Géo-espace : L’Europe veut rester dans la course

Publié le  24/11/2019 par l’AFP & France 24 (avec nos remerciements)

Près de 14,3 milliards d’euros sont demandés aux ministres des 22 Etats membres de l’ESA, réunis mercredi et jeudi à Séville (Espagne) pour choisir les programmes spatiaux des trois prochaines années. Soit 4 milliards de plus que le budget alloué à l’agence lors de la précédente réunion du même type, en 2016. Cette enveloppe s’ajoutera à la contribution de l’Union européenne déjà votée (16 milliards d’euros sur sept ans).

« Il y a une volonté de faire plus, d’avoir un programme scientifique plus ambitieux, et de développer nos infrastructures à la hauteur de nos ambitions », explique à l’AFP Philippe Willekens, porte-parole de l’ESA. Car dans un milieu « extrêmement changeant, l’Europe doit faire attention à rester leader là où elle l’est, et continuer à conquérir de nouveaux marchés », ajoute-t-il.

La conférence de Séville « peut marquer soit le sursis, soit le sursaut de l’Europe spatiale », a averti le patron d’Ariane group, André-Hubert Roussel, devant les parlementaires. Ces dernières années, le Vieux continent a enchaîné les succès: mission de Thomas Pesquet à bord de l’ISS, GPS européen Galileo, construction d’Ariane 6, souligne l’Institut Montaigne… Mais sa position de leadership « est aujourd’hui menacée » alors que la compétition mondiale s’amplifie, avec une remontée en puissance des Etats-Unis et de la Chine, qui se traduit par des investissements publics massifs.

« L’Europe possède des atouts mais n’a pas les avantages structurels américains ou chinois », qui ont notamment des programmes spatiaux militaires ambitieux. « Elle a le même problème depuis le début: qu’est-ce qui justifierait de dépenser plus dans l’espace ? », pointe Isabelle Sourbès-Verger, du CNRS.

– Un lanceur réutilisable ? L’équilibre traditionnel se voit en outre chamboulé par l’explosion du nombre d’acteurs privés (dont les « GAFA » du spatial, Space X en tête) qui constitue la révolution du « New Space » et s’accompagne de la multiplication des satellites miniatures et leurs applications (météorologie de l’espace, géolocalisation, objets connectés, véhicules autonomes…).

Or l’Europe pourrait ne pas être assez compétitive pour capter ces nouveaux marchés, craignent des experts. En cause notamment: le futur lanceur Ariane 6, principal accès européen à l’espace. Son modèle économique actuel, estime la Cour des comptes, « présente des risques » face à la concurrence féroce de l’américain Space X, qui a ravi en 2017 à Arianespace sa position de leader mondial sur le marché des satellites en nombre de lancements. La firme d’Elon Musk a fortement baissé ses coûts en développant un lanceur réutilisable, tandis que les Européens, qui n’y ont pas cru au départ, « n’ont à ce stade développé que des briques technologiques permettant, à terme, d’acquérir » cette technologie du recyclable, écrit la Cour.

Mais le PDG d’Arianespace, Stéphane Israël, assure qu’Ariane 6 n’est que « le début d’une histoire » et son chantier « ouvre un cycle d’innovations« , a-t-il dit à l’AFP. Ariane 6, dont le vol inaugural est prévu en 2020, ne sera néanmoins compétitive dans la durée qu’avec des cadences de lancement élevées, ce qui suppose des « commandes institutionnelles nombreuses », prévient Stéphane Israël. Space X, rappelle-t-il, remplit 80% de son carnet de commandes avec l’Etat américain, à qui il vend « deux fois plus cher qu’au marché ».

Sur ce point, le patron d’Arianespace se montre confiant au vu du soutien récemment apporté par Emmanuel Macron et Angela Merkel au « principe de préférence européenne concernant les lanceurs ». Principe également défendu par un groupe de travail du Sénat français, qui appelle l’Europe à développer un lanceur réutilisable. « Mais attention, l’espace n’est pas un secteur commercial comme un autre; faire de l’argent avec un lanceur, c’est ambitieux », relève Isabelle Sourbès-Verger.

Le spatial européen reste « atypique », et le Vieux continent, qui ne peut rivaliser avec les 21 milliards de dollars de budget annuel de la Nasa, doit selon la chercheuse continuer « à trouver des projets originaux et développer ses points d’excellence », notamment dans la science, comme les missions d’exploration des ondes gravitationnelles, du régolithe à la surface de la Lune, ou les lunes glacées de Jupiter.

Nota : la géopolitique couvre, de longue date, la dimension spatiale

BreakPshiiit ! (la géopolitique du Brexit)

Quitter le bord, OK, mais pour atterrir où ?

Nos amis britanniques sont-ils heureux ou tout au moins soulagés de rompre avec l’Union Européenne ? S’ils l’étaient, ceci justifierait, quoi qu’on en pense, les errements récents de leur classe politique. Mais, à l’heure où le Parlement et le gouvernement dressés l’un contre l’autre se neutralisent mutuellement et l’Histoire s’embrouille autour de trahisons et de subterfuges surréalistes, aspirent-ils à autre chose qu’à mettre « l’affaire » derrière eux » pour n’y plus penser ?

1 – Après trois années de doute, d’information faussée, de fantasmes collectifs d’invasion ou de rêve d’un retour glorieux au magister impérial, l’usure des nerfs a prélevé sa dîme sur les esprits. La polémique a divisé jusqu’à l’intérieur des familles et la lassitude générale engendre un fatalisme à courte vue : s’extraire, au plutôt, de toutes ces misères et s’engager dans l’inconnu, sans trop penser, pour l’instant, ni au passé, ni à l’avenir.

– Parmi les mille et une raisons de l’allergie du Royaume à l’égard de Bruxelles, la plus patente, lors du référendum de 2016, concernait la présence au sein de cette société d’assez nombreux travailleurs détachés de pays européens de l’Est et, qui plus est, pour certains, « papistes » par conséquent assimilés aux coloniaux irlandais, si mal aimés des Anglais (cas des Polonais, Hongrois, Slovaques… un peu moins, des Français et des Italiens). Cette présence, au titre de la libre- circulation des personnes dans le Marché interne européen, a contribué à la prospérité et à l’équilibre presque-parfait du marché de l’emploi îlien. Ces malvenus ne demandent qu’à rentrer chez eux, une fois un pécule constitué pour leurs vieux jours, mais, que voulez-vous, avec le syndrome du plombier polonais, la xénophobie voire le racisme ont gagné la population plus soudainement qu’en France.

– Le même type de rejet culturel avait déjà conduit à faire du Calaisis français un barrage étanche contre les demandeurs d’asile venant du Sud. Contrairement à la France, où le phénomène progresse sans surgir, ce malaise d’identité a rapidement envahi la psyché d’une majorité de Britanniques. Guidés par leurs media, ils en ont directement imputé la faute aux (infâmes) directives bruxelloises.

– Un paramètre majeur de ce basculement tient à la presse dite tabloïde, lue par M. Tout-le-monde, qui cultive une solide tradition d’Europhobie et de mauvaise foi. Elle n’a jamais vraiment reconnu que le Royaume Uni était, des 28 membres de l’UE, celui qui bénéficiait de dérogations sur mesures pour à peu près toutes les politiques communautaires (budgétaires, monétaires, sociales, agricoles, frontalières, etc.). L’Europe est davantage perçue comme abritant des « monstres », tels, la Commission, le Parlement et la Cour de justice européenne. Les media populaires ont a aussi beaucoup vendu l’idée passéiste que « l’Empire » et le reste du monde attendaient l’émancipation britannique pour créer un pôle majeur dans les affaires du monde. L’archaïsme (« salafisme » occidental ?) paraît une folie, en ces temps où le monde occidental, celui du libre-échange et de l’entreprise globale, se replie dans sa coquille protectionniste et souverainiste, au constat – comme le fait le Moyen-Orient – de son rapide déclin dans les équilibres mondiaux. Ce recul appelle malheureusement des ingérences extérieures et pas seulement dans nos élections. Vu d’ailleurs, les Britanniques – à l’exception bien sûr des milieux d’affaires et des citadins éclairés – n’ont pas perçu l’époque qui est la nôtre et le risque encouru à cheminer seul, petit, sans boussole ni voisins.

2 – Pour les Etats-Unis, la Chine et pour l’Inde, en effet, voire pour Singapour ou la Malaisie, un portail va s’ouvrir sur une mine d’opportunités en termes de prise de possession d’actifs économiques et de technologies britanniques. La transformation des îles en plateforme de pénétration financière et commerciale, en contournement des règles et des taxes européennes, devrait créer frictions et méfiance là où l’alignement des normes avait, jusqu’ici, parfaitement servi les succès de la City. D’ailleurs, si l’idée est bien d’abolir toutes les règles et contraintes bancaires au profit d’un néocapitalisme sauvage du type « Singapour sur Tamise », la méfiance risque de changer de rive de la Manche et d’éloigner les Européens de la place financière pourtant la plus performante du monde.

– La dépendance élevée vis-à-vis de l’oncle Sam (ou Donald), seule alternative à l’U.E – mais dans les pires circonstances – que puisse se permettre un Royaume Uni sans amarre, impliquera la conversion la plus totale à la loi des marchés, avec un coup social élevé prévisible pour les classes laborieuses britanniques, déjà peu gâtées. Pour l’Ecosse mais éventuellement aussi pour le Pays de Galles et l’Irlande du Nord, le coût payé à l’unité du Royaume pourrait atteindre l’insupportable. Vu du monde émergent, le Brexit – s’il a lieu – signera l’effondrement de l’influence de l’Europe dans le système mondial. Si ce n’est dans l’immédiat, le Royaume pourrait se fissurer à terme, voire se recroqueviller sur la seule Angleterre.

3 – Le Royaume Uni a beau être le berceau de la démocratie parlementaire occidentale – un siècle avant la France – il n’apparaît pas particulièrement prémuni contre le populisme, une dérive d’opinion touchant tout l’Occident, mais plus ancrée dans la tradition française que dans la sienne, laquelle est tournée vers une forme d’inter-communautarisme de l’indifférence. Ce même populisme est en train de détruire un édifice politique, jadis exceptionnel, mais devenu passablement archaïque (comme aux Etats-Unis) et sans repère écrit (la constitution républicaine d’Oliver Cromwell, au 17ème siècle, ayant laissé les pires souvenirs à ses contemporains). Politiquement, le Royaume ne s’est jamais approprié les institutions continentales, même si les parlementaires britanniques à Strasbourg ont généralement brillé par leur talent de négociateurs. Héritiers du postulat « the Sovereign in his/her Parliament », les sujets britanniques se sont habitués à ce que le pouvoir législatif finisse par incarner, seul, les fonctions de l’Exécutif, en s’attribuant des pouvoirs exorbitants et solitaires, le moindre n’ayant pas été de réduire les pouvoirs du monarque à une coquille politique vide, sans avoir laisser émerger une réelle souveraineté populaire, que les partis n‘ont pas vocation à incarner. Le référendum de juin 2016, outil peu usuel au Royaume Uni, aura été une sorte d’exception, introduisant une tension entre les partis (le peuple) et leur représentation parlementaire (la souveraineté). Les sujets britanniques, surtout les « remainers », se sont alors exprimés sur la place publique, comme rarement auparavant, mettant en lumière la fracture du peuple en deux camps antagonistes.

Par inconscience du problème, la classe politique s’est limitée à être servile à l’égard des milieux les plus démagogues et des bourreurs de crâne irresponsables en tous genres, sans proposer sa propre vision de l’avenir. Le Parlement se bat, lui, essentiellement pour ses prérogatives. Les électeurs cherchent une sortie du tunnel dans un épaisse pénombre. La démocratie anglaise a décliné au fil des trois dernières années et se met entre parenthèse, comme le montre les coups de force, complots et trahisons, de toutes parts, pour forcer le cours de la vie publique. Ceci ne va pas aider le reste de l’Europe, relativement plus stable et peut-être plus unie jusqu’à présent (?), à maîtriser ses propres démons internes.

4 – Pour l’heure, qui s’intéresse encore à la défense de valeurs communes européennes – bien réelles – au point de vouloir protéger les Kurdes, de parler d’une seule voix à la Chine ou de compenser la démence de plus en plus patente de Donald Trump ? Que restera-il- demain du partenariat stratégique liant la France au Royaume Uni – seul élément rapidement mobilisable du système de défense européen – quand les classes politiques, insensibles aux intérêts communs, pousseront le « blame game » (culpabiliser l’autre pour se dédouaner soi-même) jusqu’à l’hystérie ? Pourra-t-on coordonner le déploiement des moyens nucléaires des deux pays, voire leur action au Conseil de Sécurité ? Face au déploiement d’Euromissiles russes visant les cités et les infrastructures du Continent, Londres ne va-t-elle pas s’aligner sur l’indifférence et la vacuité américaine ? Quelle chance aura la Politique européenne de Sécurité et de Défense d’intervenir et de peser, sans la Grande Bretagne, avec l’inertie que l’on sait chez nos partenaires de l’Union ?

L’Europe va perdre de sa substance vitale et, il va sans dire, de sa légitimité internationale. Si on peut comprendre l’impatience de certains d’en ‘’finir avec le Brexit’’, on a tout motif à vouloir connaître, dès à présent, la nouvelle donne des relations euro-britanniques, avec laquelle il va falloir vivre tant bien que mal les prochaines décennies. Dans un divorce décent et indolore, on fixe des règles pour l’avenir en même temps qu’on solde le passé. Là, nenni, et cette incertitude s’ajoute à l’autre (quand, le Brexit ?), alors qu’on aurait pu négocier successivement et rapidement le divorce et l’entente future. Un mauvais présage…

L’été géopolitique 2019 – N’espérez aucun répit !

La saison estivale laissera le souvenir de la canicule. Pourtant, l’actualité géopolitique n’a pas connu de pause (d’ailleurs, pourquoi ?) ni de baisse de température.  Si on cherche à dégager quelques tendances de fond, on pourra relever l’angoisse montante des Européens à propos du futur de notre monde ‘’invivable ». Elle contraste avec un reste du monde à la fois optimiste et belliqueux, à l’image du président Trump, de Kim Jong-Un ou de Xi Jinping. Ceux-là sont absorbés dans la recherche de gains stratégiques ou commerciaux. La scène géopolitique projette l’image du monde d’hier, sans pôle et « globalisé », glissant dans une logique de blocs antagonistes, sous l’influence de puissances conquérantes. Quelque chose des impérialismes du 19ème S et des alliances de 1914 est de retour dans l’air du temps, partout sur fond de national-populisme souverainiste. Le désordre international ne contribue pas à maintenir les liens entre les nations qu’il s’agisse du commerce, des mouvements humains, de la recherche de la Paix ou du contrôle des armements que celle-ci implique. J’y ajouterais aussi un certain cosmopolitisme des cultures, qui aide à comprendre notre temps. Sur les multiples foyers de crise et de contentieux, le populisme à courte vue ravive les braises. Mais les prises de conscience des problèmes progressent et elles peuvent aussi faire surgir de nouvelles sagesses.

Un regard sévère sur l’avenir, partagé par beaucoup

1 – La Planète finira-t-elle par se délester de l’Humanité ?

Côté ambiance, des scénarii-catastrophes planaient en préambule du G7 de Biarritz, au terme d’un mois de juillet le plus chaud de l’histoire du monde. La Sibérie et l’Amazonie, nos « poumons », se consumaient. Le dernier rapport du GIEC s’inquiétait de l’état très dégradé des terres. Parviendraient-elles à nourrir le surplus de population attendu ou, autre option, à produire les énergies renouvelables tant espérées ? La jeune Greta, 16 ans, parcourait le Nord de la planète en essemant la grève du vendredi dans les collèges et toute une génération de parents s’introspectait fermement : « avons-nous mal fait ? ». Les piques échangées entre E. Macron et J. Bolsonaro à propos de l’Amazonie en flammes ont donné un tour saisissant à cette confrontation. Maltraitance de la Terre due à notre esprit social et libertaire, « consumériste » et incapable de régulation ? Et les catastrophes s’enchaînaient : ouragans (dont le dernier, dévastateur, aux Bahamas), Ebola, séismes, parasites de l’olivier… Stopper le commerce sauvegarderait-t-il l’environnement ? Ce credo quasi-religieux a mobilisé des foules contre le CETA, avant que cet accord ne soit adopté en France, le 23 juillet, épargnant au pauvre Canada d’être traité comme notre pire ennemi. Les pays du Mercosur ont, eux, vu l’accord de libre-échange négocié depuis 19 ans avec l’UE, bloqué d’adoption par la France pour cause de « tromperie brésilienne ». Utiliser les conventions commerciales pour imposer des conditions écologiques (fidélité à l’accord de Paris – COP-21) ou couper les ponts et opter pour l’autarcie, le débat tend vers la caricature.

2 – Le délire américain, entre Grand-Guignol et avant-goût d’apocalypse

Le côté le plus délirant de la scène mondiale porte un nom : Trump. Le président américain a été à l’initiative contre tout ce qui pourrait nous assurer un avenir relativement protecteur. Si l’OMC existe encore formellement, il a désintégré tous les codes du commerce international, au profit exclusif de « l’arme du rapport de force ». Voisins, alliés comme concurrents se sont pris des taxes pour leur grade (même notre bon vin est ciblé), mais c’est encore, en direction de la Chine et de l’Iran que ces offensives ont été les plus agressives, souvent à la limite du blocus (Iran) ou de l’étouffoir (Chine). Au point que beaucoup s’interrogent sur leurs effets récessifs potentiels, voire sur une dérive militaire dans la gestion des crises : tentative avortée de bombardement par drones sur l’Iran, manœuvres de confiscation de bâtiments de commerce répondant à des sabotages, resserrement des interdictions bancaires et, concernant la Chine, livraison d’armes à Taiwan et même menace de « couler » la place financière de Hongkong ! En revanche, le Groenland plaît à Donald et il propose de l’acheter, au grand effarement des autorités tutélaires, au Danemark. Pour se constituer un arsenal contre la Chine, le 2 août, il jette aux orties le traité INF bannissant les missiles nucléaires de 500 à 5000 km de portée, qui protégeait l’Europe du péril atomique. Sous une pluie d’essais balistiques nord-coréens, il affirme sans fard que « tout va bien avec (son) ami Kim ». Dans la même veine, après un an de négociation secrète avec les Talibans, il congédie ceux-ci à leur arrivée à Camp David et décide de laisser pourrir le conflit d’Afghanistan, dont l’issue dans l’honneur est, pour le coup, un vrai casse-tête. Qu’importe ! Sur le « front électoral », primordial à ses yeux, le milliardaire manie l’insulte raciste contre des élues du Congrès (« retournez d’où vous venez ! »), la soumission des migrants latinos – même, les enfants – à de mauvais traitements, les diktats à ses industriels pour qu’ils désinvestissent en Chine ou fabriquent des véhicules polluants, etc.

3 – Le nationalisme obtus, plus contagieux qu’Ebola

La xénophobie, le protectionnisme et le nationalisme ne sont pas l’apanage d’un seul pays et l’été 2019 a illustré une propension croissante à la création de conflits, dans d’autres régions du monde. Bien qu’e principe pacifique, la grande offensive de Pékin sur les nouvelles routes de la Soie fait peur, tout en créant des opportunités. Les pays africains ont été particulièrement ciblés par cette invite à sortir du système multilatéral pour prospérer dans l’orbite chinoise. Certains laissent percevoir de la prudence, à l’image des états européens, exception faite de la Grèce, de l’Italie et de l’Europe centrale. Quelques jours après avoir célébré, au château de Chantilly, son partenariat stratégique avec la France, l’Indien Narendra Modi met fin brutalement à l’autonomie du Jammu-Cachemire, ce territoire musulman revendiqué par le Pakistan depuis la partition de 1947 et dont la population se retrouve en quasi-rétention. Islamabad ne manquera pas de riposter par le biais des groupes d’insurgés soutenus à distance. La Birmanie achève de barricader au Bangladesh ses Rohingyas. L’ASEAN, prudente, maintient un fer au feu avec la Chine et l’autre avec les Etats Unis (manœuvres communes). Mais le clash de valeurs le plus spectaculaire concerne Hongkong, dont la population est en ébullition depuis février contre la « mainmise continentale » (de Pékin) sur la vie politique locale. Centré initialement sur une volonté unanime de résistance à un projet de loi liberticide (possible déportation des suspects vers la justice communiste), l’indignation s’est mue en dénonciation des ingérences du PC chinois mennaçant les garanties d’autonomie complète (un pays – deux systèmes) accordées pour 50 ans lors de la dévolution du territoire à la Chine, en 1997. En réponse à la brutalité montante de la police et à la surdité politique du gouvernement hongkongais (qui confirme son inféodation à Pékin), la tension monte, avec son cortège de violences, à l’approche du 1er octobre, la date célébrant le 70ème anniversaire de la fondation de la RPC, à l’occasion de laquelle les dirigeants du PCC ne peuvent se permettre de perdre la face. Or, Hongkong est le poumon financier de la Chine et son plus grand port….

4 – Vers une guerre entre les USA et l’Iran ?

Sur arrière-plan de confrontation entre sunnites et chiites, des deux côtés, on s’y est préparé. Washington, en sortant de l’accord nucléaire de Vienne de 2015, seule piste praticable pour calmer le jeu de la prolifération nucléaire (et balistique), sans perte de face … mais aussi, en sanctionnant personnellement les dirigeants iraniens (confiscation des comptes bancaires) et, surtout, en bloquant tout commerce avec Téhéran en vertu de la « loi du dollar », qui bannit l’usage de cette devise pour toute transaction. Les Européens ont bien tenté, par le mécanisme de troc INSTEX de desserrer un peu le collet mais leurs entreprises, très respectueuses du Trésor américain, n’ont pas suivi. En pleine bataille d’arraisonnement de pétroliers et de tir de drones dans le golfe d’Ormuz, un ultimatum a été lancé aux Européens par le président Rohani : rétablir le commerce sous 60 jours. Le délai passé, les mollahs en viennent à se désengager par étapes de leurs obligations aux termes de l’accord nucléaire : les centrifugeuses tournent à nouveau à plein. Un peu plus au Sud du Golfe, au Yémen, la population continue de subir les bombardements aériens saoudiens et les chars emirati, avec, dans les deux cas, la très probable utilisation d’armes françaises, car, faute d’être sunnite, l’industrie de défense du Pays de Voltaire se montre foncièrement anti-chiite. La confusion règne entre alliés arabes opposés aux Houtis chiites : Riyad veut punir, nettoyer et réinstaller le président Radhi, « dégagé » par la population. Abu Dhabi cherche à s’octroyer une emprise sur le terrain, au Sud, en s’appuyant sur des milices indépendantistes ou autres. Les deux capitales laissent Daech et Al Qaeda prospérer. Rien de sérieux à signaler sur la Syrie : Idlib, une province de 3, 5 millions d’habitants – surtout des déplacés de guerre – est soumise par les troupes de Damas et l’aviation russe à blocus et à un déluge continu de bombes, mais les démocraties d’Occident ne s’en préoccupent guère. Accessoirement, la Turquie menace d’ouvrir – en direction de l’Europe – les vannes des quelque trois millions de réfugiés syriens sur son territoire, si on ne laisse pas son armée constituer, en Syrie, un glacis de 30 à 40 km de profondeur, tout au long de sa frontière sud (de peuplement kurde). L’entité autonome kurde YPG, qui a libéré la population des bandes de Daech, avec des appuis aériens occidentaux, est clairement en ligne de mire. A l’approche d’élections qui seront difficiles pour B. Netanyahou, Israël envoie aussi son aviation bombarder, en Syrie – mais aussi en Iraq et au Liban – tout ce que l’Iran compte comme éléments armés et associés dans la Région. Il est vrai que l’axe de pénétration que Téhéran tisse patiemment jusqu’à la Méditerranée constitue une vraie menace pour l’Etat hébreu. La prétention d’annexer un tiers de la Cisjordanie vise, elle, à plaire à la majorité de l’électorat, farouchement opposée à une paix en Palestine.

5 – En Afrique, un face à face stoïque de la bonne et de la mauvaise gouvernance

– Dans ce tableau général d’une « Asie qui brûle », l’Afrique s’en tire-t-elle mieux ? Comme les étudiants Hongkongais, les jeunesses du Soudan, d’Algérie et de Tunisie expriment une volonté exemplaire de refuser l’injustice et l’oppression des grands dirigeants corrompus. A Khartoum, au lendemain d’un Tiananmen sanglant le 3 juillet, les militaires – qui ont renversé le général Al Bechir – se sont ressaisis et ont fini par accepter une transition vers la démocratie de trois ans, partagée entre eux-mêmes et la société civile. L’Ethiopie a exercé ses bons offices. Une belle victoire, quoi que très fragile. En Algérie, l’après Bouteflika s’annonce sous des auspices comparables, : la population et la jeunesse en particulier ont manifesté leur ferveur démocratique et leur attachement aux libertés sans être contrés par les Islamistes, la corruption est sanctionnée, une transition est annoncée mais l’arrestation de certains démocrates et l’autoritarisme du Chef d’Etat-major, actuellement aux mannettes rend circonspect. En Tunisie, la classe politique a bien réagi à la disparition du président Beji Caïd Essebsi, un grand acteur de la révolution démocratique. On peut gager que le modèle tunisien, unique au sein du monde arabe, est en train de prendre racine. La prédiction inspire de l’optimisme, en même temps qu’elle illustre le rêve éternel de liberté et de dignité, qui n’a pas perdu son attrait, du fait de l’urgence climatique.

– Ailleurs, sur le continent noir : expansion inquiétante des zones d’exactions jihadistes à travers le Sahel et l’Afrique centrale (où les attentats jihadistes se multiplient aussi), pandémie d’Ebola qui s’étend, forêts tropicales qui partent en fumée, nouvelle vague de violences xénophobes dans les townships d’Afrique du Sud, départ de centaines de milliers de candidats à la traversée vers l’Europe, promis à des supplices en Libye ou à se noyer en Méditerranée, à portée de navires européens désormais interdits de tout secours en mer. Matteo Salvini n’aura constitué que la partie émergée, très visible, de cet iceberg d’hostilité et de déni du droit humanitaire.

– A courte portée de la Tunisie démocratique, l’anarchie libyenne fait tache. Après avoir bénéficié de soutiens militaires français, le « maréchal » Haftar met la région de Tripoli sous siège et à feu et à sang. Les milices s’en donnent à cœur joie : exactions économiques, pillages, torture et racket des exilés subsahariens (bombardés jusque dans les centres d’hébergement), tandis que l’Europe continue sa distribution de subsides à qui voudra bien endiguer le flux des Africains. Là aussi, le chaos général bénéficie aux mouvements jihadistes qui prospèrent là où les Etats dysfonctionnent ou n’existent plus.

6 – L’Europe, cahin-caha, sur une pente glissant vers l’insignifiance

Certes, tout n’a pas empiré sur le Vieux Continent. La France a eu le mérite de tenter une discrète opération pour désamorcer la bombe américano-iranienne, mais elle n‘avait pas le poids requis. Elle occupe le haut du pavé climatique et environnemental tout en ayant perdu beaucoup de son poids géopolitique, scientifique et humanitaire ou moral. Paris a occupé, pendant l’été, une place d’importance compte tenu des difficultés intérieures qui affectaient ses partenaires européens et de l’ambiance prévalente de repli sur soi. Sa diplomatie s’efforce à rééquilibrer la relation avec la Russie et à recréer, avec le « président-ennemi de tous les régimes libéraux », des éléments de convergence et de complémentarité (d’où la visite de V. Poutine au fort de Brégançon, avant le G 7). Elle espère que, ce faisant, l’Europe et la Russie pourront prévenir le risque de se voir éclipsées par le nouveau duopole sino-américain. L’idée de sauver, au passage, quelques lambeaux de l’ordre multilatéral, qui gageait la Paix, n‘est pas absente du raisonnement, même si, pratiquement, on ne peut aller loin sans l’aval des autres. Ce nouvel état d’esprit, auquel Poutine se prête pour le moment (qu’aurait-il à y perdre ?), favorise la recherche d’une solution en Ukraine. L’élection à Kiev d’un nouveau président, plus pragmatique y contribue positivement et, ainsi, des échanges de prisonniers ont été amorcés. On parle un peu du Moyen-Orient, où les deux grands acteurs sont empêtrés et pourraient vouloir conclure sur un plan politique. Reste le déploiement en cours de missiles nucléaires ciblés sur les villes européennes. Décidé en juillet, il ne favorisera pas la confiance.

– Le choc qui disqualifiera l’Europe a pour nom « Brexit ». Lancé par le referendum de juin 2016, sur fond de fureur populiste à l’égard des institutions de Bruxelles et des Européens de l’Est, jugés envahissants, le divorce d’avec le continent était devenu la quadrature du cercle sous T. May. Toutes les options étaient bloquées. Après que ses inspirateurs se sont emparés des leviers du Royaume, Boris Johnson en tête de proue, un bras de fer hargneux s’en est suivi avec le Parlement de Westminster. Ce dernier a infligé, à l’ancien maire de Londres, une belle brassée de camouflets, récusant son projet de « hard Brexit », sans accord avec l’UE, impérativement au 31 octobre (six motions sur six votées contre lui). N’en doutons pas, la suite de cette féroce bagarre fera les bons feuilletons de l’automne, mais elle achèvera aussi de projeter, à travers le monde, l’image d’une Europe en déclin et peut-être même en décomposition. Certes, c’est exagéré. Sans doute, les Etats Unis – si Trump est réélu fin-2020 -, les légions de hackers du Kremlin, Facebook et les investisseurs « routes de la soie » sauront profiter de l’aubaine. Pourtant, l’Union a plutôt bien tenu le coup face aux coups de boutoir britanniques. A la date de la rupture annoncée (aussi, celle célébrant Halloween), elle mettra en place une nouvelle équipe dirigeante, présidée – pour ce qui est de la Commission – par U. van der Leyen, ancienne ministre de la défense d’Allemagne, réputée avoir l’esprit géopolitique. Autre acquis immédiat : le reflux des personnalités populistes. En Italie, M. Salvini est tombé, après avoir essayé d’accaparer le pouvoir par la voie plébiscitaire. Le piège s’est refermé sur lui et Rome devrait retrouver, pour un temps, le chemin de Bruxelles. En Hongrie, en République tchèque (où elle a chassé un premier ministre corrompu), en Pologne, à un moindre degré, des oppositions se font entendre plus fort face aux dirigeants autoritaires. Irait-on jusqu’à espérer, si les attentats poursuivent leur déclin actuel, que les questions bien réelles concernant les nouvelles migrations, le climat, la défense et le « soft power » de l’Europe, la sécurité financière, la sécurité numérique, le développement durable, l’avenir de nos libertés, etc. soient saisies à bras le corps par une Europe suffisamment unie pour aller de l’avant. Rendez-vous au début-2020 !

Grand méchant coyote (US) et grand méchant ours (Russe) fourbissent leurs calibres nucléaires : feu sur la bergerie européenne ?

Ceux qui ont connu les années 1980 de la « Détente » agonisante, se souviennent qu’ils avaient furieusement milité contre l’installation en Europe des missiles américains Pershing. Ces armes nucléaires de portée intermédiaire, limitée de 500 à 5500 km, étaient vouées à un règlement de comptes entre les deux « super-grands » d’alors, sur leur théâtre d’affrontement européen. A raison, cela faisait horreur à la jeunesse citoyenne et pacifiste : combien de millions d’Européens risquaient de s’en trouver condamnés, tôt ou tard, à la vitrification subite ou à une leucémie lente, sans savoir exactement d’où et sur l’ordre de qui l’holocauste leur tomberait sur la tête ? Elle oubliait seulement, cette belle jeunesse, que du côté de l’Oural, des milliers d’euromissiles SS 20 soviétiques ciblaient l’Europe occidentale, sans qu’on en ait guère dit mot ! L’équilibre de la terreur s’est finalement rétabli, de part et d’autre, en dépit des manifestations immenses contre l’administration Reagan et c’est probablement à cela que l’on doit trois résultats bénéfiques : l’absence de folie aventuriste à l’Ouest comme à l’Est, la survie de l’Union européenne et, en 1987, le Traité sur les Forces Nucléaires Intermédiaires (FNI ou les « euromissiles »), qui plafonne et régule le déploiement de ces armes de destruction massive. N’en déplaise aux partisans du désarmement dans le déséquilibre, la stabilité s’est maintenue, jusqu’en 2019 en tout cas … mais pas beaucoup plus, on peut le craindre.

Lire la suite

Ma déclaration universelle des droits de l’Homme (« je vous aime, je vous aime, moi non plus ! »)

René Cassin et Eleanore Roosevelt, lors de l’adoption

La façon dont n’a pas été célébré, ce 10 décembre, le 70 ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme confirme, après des déferlement de violence, que ce socle des libertés fondamentales de l’Humanité, au mieux, n’intéresse plus. Au pire, il est devenu la marque d’un monde disparu. Foin d’utopie universelle (deux mots suspects)! Oublions la fraternité des peuples, chacun doit rester coincé sur son bout d’asphalte, dans sa rage victimaire, et imposer sa loi, jusqu’à tout sacrifier : ne pas dialoguer, ne rien lâcher, surtout !

J’exagère un brin. Dans certaines de nos villes, des gens plus humains, vêtus de jaune, ont rallié les marches pour le climat et ont « verdi », non sans discernement, leurs préoccupations initiales dans celles de l’Humanité. Lire la suite

Les gilets jaunes, archétype des confrontations mondiales ?

Réincarnation des sans-culottes ?
The Gilets jaunes, (yellow vests) are anti-globalisation and furious

Je suis loin d’approuver BHL sur tout, mais je dois dire que son récent discours devant le CRIF, concernant le phénomène des « gilets jaunes », est assez convainquant. Ce type de révolte « à la base » est un classique de l’histoire de France : les pantalons rayés des sans-culotte de juillet 1789 préfiguraient bien nos gilets fluo d’aujourd’hui. Justement insatisfaits de l’état du Royaume, ils tendent, comme on dit, à « péter les plombs » et s’en prennent à tout ce qui paraît injuste, dans leur représentation enfantine de la chose publique. Cela justifie à leurs yeux un vrai passage à l’acte. « Libératrice », la violence leur ferme aussi tout horizon. Elle les confronte à des tyrannies un peu fantasmées et, dans leur spontanéité, ils font erreur sur leurs cibles : déjà, ce pauvre gouverneur Delaunay et la quinzaine de fils à papa enfermés à la Bastille en 1789, n’étaient pas vraiment le cœur arrogant de l’ancien régime. On a fait comme si. Même méprise chez les « boulangistes » en 1879, chez les « ligueurs » en 1934, chez les « bonnets rouges », il y a peu.

Lire la suite

Prince-héritier, où ce qu’il est le corps ? (sur l’air d' »Artur qu’est-ce t’as fait du corps », chanté par Reggiani)

L’Ourson géo n’a pas été très politique, récemment. Il était en contemplation devant un petit être humain – une toute petite sirène – née dans la tanière: « quelle merveille, se disait-il, en réalisant que lui, l’Ourson, était bien gros désormais pour inspirer un tel diminutif affectueux. Le miracle de la vie qui éclot rend plus insoutenable encore les atteintes haineuses à d’autres vies, des vies qui ne demandaient qu’à prospérer au bonheur. Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien au franc-parler, chroniqueur au Washington Post, assassiné par les autorités de son pays à Istambul, le 2 octobre, personnifie bien la victime qui accable ses bourreaux. N’en déplaise à la Délégation Générale aux Armements(DGA), qui révère le Prince-héritier commanditaire de l’affaire comme son meilleur client et à, l’export, on sait bien que le client est roi.

Lire la suite

Hulot en dissidence, Macron en terrain miné, M. Toulemonde en prostration : rentrée agitée ?


La transition écologique n’est pas en marche – illustration du Monde

Il faut dire que les temps ont changé (publié chez Albin Michel – août 2018)
Présentant son dernier ouvrage sur France Inter, l’économiste Daniel Cohen constatait sans plaisir un haut degré de «désocialisation» dans les strates populaires françaises. Un changement du monde, parmi d’autres, qui nous parle.

Lire la suite

Ce qui me trompe (Kim-Trump) me tient en alerte (nucléaire)

Bonjour aux géostratèges chevronnés ! L’Ourson a suivi avec délectation les amours subites de Kim Jong-Un et de POTUS Trump, à Singapour. Jadis, on chantonnait, à propos de cette rutilante Cité-Etat : « Le crocodile, il est malade … Il est malade, à Singapour… Il faut qu’il mange de la salade … S’il ne veut pas mourir un jour ».

Prémonitoire ! … à contempler la bouille rayonnante du camarade Kim (qui fume du H, question bombe atomique) et l’air méchant et renfrogné de l’Homme à la houpette orange, il n’y a pas photo : on saisit lequel est le crocodile car on a déjà une certaine expérience de ses salades !

Make America great again !

Lire la suite

Asile et Migrations – Version Palais Bourbon et version RAMY

Le radeau de Lampédusa, Lanzarote, Museo Atlantico, 2016

Le présent blog ne parle pas beaucoup du projet de loi sur l’asile et les migrations. Ce n’est pas par manque de motivation mais plutôt par distanciation d’avec les nombreux angles morts, fausses pistes, leurres et évitements que révèle le travail du Législateur : on nous mène en bateau !
La preuve par le barreau de Paris : L’asile, un droit en danger : une analyse du barreau de Paris

Lire la suite

Mai 2018 : permettez moi un grand coup de pessimisme géopolitique

Damas sous feux croisés

En écoutant les news ce matin, je sentais les missiles iraniens et israéliens me frôler l’occiput. Je me suis dit qu’il devrait être fortement décommandé de relire l’apocalypse de l’apôtre Jean. Plus l’incandescente scène mondiale revêt un manteau crépusculaire, plus on doit – croyez-moi – s’efforcer de s’extraire des prophéties. Cela, de crainte qu’on les amène à s’autoréaliser finalement. Le principe de Günther Anders énonce que plus c’est menaçant, plus c’est réel, moins on veut le voir. Mais là, j’ouvre un cas particulier : non, Trump n’est pas (tout à fait) l’Antéchrist ! Non, Bibi Nétanyahou n’est pas (totalement) l’Archange de la fin des temps ! Non, l’ayatollah Khamenei n’est pas précisément un avatar du grand prêtre Caïphe, qui décréta la passion du Sauveur ! Oublions ça. Lire la suite

Refuser les « rafles » et le bannissement des exilés, par fidélité à notre devise nationale

Le pire les attend chez nous …

En novembre 2017, 470 associations et collectifs d’aide aux migrants ont lancé l’initiative d’Etats généraux des migrations. La « France qui accueille » espère se faire entendre, face à la politique de persécution des victimes et des désespérés. Le gouvernement de la France, comme l’Europe, se sont jusqu’à présent soustraits à tout appel au dialogue citoyen sur le sujet. Pour la première fois depuis 2008, Amnesty International, le Secours catholique, la Croix-Rouge française, Médecins du monde mais aussi le Gisti ou Emmaüs International se regroupent pour réclamer une autre politique, transparente et conforme aux valeurs de notre pays. Alors que le gouvernement a entamé l’examen de son projet de loi « asile et immigration », la mobilisation de cette France fraternelle va revêtir des formes concrètes et visibles : pétitions, chroniques, actions de terrain pacifiques sur la place publique. Lire la suite