jeu, peut être même en état de mort physiologique. Les pays ciblés se sont soumis au même diktat du traitement bilatéral et ils court-circuitent les institutions protectrices, les codes de conduite comme les pannels d’arbitrage. Coup de balai, donc, ce que le langage académique du CEPII exprime ainsi : « Les cadres de pensée et les schémas institutionnels de la mondialisation chancellent, sans que de nouveaux ne se dessinent encore clairement ». A en croire que le rapport de force n’aurait pas constitué le cadre de relations dans toutes les périodes troublées !

Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, la moyenne des taxes américaines appliquées sur les importations chinoises a ainsi bondi de 3,1 % à 21,2 %, selon les calculs du Peterson Institute for International Economics. L’incertitude, générée par la confrontation commerciale, financière et technologique sino-américaines dissuade les investisseurs d’opérer et elle prélèvera bientôt sa dîme sur la croissance globale. Le recours tous azimuts aux sanctions économiques à visées géopolitiques (Iran, Chine, Russie, Vénézuéla…) y ajoute ses effets déstabilisants. Lors du G7 de Biarritz, les sept – ou, plutôt, les six autres puissances économiques majeures – ont clairement exprimé ce souci. Les disputes commerciales touchent tous les voisins des Etats Unis (le Mexique, mis sous pression ; le Canada traité avec un certain mépris) mais potentiellement aussi l’Europe (les véhicules allemands, les vins français…), laquelle verra, de plus, ses échanges fortement affectés par le Brexit. Déjà l’économie allemande s’essouffle. Comme si cela ne suffisait pas, le Japon, toujours un peu révisionniste aux entournures, attaque sur son voisin coréen en le privant du statut de partenaire privilégié. Partout le protectionnisme, voire l’autarcie, reviennent en vogue et ce, par réflexe nationaliste plus que par angoisse écologique. Pourtant le commerce et même le tourisme ont un rapport étroit avec la stabilité du monde et la Paix (voir l’article du blog sur l’angoisse écologique). Partant de tels prémices, est-il encore décent de faire de la prospective ?

-L’OMC franchit le pas en prédisant une contraction du commerce mondial de quelque 17 %, accompagnée d’un recul du produit intérieur brut mondial d’environ 2 %, si le climat actuel de politisation du commerce devait perdurer jusqu’en 2022. Par pudeur, l’Organisation honnie des Américains omet de mentionner le moyen-terme, selon que la Maison blanche sera républicaine ou démocrate. « Même si aucune monnaie ne semble en mesure de le remplacer comme devise de référence, une moindre prédominance du dollar pourrait laisser place à une régionalisation du système monétaire, qui elle-même aurait des conséquences commerciales profondes ». Récession, insolvabilité du Sud, appauvrissement, flambée populiste, guerres ? Il ne fera pas bon être petit et sans monnaie ni armée forte, dans quelques années.  En attendant, les panels multilatéraux d’arbitrage des différends n‘existeront sans doute plus dès l’an prochain si, comme en menace Washington, le renouvellement de leurs membres, en décembre, devait être bloqué. La nouvelle Commission européenne, composée le 10 septembre, va se trouver face à un défi. Son commissaire au commerce, Phil Hogan, parviendra-t-il à remplir la mission impossible qu’il reçoit de lancer le chantier d’une réforme de l’OMC ? Ou devra-t-il, par réalisme, se rabattre sur un triste ajustement des 27 à la foire d’empoigne générale qui émerge ?

De ce qui précède, vous remarquerez que le « correctif » prescrit pour la mondialisation sombre dans un flou total. Disons qu’il reste à en inventer complètement les recettes. Il y a 20 ans, Hubert Védrine préconisait de « civiliser la mondialisation ». Avec quelques doutes en tête sur l’avenir du « Système », on cherche un avis éclairé sur le thème «Comment endiguer la dé-civilisation du monde» ? A vos plumes !

L’été géopolitique 2019 – N’espérez aucun répit !

La saison estivale laissera le souvenir de la canicule. Pourtant, l’actualité géopolitique n’a pas connu de pause (d’ailleurs, pourquoi ?) ni de baisse de température.  Si on cherche à dégager quelques tendances de fond, on pourra relever l’angoisse montante des Européens à propos du futur de notre monde ‘’invivable ». Elle contraste avec un reste du monde à la fois optimiste et belliqueux, à l’image du président Trump, de Kim Jong-Un ou de Xi Jinping. Ceux-là sont absorbés dans la recherche de gains stratégiques ou commerciaux. La scène géopolitique projette l’image du monde d’hier, sans pôle et « globalisé », glissant dans une logique de blocs antagonistes, sous l’influence de puissances conquérantes. Quelque chose des impérialismes du 19ème S et des alliances de 1914 est de retour dans l’air du temps, partout sur fond de national-populisme souverainiste. Le désordre international ne contribue pas à maintenir les liens entre les nations qu’il s’agisse du commerce, des mouvements humains, de la recherche de la Paix ou du contrôle des armements que celle-ci implique. J’y ajouterais aussi un certain cosmopolitisme des cultures, qui aide à comprendre notre temps. Sur les multiples foyers de crise et de contentieux, le populisme à courte vue ravive les braises. Mais les prises de conscience des problèmes progressent et elles peuvent aussi faire surgir de nouvelles sagesses.

Un regard sévère sur l’avenir, partagé par beaucoup

1 – La Planète finira-t-elle par se délester de l’Humanité ?

Côté ambiance, des scénarii-catastrophes planaient en préambule du G7 de Biarritz, au terme d’un mois de juillet le plus chaud de l’histoire du monde. La Sibérie et l’Amazonie, nos « poumons », se consumaient. Le dernier rapport du GIEC s’inquiétait de l’état très dégradé des terres. Parviendraient-elles à nourrir le surplus de population attendu ou, autre option, à produire les énergies renouvelables tant espérées ? La jeune Greta, 16 ans, parcourait le Nord de la planète en essemant la grève du vendredi dans les collèges et toute une génération de parents s’introspectait fermement : « avons-nous mal fait ? ». Les piques échangées entre E. Macron et J. Bolsonaro à propos de l’Amazonie en flammes ont donné un tour saisissant à cette confrontation. Maltraitance de la Terre due à notre esprit social et libertaire, « consumériste » et incapable de régulation ? Et les catastrophes s’enchaînaient : ouragans (dont le dernier, dévastateur, aux Bahamas), Ebola, séismes, parasites de l’olivier… Stopper le commerce sauvegarderait-t-il l’environnement ? Ce credo quasi-religieux a mobilisé des foules contre le CETA, avant que cet accord ne soit adopté en France, le 23 juillet, épargnant au pauvre Canada d’être traité comme notre pire ennemi. Les pays du Mercosur ont, eux, vu l’accord de libre-échange négocié depuis 19 ans avec l’UE, bloqué d’adoption par la France pour cause de « tromperie brésilienne ». Utiliser les conventions commerciales pour imposer des conditions écologiques (fidélité à l’accord de Paris – COP-21) ou couper les ponts et opter pour l’autarcie, le débat tend vers la caricature.

2 – Le délire américain, entre Grand-Guignol et avant-goût d’apocalypse

Le côté le plus délirant de la scène mondiale porte un nom : Trump. Le président américain a été à l’initiative contre tout ce qui pourrait nous assurer un avenir relativement protecteur. Si l’OMC existe encore formellement, il a désintégré tous les codes du commerce international, au profit exclusif de « l’arme du rapport de force ». Voisins, alliés comme concurrents se sont pris des taxes pour leur grade (même notre bon vin est ciblé), mais c’est encore, en direction de la Chine et de l’Iran que ces offensives ont été les plus agressives, souvent à la limite du blocus (Iran) ou de l’étouffoir (Chine). Au point que beaucoup s’interrogent sur leurs effets récessifs potentiels, voire sur une dérive militaire dans la gestion des crises : tentative avortée de bombardement par drones sur l’Iran, manœuvres de confiscation de bâtiments de commerce répondant à des sabotages, resserrement des interdictions bancaires et, concernant la Chine, livraison d’armes à Taiwan et même menace de « couler » la place financière de Hongkong ! En revanche, le Groenland plaît à Donald et il propose de l’acheter, au grand effarement des autorités tutélaires, au Danemark. Pour se constituer un arsenal contre la Chine, le 2 août, il jette aux orties le traité INF bannissant les missiles nucléaires de 500 à 5000 km de portée, qui protégeait l’Europe du péril atomique. Sous une pluie d’essais balistiques nord-coréens, il affirme sans fard que « tout va bien avec (son) ami Kim ». Dans la même veine, après un an de négociation secrète avec les Talibans, il congédie ceux-ci à leur arrivée à Camp David et décide de laisser pourrir le conflit d’Afghanistan, dont l’issue dans l’honneur est, pour le coup, un vrai casse-tête. Qu’importe ! Sur le « front électoral », primordial à ses yeux, le milliardaire manie l’insulte raciste contre des élues du Congrès (« retournez d’où vous venez ! »), la soumission des migrants latinos – même, les enfants – à de mauvais traitements, les diktats à ses industriels pour qu’ils désinvestissent en Chine ou fabriquent des véhicules polluants, etc.

3 – Le nationalisme obtus, plus contagieux qu’Ebola

La xénophobie, le protectionnisme et le nationalisme ne sont pas l’apanage d’un seul pays et l’été 2019 a illustré une propension croissante à la création de conflits, dans d’autres régions du monde. Bien qu’e principe pacifique, la grande offensive de Pékin sur les nouvelles routes de la Soie fait peur, tout en créant des opportunités. Les pays africains ont été particulièrement ciblés par cette invite à sortir du système multilatéral pour prospérer dans l’orbite chinoise. Certains laissent percevoir de la prudence, à l’image des états européens, exception faite de la Grèce, de l’Italie et de l’Europe centrale. Quelques jours après avoir célébré, au château de Chantilly, son partenariat stratégique avec la France, l’Indien Narendra Modi met fin brutalement à l’autonomie du Jammu-Cachemire, ce territoire musulman revendiqué par le Pakistan depuis la partition de 1947 et dont la population se retrouve en quasi-rétention. Islamabad ne manquera pas de riposter par le biais des groupes d’insurgés soutenus à distance. La Birmanie achève de barricader au Bangladesh ses Rohingyas. L’ASEAN, prudente, maintient un fer au feu avec la Chine et l’autre avec les Etats Unis (manœuvres communes). Mais le clash de valeurs le plus spectaculaire concerne Hongkong, dont la population est en ébullition depuis février contre la « mainmise continentale » (de Pékin) sur la vie politique locale. Centré initialement sur une volonté unanime de résistance à un projet de loi liberticide (possible déportation des suspects vers la justice communiste), l’indignation s’est mue en dénonciation des ingérences du PC chinois mennaçant les garanties d’autonomie complète (un pays – deux systèmes) accordées pour 50 ans lors de la dévolution du territoire à la Chine, en 1997. En réponse à la brutalité montante de la police et à la surdité politique du gouvernement hongkongais (qui confirme son inféodation à Pékin), la tension monte, avec son cortège de violences, à l’approche du 1er octobre, la date célébrant le 70ème anniversaire de la fondation de la RPC, à l’occasion de laquelle les dirigeants du PCC ne peuvent se permettre de perdre la face. Or, Hongkong est le poumon financier de la Chine et son plus grand port….

4 – Vers une guerre entre les USA et l’Iran ?

Sur arrière-plan de confrontation entre sunnites et chiites, des deux côtés, on s’y est préparé. Washington, en sortant de l’accord nucléaire de Vienne de 2015, seule piste praticable pour calmer le jeu de la prolifération nucléaire (et balistique), sans perte de face … mais aussi, en sanctionnant personnellement les dirigeants iraniens (confiscation des comptes bancaires) et, surtout, en bloquant tout commerce avec Téhéran en vertu de la « loi du dollar », qui bannit l’usage de cette devise pour toute transaction. Les Européens ont bien tenté, par le mécanisme de troc INSTEX de desserrer un peu le collet mais leurs entreprises, très respectueuses du Trésor américain, n’ont pas suivi. En pleine bataille d’arraisonnement de pétroliers et de tir de drones dans le golfe d’Ormuz, un ultimatum a été lancé aux Européens par le président Rohani : rétablir le commerce sous 60 jours. Le délai passé, les mollahs en viennent à se désengager par étapes de leurs obligations aux termes de l’accord nucléaire : les centrifugeuses tournent à nouveau à plein. Un peu plus au Sud du Golfe, au Yémen, la population continue de subir les bombardements aériens saoudiens et les chars emirati, avec, dans les deux cas, la très probable utilisation d’armes françaises, car, faute d’être sunnite, l’industrie de défense du Pays de Voltaire se montre foncièrement anti-chiite. La confusion règne entre alliés arabes opposés aux Houtis chiites : Riyad veut punir, nettoyer et réinstaller le président Radhi, « dégagé » par la population. Abu Dhabi cherche à s’octroyer une emprise sur le terrain, au Sud, en s’appuyant sur des milices indépendantistes ou autres. Les deux capitales laissent Daech et Al Qaeda prospérer. Rien de sérieux à signaler sur la Syrie : Idlib, une province de 3, 5 millions d’habitants – surtout des déplacés de guerre – est soumise par les troupes de Damas et l’aviation russe à blocus et à un déluge continu de bombes, mais les démocraties d’Occident ne s’en préoccupent guère. Accessoirement, la Turquie menace d’ouvrir – en direction de l’Europe – les vannes des quelque trois millions de réfugiés syriens sur son territoire, si on ne laisse pas son armée constituer, en Syrie, un glacis de 30 à 40 km de profondeur, tout au long de sa frontière sud (de peuplement kurde). L’entité autonome kurde YPG, qui a libéré la population des bandes de Daech, avec des appuis aériens occidentaux, est clairement en ligne de mire. A l’approche d’élections qui seront difficiles pour B. Netanyahou, Israël envoie aussi son aviation bombarder, en Syrie – mais aussi en Iraq et au Liban – tout ce que l’Iran compte comme éléments armés et associés dans la Région. Il est vrai que l’axe de pénétration que Téhéran tisse patiemment jusqu’à la Méditerranée constitue une vraie menace pour l’Etat hébreu. La prétention d’annexer un tiers de la Cisjordanie vise, elle, à plaire à la majorité de l’électorat, farouchement opposée à une paix en Palestine.

5 – En Afrique, un face à face stoïque de la bonne et de la mauvaise gouvernance

– Dans ce tableau général d’une « Asie qui brûle », l’Afrique s’en tire-t-elle mieux ? Comme les étudiants Hongkongais, les jeunesses du Soudan, d’Algérie et de Tunisie expriment une volonté exemplaire de refuser l’injustice et l’oppression des grands dirigeants corrompus. A Khartoum, au lendemain d’un Tiananmen sanglant le 3 juillet, les militaires – qui ont renversé le général Al Bechir – se sont ressaisis et ont fini par accepter une transition vers la démocratie de trois ans, partagée entre eux-mêmes et la société civile. L’Ethiopie a exercé ses bons offices. Une belle victoire, quoi que très fragile. En Algérie, l’après Bouteflika s’annonce sous des auspices comparables, : la population et la jeunesse en particulier ont manifesté leur ferveur démocratique et leur attachement aux libertés sans être contrés par les Islamistes, la corruption est sanctionnée, une transition est annoncée mais l’arrestation de certains démocrates et l’autoritarisme du Chef d’Etat-major, actuellement aux mannettes rend circonspect. En Tunisie, la classe politique a bien réagi à la disparition du président Beji Caïd Essebsi, un grand acteur de la révolution démocratique. On peut gager que le modèle tunisien, unique au sein du monde arabe, est en train de prendre racine. La prédiction inspire de l’optimisme, en même temps qu’elle illustre le rêve éternel de liberté et de dignité, qui n’a pas perdu son attrait, du fait de l’urgence climatique.

– Ailleurs, sur le continent noir : expansion inquiétante des zones d’exactions jihadistes à travers le Sahel et l’Afrique centrale (où les attentats jihadistes se multiplient aussi), pandémie d’Ebola qui s’étend, forêts tropicales qui partent en fumée, nouvelle vague de violences xénophobes dans les townships d’Afrique du Sud, départ de centaines de milliers de candidats à la traversée vers l’Europe, promis à des supplices en Libye ou à se noyer en Méditerranée, à portée de navires européens désormais interdits de tout secours en mer. Matteo Salvini n’aura constitué que la partie émergée, très visible, de cet iceberg d’hostilité et de déni du droit humanitaire.

– A courte portée de la Tunisie démocratique, l’anarchie libyenne fait tache. Après avoir bénéficié de soutiens militaires français, le « maréchal » Haftar met la région de Tripoli sous siège et à feu et à sang. Les milices s’en donnent à cœur joie : exactions économiques, pillages, torture et racket des exilés subsahariens (bombardés jusque dans les centres d’hébergement), tandis que l’Europe continue sa distribution de subsides à qui voudra bien endiguer le flux des Africains. Là aussi, le chaos général bénéficie aux mouvements jihadistes qui prospèrent là où les Etats dysfonctionnent ou n’existent plus.

6 – L’Europe, cahin-caha, sur une pente glissant vers l’insignifiance

Certes, tout n’a pas empiré sur le Vieux Continent. La France a eu le mérite de tenter une discrète opération pour désamorcer la bombe américano-iranienne, mais elle n‘avait pas le poids requis. Elle occupe le haut du pavé climatique et environnemental tout en ayant perdu beaucoup de son poids géopolitique, scientifique et humanitaire ou moral. Paris a occupé, pendant l’été, une place d’importance compte tenu des difficultés intérieures qui affectaient ses partenaires européens et de l’ambiance prévalente de repli sur soi. Sa diplomatie s’efforce à rééquilibrer la relation avec la Russie et à recréer, avec le « président-ennemi de tous les régimes libéraux », des éléments de convergence et de complémentarité (d’où la visite de V. Poutine au fort de Brégançon, avant le G 7). Elle espère que, ce faisant, l’Europe et la Russie pourront prévenir le risque de se voir éclipsées par le nouveau duopole sino-américain. L’idée de sauver, au passage, quelques lambeaux de l’ordre multilatéral, qui gageait la Paix, n‘est pas absente du raisonnement, même si, pratiquement, on ne peut aller loin sans l’aval des autres. Ce nouvel état d’esprit, auquel Poutine se prête pour le moment (qu’aurait-il à y perdre ?), favorise la recherche d’une solution en Ukraine. L’élection à Kiev d’un nouveau président, plus pragmatique y contribue positivement et, ainsi, des échanges de prisonniers ont été amorcés. On parle un peu du Moyen-Orient, où les deux grands acteurs sont empêtrés et pourraient vouloir conclure sur un plan politique. Reste le déploiement en cours de missiles nucléaires ciblés sur les villes européennes. Décidé en juillet, il ne favorisera pas la confiance.

– Le choc qui disqualifiera l’Europe a pour nom « Brexit ». Lancé par le referendum de juin 2016, sur fond de fureur populiste à l’égard des institutions de Bruxelles et des Européens de l’Est, jugés envahissants, le divorce d’avec le continent était devenu la quadrature du cercle sous T. May. Toutes les options étaient bloquées. Après que ses inspirateurs se sont emparés des leviers du Royaume, Boris Johnson en tête de proue, un bras de fer hargneux s’en est suivi avec le Parlement de Westminster. Ce dernier a infligé, à l’ancien maire de Londres, une belle brassée de camouflets, récusant son projet de « hard Brexit », sans accord avec l’UE, impérativement au 31 octobre (six motions sur six votées contre lui). N’en doutons pas, la suite de cette féroce bagarre fera les bons feuilletons de l’automne, mais elle achèvera aussi de projeter, à travers le monde, l’image d’une Europe en déclin et peut-être même en décomposition. Certes, c’est exagéré. Sans doute, les Etats Unis – si Trump est réélu fin-2020 -, les légions de hackers du Kremlin, Facebook et les investisseurs « routes de la soie » sauront profiter de l’aubaine. Pourtant, l’Union a plutôt bien tenu le coup face aux coups de boutoir britanniques. A la date de la rupture annoncée (aussi, celle célébrant Halloween), elle mettra en place une nouvelle équipe dirigeante, présidée – pour ce qui est de la Commission – par U. van der Leyen, ancienne ministre de la défense d’Allemagne, réputée avoir l’esprit géopolitique. Autre acquis immédiat : le reflux des personnalités populistes. En Italie, M. Salvini est tombé, après avoir essayé d’accaparer le pouvoir par la voie plébiscitaire. Le piège s’est refermé sur lui et Rome devrait retrouver, pour un temps, le chemin de Bruxelles. En Hongrie, en République tchèque (où elle a chassé un premier ministre corrompu), en Pologne, à un moindre degré, des oppositions se font entendre plus fort face aux dirigeants autoritaires. Irait-on jusqu’à espérer, si les attentats poursuivent leur déclin actuel, que les questions bien réelles concernant les nouvelles migrations, le climat, la défense et le « soft power » de l’Europe, la sécurité financière, la sécurité numérique, le développement durable, l’avenir de nos libertés, etc. soient saisies à bras le corps par une Europe suffisamment unie pour aller de l’avant. Rendez-vous au début-2020 !

Rapport du Haut Conseil pour le climat : un aperçu de notre avenir

En plein cœur de la crise des gilets jaunes, après avoir écouté les suggestions et demandes de think tank et organisations français, le Président de la République a installé le 27 novembre 2018 un conseil d’experts chargé d’apporter un éclairage indépendant sur la politique du gouvernement en matière de climat. Ce Haut Conseil pour le Climat (HCC) a été officiellement créé par décret le 14 mai 2019, et a rendu, le 25 juin, son premier rapport au gouvernement Agir en cohérence avec les ambitions. Ce texte, conforme au dernier rapport du GIEC est assez décoiffant.  Il appel, ainsi, à des ruptures économiques, sociales, culturelles, techniques pour  se donner les moyens d’atteindre l’objectif climatique fixé par les Nations à la COP-15 de Copenhague: ne pas dépasser 2°C d’élévation de la température planétaire relativement à période pré-industrielle.

Les carottes bretonnes sont des puits de carbone !

 

Le rapport concerne les objectifs de neutralité carbone en 2050, portés par la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC). Ces conclusions sont sans appel : « La France n’est pas sur une trajectoire compatible avec ses engagements ». Les experts expliquent que l’objectif de neutralité carbone en 2050 est techniquement réalisable mais implique une transformation profonde de l’économie et de la société. Pour cela, ils donnent plusieurs grandes lignes à suivre :

1 Assurer la compatibilité des lois et grands projets nationaux structurants avec la Stratégie Nationale Bas Carbone. Soumettre toute initiative à un budget carbone annuel.

2 Renforcer les instruments des politiques climatiques (taxes, quota, subventions…). L’empreinte carbone des Français a augmenté de 20 % en 20 ans. La désindustrialisation en est une cause majeure, si on comptabilise le CO2 lié aux importations, déjà plus important que le CO2  »domestique » 6,6 t par habitant sur 11 t au total ). La politique de relocalisation en France des unités de production s’impose. De même, l’électrification des transports, de l’industrie et de l’agriculture via le recours aux énergies nouvelles, qui nécessite, en pré-requis la création de vastes réseaux d’infrastructures de production et de distribution d’énergie. En sens inverse, cessation de toute subvention aux énergies carbonées.

3 – Identifier et mettre en place les changements structurels nécessaires pour préparer l’économie et la société française à la neutralité carbone (agriculture, urbanisme, aménagement du territoire, éducation). Préserver les puits de carbone.

4 – Assurer une transition juste. La sobriété consumériste doit être engagée au niveau des classes fortunées, les plus engagées dans l’hyper-consommation et l’effet d’imitation autour d’elles. La transition n’est efficace qu’à partir d’une réduction des inégalités. Partage de l’effort de l’Etat avec les entreprises, les contribuables, les collectivités, l’UE.

  1. Articuler la Stratégie Nationale Bas Carbone à toutes les échelles : niveaux de revenu et de protection sociale, disparités géographiques, entreprises et particuliers, dans un souci d’équité.
  2. Evaluer systématiquement l’impact en émissions de gaz à effet de serre des politiques et mesures, dès l’amont mais aussi en aval.
  3. Renforcer le projet de Stratégie Nationale Bas Carbone révisé, en tenant compte des échanges et des transports internationaux

Si la France veut atteindre ces objectifs de neutralité carbone en 2050, elle doit donc engager une série de transformations socio-économiques et structurelles majeures. La politique climatique doit dépasser son format sectoriel : chaque loi et projet doivent être discutés sous le spectre de la Stratégie Nationale Bas Carbone, qui doit être inscrite dans la loi afin de devenir contraignante. C’est de la bonne architecture de ce dispositif, du réglage au bon niveau d’incitation ou de contrainte de chaque instrument, de leur évolution dans le temps,
de leur compatibilité avec des objectifs de justice sociale et de transparence que dépendra le succès de la lutte contre le changement climatique.

(sources diverses : HCC – Ecrits de Mme Corinne Le Quéré – Pacte Finance-Climat)

ours polaires sur un iceberg

source : overblog (deux cousins de l’Ours, gênés aux entournures)

Le protectionnisme supplantera-t-il le libre-échange, à la faveur de l’angoisse climatique ?

Colère populaire contre l’accord de libre-échange conclu avec le Mercosur, en marge du G 20 d’Osaka. Citoyens vent-debout contre l’approbation gouvernementale du Traité CETA, libéralisant les échanges avec le Canada (et soumis à ratification parlementaire, le 17 juillet). Bouderie unanime à l’égard du récent Traité de même nature passé avec le Japon. Méfiance extrême envers les négociations entamées avec Singapour et la Thaïlande… le libre échange a franchement mauvaise presse dans notre pays.

Ours poussant son charriot

Le libre-échange, un ogre hors-sol qui dévore la planète 

– Ses détracteurs avancent des d’arguments à la fois pertinents et un peu trop auto-centrés : le libre-échange (en fait l’ensemble du commerce entre les nations) détruit les normes écologiques et sociales. Il enrichit les multinationales et trompe les attentes des consommateurs. Il hypertrophie l’usage des transports ‘’sales’’ comme le bateau et l’avion et génère des empreintes carbone qui polluent l’atmosphère. Il cautionne les politiques – souvent mauvaises – de dirigeants « exotiques » qui attisent notre méfiance. Ce refus instinctif est le credo commun des deux extrêmes du spectre politique. Ainsi, Donald Trump se montre monstrueusement agressif à l’égard des produits étrangers qui rentrent aux Etats-Unis, au point de systématiser le chantage aux taxes et les listes noires. Marine Le Pen ne parle plus trop de « préférence nationale » mais en défend toujours l’idée, mordicus. L’extrême gauche, insoumise ou trotskiste, se retrouve dans cette mouvance isolationniste, qui conduit toujours à privilégier le rapport de force et à court-circuiter les préalables de paix et de dialogue. Beaucoup d’entre nous, se rangent à cette opinion, sans trop savoir pourquoi. C’est « l’air du temps », voilà tout !.

– Même quand un produit importé est tenu de satisfaire nos normes phytosanitaires, médicales, nutritionnelles, sécuritaires ou écologique – et ceci, contrôle à l’appui – on n’empêchera jamais le consommateur patriote, aiguillonné par les professionnels du secteur, de penser que le bœuf canadien ou brésilien reste aux hormones et aux antibiotiques ou que les fleurs de l’Amazonie sont cultivées sur des terres déboisées, arrachées aux Indiens et parsemées de pistes pour avions gros-porteurs polluants. Méfiance ! Nous sommes excellents dans la citation de motifs pour rejeter les intrus dangereux. Nous  nous exprimons moins sur les « dégâts collatéraux » provoqués par nos propres exportations, et sur le tort qu’elles causent à autrui. Même lorsqu’il s’agit d’armes françaises, exportées pour être employées contre des populations civiles, dans des conflits qui nous échappent, il n’y a qu’une petite minorité de citoyens à s’en offusquer. Combien de nos farouches isolationnistes à l’importation sont également opposés à nos exportations d’armement ?

Les gestionnaires mondialistes, dépourvus d’âmes (CO2, mon amour…)

L’apologie du libre-échange pour le libre échange est, elle, égoïste et outrancière. Les deux premiers projets d’accord cités remontent à presque deux décennies, un indice de ce que la balance des avantages et des inconvénients a évolué. Au fil des remises en cause de nos écosystèmes physique et mental issus du XXème siècle, la perception des précautions indispensables pour prévenir une dérive du commerce mondial a nécessairement changé. Ainsi, la spécialisation internationale du travail, ressort classique de la compétitivité, n’est plus acceptée :  elle est, au mieux, subie comme inhérente au ‘’système’’. Mais le « système » a mauvaise mine, dorénavant. Les délocalisations ont traumatisé les Français. Non qu’elles s’avèrent toutes nuisibles, notamment, lorsqu’elles ouvrent à nos entreprises de nouveaux marchés en associant leur base sociale française à cette expansion.

Lire la suite

On n’arrêtera pas les Talibans sub-sahariens

Les Français et leurs media ont souvent une longueur de retard sur les problèmes qui les concernent, à quelques encablures de leurs côtes. Pendant des décennies, ils ont voulu croire que notre relation à l’Afrique procédait d’une ‘’conscience de notre histoire commune’’ plutôt qu’un attrait pour « Lefric », les monopoles et rétro-commissions qui lubrifient notre actualité partisane. Elf, Boloré et quelques autres ont remis nos horloges à l’heure. Pour parler plutôt de quelque chose de positif, en janvier 2013 l’opération Serval a réalisé la libération spectaculaire des villes du nord du Mali, alors occupées par des djihadistes. Ceux-ci étaient déterminés à faire céder le verrou de Konna pour accéder à Bamako et s’emparer de l’Etat malien. Des émules des Talibans, dans une sorte de scénario à l’afghane.

Sobame-Da, village martyr, au Mali

Mais ces Talibans sub-sahariens prospèrent aujourd’hui dans tout le Sahel et imposent un fardeau impossible sur les épaules de nos 4500 militaires, dispersés dans un espace immense, couvrant au moins sept Etats. L’opération Barkhane est, aujourd’hui, incapable d’en finir avec les groupes terroristes dans le nord du Mali, alors que ceux-ci parviennent à coordonner leurs actions et à recruter massivement au sein d’une jeunesse peu éduquée et socialement abandonnée. Le conflit s’est aussi allumé au Centre-Mali et déborde dans toute la région avec une poussée récente sur le Burkina Faso voisin, qui constitue un couloir d’invasion vers les Etats côtiers d’Afrique occidentale (cf. les attentats de Ouagadougou d’août 2017 et mars 2018). Une « jonction » avec les chasses gardées de Boko Haram, au Cameroun, au Tchad et au Nigéria est également en chantier. Un autre axe d’expansion se dessine aux confins du Niger vers les confluents de la Libye, du Sahel et du Sahara.

L’Afghanistan, l’a amplement démontré : les actions militaires destinées à traiter l’urgence, à soulager les Etats désemparés et mal équipés, changent de sens et perdent leur efficacité dans la durée. Comme à Kaboul, elles créent une sensation d’occupation, par l’ancienne puissance coloniale qui plus est. Elles alimentent la propagande des groupes armés et créent le doute au sein d’une population civile, méfiante car victimisée et abandonnée par ses autorités. L’enchaînement est des plus classiques : brutalités liées aux mesures sécuritaires destruction des économies villageoises, indigence et insécurité au quotidien, volonté que tous les hommes en armes s’éloignent et disparaissent. Faute d’avoir réussi la conquête de vastes espaces, comme initialement envisagé, les stratèges jihadistes se sont rabattus sur la création multiples foyers d’agitation. Sans doute pour constituer à terme une vaste ère sous leur férule. Pour généraliser l’instabilité, ils se sont mis à faire fonds sur les ethnicités et les frictions intercommunautaires auxquels ils surajoutent un vernis islamique – sans plus – utile pour déconsidérer les gouvernements et rendre plus étrangers encore les Français, les Américains, les Allemands, l’ONU, le G 5, tant il est vrai que le cercle des acteurs ‘’pro-occidentaux’’ s’est élargi ces dernières années, sans grande coordination, malheureusement. Dans leur credo, la dimension religieuse s’efface au profit des haines communautaires. Désormaisi, les Dogons agriculteurs et les Peuls nomades et commerçants ne règlent plus leurs litiges coutumiers qu’à coups de massacres. Le banditisme traditionnel est ouvertement assumé comme un acte politique ou une forme (dépravée) de justice. Le conflit civil couve et chacun, dans ces pays, en prend l’amère conscience.

Nos soldats avaient essayé de modérer la guerre civilo-religieuse en Centrafrique. Mission impossible: ils ont du s’en retirer. L’opération Barkhane aurait besoin d’être épaulée par une vraie gouvernance, sociale, active et citoyenne, que les gouvernements de la Région n’ont pas réellement su produire. On sait comment se sont achevées les guerres du Vietnam, d’Afghanistan, d’Iraq et l’opération sur la Libye. Le Sahel et l’Afrique de l’Ouest trouveront-ils un jour leur place dans cette sinistre litanie ?

Un bandit assassin, à Khartoum

Au Soudan, le Conseil militaire de transition a décidé d’en finir avec le mouvement. Le numéro 2 du pouvoir Mohamed Hamdan Dagolo, dit Hemetti, serait l’âme du massacre.  Cette créature du régime d’Omar Al-Bachir permet poursuit un autre projet que la démocratie : pouvoir, crime et terreur.

Ce marchand-brigand et organisateur de caravanes s’est auto-promu milicien en chef des Rapid Support Forces (RSF), un habillage des janjawids traditionnels de sinistre réputation (massacres au Darfour, Sud-Kordofan et ailleurs, contrôle des camps de réfugiés…). Sans appartenir à l’Armée, il s’est propulsé à la tête des garde-frontières puis comme vice-président du Conseil militaire de transition (CMT) lors de la destitution d’Omar Al-Bachir, le 11 avril 2019. Il y règne en maître et s’impose en recours pour le rétablissement de l’ordre, à la tête de son propre groupe activiste, les « Patriotic Defence Forces », contrôlant 5 000 et 7 000 hommes armés dans Khartoum. Il parle aux diplomates étrangers et au princes saoudiens (dont l’héritier Ben Slaman) et se targue même d’opérer pour le compte de l’Union européenne, à la mise en œuvre des politiques migratoires de Bruxelles au Soudan, un pays de départ mais aussi de transit. Fort de ce rôle, il campe en promoteur – ambigu – de la lutte contre le trafic des êtres humains et s’en est fait une rente.

Belligérant dans la guerre du Yémen aux côtés de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, ses mentors, il est aussi devenu magnat d’une compagnie d’exploitation de mines d’or, à Jabal Amir, au nord du Darfour. Dans la crise actuelle du pouvoir, Hemetti représenterait, en fait, une sorte de fusible entre l’armée régulière, les forces paramilitaires et les mouvances islamistes opérant dans l’État. Alors que les hauts gradés se savent, depuis la guerre au Darfour (2003), sur la liste des responsables de crimes de guerre par la CPI, c’est à lui qu’on pourrait faire porter le chapeau s’il échouait.

– Hemetti, ne peut tolérer aucune barricade (‘matari’), même symbolique, dans la capitale. Il lui faut mater les insurgés de tous bords. L’accord tacite des Forces de la liberté et du changement (regroupant des partis historiques et l’Association des professionnels soudanais) au démontage de certaines barricades est perçu comme un premier pas dans sa conquête de Khartoum.

– Le « Tiananmen » a eu lieu le lundi 3 juin. Le nombre des morts et blessés, parfois jetés dans le Nil, s’annonce considérable. Le modus operandi porte la marque des RSF d’Hemetti : des hommes en uniforme des RSF ont encerclé dans la nuit la place du sit-in pacifique, face au QG de l’armée. Tirant à balles réelles, ils ont, selon des témoins, fauché les jeunes par dizaines qui appelaient pacifiquement à la passation du pouvoir aux mains des civils. Une réminiscence de Pékin-1989. Son porte-parole, le général Chamseddin Kabachi, a justifié le massacre par « la présence d’éléments nuisibles et criminels qu’il fallait neutraliser dans le périmètre du sit-in ». Hemetti est perçu comme l’artisan de ce massacre, même s’ il a prétendu, à la télévision, avoir capturé les responsables de la tuerie « déguisés » en RSF. Il n’y aura pas d’enquête, évidemment. Ses miliciens patrouillent désormais la capitale en cherchant à imposer un régime de terreur. Mais rien n’est encore scellé, car la population ne se sent pas vaincue. Ses leaders appellent à « une action de désobéissance civile totale dans tout le pays », à ériger des barricades, à entamer une grève générale jusqu’à la chute du Conseil militaire de transition… (ou de de trahison). On en est là et ce n’est pas rassurant.

Résumé depuis une étude d’Orient 21 à qui vont les remerciements de l’Ours

France et Chine en chiens de faïence dans les eaux « indopacifiques »

2001 Le Vedémiaire et Bibi, à Zhanjiang / Fort Bayard

Poids plume dans les échanges économiques de la Chine, la France  »boxerait-elle dans la catégorie des grands », quand il s’agit d’équilibre géopolitique avec l’Empire du Milieu. Ne parlons pas de commerce. La part de marché de nos exportateurs se monte à peine au tiers de ce que réalisent nos concurrents et amis) allemands. Nos technologies de pointe intéressent encore et l’industrie chinoise – dont l’armement – accapare 40 % des exportations sensibles de nos laboratoires et bureaux d’études, dites de double-usage (high-tech civil ou de destruction massive). Sur le plan éducatif et culturel, nous disposons d’un créneau embourgeoisé intéressé par la langue de Voltaire comme par les cogitations du penseur de Rodin, un visiteur apprécié à Pékin, Shanghai, Canton… En majorité, les étudiants de français sont des étudiantes, toujours douées, parfois motivées par le prestige « matrimonial » de la langue, moins souvent, pour réinvestir leur savoir dans les échanges.

Quid de la marine, qui à la fin du 19 ème siècle détruisit les chantiers navals de Fuzhou, pourtant créés par des ingénieurs français (le consul, Paul Claudel, s’épuisa à réparer l’affront et à les faire reconstruire) ? C’est notre royale qui investit la première les îles Penghu / Pescadore, actuellement sous le contrôle de Taiwan. C’est elle aussi qui aborda et délimita les archipels des Spratleys (Nansha) et Paracels (Xisha), disputés entre la RPC, le Vietnam (grand bénéficiaire de la cartographie française) et Taiwan. Pour parler franc, elle véhicule un petit parfum de nostalgie coloniale que la Cité interdite ne goûte guère. Néanmoins, la stature singulière de la France comme puissance permanente du Conseil de Sécurité, seconde zone économique exclusive maritime du monde, présente partout sur le globe grâce à ses DOM-TOM, à son influence das le droit de la Mer et à l’autonomie d’action de ses escadres à travers le globe, tout cela parle à l’esprit pragmatique des dirigeants chinois.

Jusqu’ici, ceux-ci envisageaient une coexistence aimable – parfois-même des exercices coopératifs – dans les eaux de présence commune. Précisément, dans les territoires excentrés de la Métropole – Océan Indien, Pacifique, détroit d’Ormuz … – où les ambitions stratégiques de la Chine, face à l’Inde et aux Etats-Unis, s’emploient à forger une influence sur les communautés d’origine chinoise abritées dans nos territoires et départements. Les préfets locaux s’en émeuvent. En fait, il y a toujours eu un peu d’ambiguïté, des grands sourires mais peu d’amour et parfois des coups de gueule, que l’on oublie pas. Pékin abhorre plus que tout les relations nouées avec Taïwan. On se souvient des affaires des frégates puis des Mirage vendus à l’île nationaliste en 1992-1994 et qui ont déclenché des représailles bruyantes, commerciales et politiques, au point qu’Edouard Balladur, premier ministre français d’alors, dut accomplir une mission expiatoire à Pékin et Shanghai en 1994.

En 2012, une stratégie plus vigilante a été réaffirmée, face à la rapide montée en puissance navale de la Chine. Paris est soucieux de maintenir la continuité de ses liens avec ses collectivités territoriales d’outre-mer mais aussi de manifester qu’en tant que puissance « possessionnée » et nucléaire ses forces armées mènent une politique autonome de mobilité dans l’espace Asie-Pacifique. Depuis quelques temps, le gouvernement français réaffirme avec force, dans les fora sur la sécurité navale, son attachement de principe à la la liberté de navigation. Les partenaires européens sont plus discrets, pour ce qui concerne la Mer de Chine du Sud, que leurs marines militaires fréquentent peu. Cette liberté juridique s’entend, dans les eaux internationales mais aussi dans les eaux nationales intérieures, selon la formule du passage innocent énoncée par la Convention de Montego Bay sur le droit de la Mer. Or, Pékin n’applique pas ces dispositions, en vigueur depuis 1994, et s’arroge des eaux territoriales plus étendues qu’autorisé. Surtout, sa marine a provoqué en 1996 – et à nouveau depuis lors – de sérieux incidents en bloquant l’accès du détroit de Taiwan à des groupes aéronavals de l’US Navy.

« Nous continuerons de naviguer plus de deux fois par an dans la mer de Chine du Sud », a récemment déclaré Florence Parly, ministre des Armées, dans une de ces enceintes. Les raisons : « Nous avons des territoires, plus de 1,6 million d’habitants, plusieurs îles de différents statuts, de vastes zones économiques exclusives, et la responsabilité qui va avec. Il y aura des objections, des manœuvres douteuses en mer. Mais nous ne nous laisserons intimider par aucun fait accompli.  » La ministre parle de stratégie « indopacifique », une manière de minorer visuellement l’emprise chinoise sur la région et la souveraineté réclamée sur l’ensemble de la Mer de Chine. La doxa française se rapprochant de la doctrine américaine de liberté de navigation sans restriction sur les mers, Pékin s’est senti visé et s’est braqué. Un incident s’en est suivi.

*Le clash s’est produit le 6 avril dans le détroit de Taïwan, lors du passage de la frégate française Vendémiaire. Lire la suite

L’encagement indécent des exilés

1 – Vous connaissez sans doute La Cimade et son engagement pour le droit des étrangers, depuis la fin des années 1930. Une de ses missions est d’intervenir dans plusieurs lieux d’enfermement, centres de rétention administrative comme prisons. L’association est présente à ce jour au sein de 8 centres de rétention ( Guadeloupe, Bordeaux, Hendaye, Matoury, Mesnil-Amelot, Rennes, La Réunion et Toulouse) et dans 75 établissements pénitentiaires. Grâce à cette double fenêtre, elle observe une porosité croissante entre ces deux formes d’enfermement. Elle assiste à la multiplication des cas de double peine, s’agissant de personnes qui, à leur sortie de prison -peine purgée-, se voient (ré)enfermées en centre de rétention. En sens inverse, de plus en en plus d’étrangers enfermés en rétention finissent entre quatre (autres) murs pénitentiaires. De ce fait, l’ONG est à même de quantifier le phénomène de manière empirique et d’en tirer la synthèse infographique ci-jointe :

Lire la suite