* 21 septembre – L’Homme fort du Forum

Bravo, Manou : c’était un sans faute ! L’exercice oratoire obligé des dirigeants du monde à l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations Unies parle traditionnellement un peu pour l’état du monde, mais beaucoup plus pour leur état d’esprit du moment. L’absence, par exemple, de Vladimir Poutine s’assimile à celle d’un exalté retranché au fond de son bunker, convaincu que le reste du monde s’est ligué contre lui. Son isolement n’en est que plus criant, quand, à l’inverse, Xi Jinping, impassible sous un imperceptible sourire de façade, viendra, lui, expliquer que tous les opprimés se tournent vers lui.

La fougue française est payante, à New-York où chacun admet que le pays de Marianne a vocation à conceptualiser la géopolitique en parlant carré. La bonne idée a été de s’adresser essentiellement à la quarantaine de pays extérieurs au conflit en Ukraine, ceux qui n’avaient pas osé condamner l’invasion russe. Le ressentiment à l’égard de l’Occident et de ses guerres  »injustes » (l’Irak, la Libye, l’Afghanistan …) en est sûrement l’une des causes profondes du désamour du Sud. Le président français a habilement renvoyé ses pairs du monde émergent au crédo des Non-alignés. Il a évoqué cette ère de résistance à la guerre froide, de quête de la justice et du droit, auxquels ces membres de la communauté internationale ont adhéré ou adhèrent encore avec fierté.

Face à une invasion brutale, à des tentatives d’annexions territoriales de la part d’un nouvel impérialisme aux visées ouvertement coloniales, n’était-il pas temps d’en revenir aux valeurs qui avaient été si chères aux Non-alignés ? Eux qui affichaient une identité tierce face au monde de deux blocs Est-Ouest, laisseraient-ils la scène guerrière de 2022 (plus de cinquante conflits) se fracturer définitivement en deux : d’un côté, une communauté restée fidèle aux valeurs de la Charte des Nations Unies et à l’Etat de droit, de l’autre, un bloc composé de prédateurs, partisans de la Loi de la Jungle ? L’appel à l’introspection lancé aux neutres pourrait être ressenti comme agaçant. Justement, c’est parce qu’il pointe le défaut de leur cuirasse (de leur conscience, aussi) qu’il est mérité.

Le discours français s’emploie à corriger le tir en reconnaissant (discrètement) que l’Occident n’a pas toujours respecté ses propres idéaux et qu’il s’est parfois égaré dans des croisades sans lendemain. Mais ne s’est-il pas montré plus secourable (sous-entendu que la Russie et la Chine) dans la lutte contre le Covid et la relance consécutive de l’économie ? Emmanuel Macron propose au Sud un  »nouveau pacte financier » pour l’avenir. Le terme est beau mais pas vraiment neuf. Ce genre de concept-miracle reste, la plupart du temps une chimère ou finit en traitement homéopathique. C’est là flou principal du discours.

Sur le plan des institutions de l’ONU, la France joue sur du velours. Depuis plus de quarante ans que se pose la question  »urgente » d’une réforme du Conseil de Sécurité, Paris n’a jamais eu besoin d’afficher une position négative sur le sujet, contrairement à Moscou, Washington ou Pékin. Le blocage du débat n’est pas le fait des seules puissances, mais aussi de la multiplicité des mésententes entre les potentiels candidats du monde émergent. Aucun groupe régional ne parvient à choisir son champion. En Afrique, le Nigéria, l’Egypte et la République Sud-africaine se neutralisent mutuellement. En Asie, la Chine oppose froidement son veto à l’Inde et au Japon. En Amérique latine, l’Argentine hispaniste s’oppose au Brésil de langue portugaise. Il est aisé de jouer de ces différends pour se proclamer sans grand risque ouvert à toute  »solution ». Avec le départ du Royaume Uni, la seule chose – mais très improbable – que pourrait craindre la France serait de voir son siège au Conseil transféré au bénéfice de Bruxelles-Union Européenne. La demande n’émane d’ailleurs pas de l’intérieur de l’Europe mais de pays du Sud.

Plus concrète est la proposition de Paris de suspendre le droit de veto à une puissance, permanente ou élue, lorsqu’elle aura à voter sur un conflit auquel elle serait partie. Un soutien du monde émergent sur ce point pourrait contribuer à changer la donne. Mais il ne se manifeste guère.

Il reste que la vision présidentielle de la hiérarchie onusienne est très … présidentielle. Elle ne dit mot des pouvoirs de l’Assemblée générale qu’ils faudrait renforcer pour rendre le système plus représentatif et plus démocratique. Celle-ci, et non pas le Conseil de Sécurité, en constitue la pierre angulaire et la source de légitimité. Serait-ce parce que cette Assemblée générale apparaît un peu, aux yeux de Jupiter, comme équivalant à un  »machin » ennuyeux français du nom d’Assemblée Nationale ?

* 15 septembre – Rejetons de la guerre

Les guerres d’agression font des petits. L’Azerbaïdjan et l’Arménie recommencent leur confrontation armée depuis trois jours. La situation autour du Haut-Karabakh, en grande partie récupéré par Bakou, est de plus en plus tendue alors que le premier des deux républiques ex-soviétiques a lancé une offensive d’artillerie sur son voisin. Une dictature brutale s’en prend, là encore, à une démocratie. Comme toujours, les deux pays s’accusent mutuellement d’avoir lancé les hostilités. En 2020, conformément à un accord de cessez-le-feu, Moscou avait déployé des soldats de maintien de la paix au Nagorny Karabakh, l’enclave de culture arménienne revendiquée par l’Azerbaïdjan comme un de ses territoires éternels. Le conflit ayant fait près de 7000 mort et son armement n’étant pas au niveau de celui adverse, Erevan s’était plus ou moins résignée à cette  humiliation. Le cessez-le-feu de 2020 n’ayant pas débouché sur un accord de paix, les parties restaient dans une situation de conflit larvé… qui s’est donc rallumé.

 En haut de la pyramide belliciste, l’exemple de la ‘’loi des loups’’ est donné par la Russie de Vladimir Poutine. Aux franges du Caucase et de l’Asie centrale, l’impunité tend à s’imposer comme ailleurs, en termes d’invasion, d’annexion de territoires et de frappes militaires sur des populations civiles. L’Azerbaïdjan en 2020 , comme la Russie en Ukraine, s’est d’abord attaqué aux territoires voisins qui lui étaient les plus liés par l’Histoire, la contiguïté géographique ou la culture. Aujourd’hui, Bakou, à l’image de Moscou, est passé à l’expansionnisme  dur, avec malheureusement dans son cas, l’appui du grand allié turc. L’OTAN voit dès lors l’un de ses principaux membres et fournisseur d’armes en Ukraine se compromettre sur ce théâtre traditionnel du grand-turquisme. Ankara agit alors en adversaire de l’Europe et des démocraties.

L’attrition militaire et la désorganisation que connaît le protecteur traditionnel russe de l’Arménie (en vertu d’une alliance de défense) ont ouvert une fenêtre d’opportunité pour régler des comptes avec Erevan. Moscou appelle au calme mais ne bouge pas ou n’a d’autre choix que de laisser faire. Pour le dictateur azéri, une nouvelle victoire militaire constituerait le plus beau cadeau il puisse offrir à son peuple, pour se maintenir éternellement  à sa tête. Il n’est pas le seul à faire ce calcul.

La présumée ‘’communauté internationale’’ appelle à la « retenue » et à un ‘’règlement pacifique du différend’’, formule consacrée, la plus plate et la plus impuissante qui soit, à laquelle on a recours quand on ne va rien faire. La France préside néanmoins actuellement le Conseil de Sécurité. Lors d’entretiens avec plusieurs dirigeants mondiaux, dont Vladimir Poutine et Emmanuel Macron, Nikol Pachinian, le premier ministre arménien, a appelé la communauté internationale à ‘’réagir’’. Cela n’a galvanisé personne. Emmanuel Macron se serait adressé au président Aliev d’Azerbaïdjan, le priant urgemment de mettre fin aux hostilités, et de revenir au respect du cessez-le-feu. Cela ne va pas effrayer ni convaincre ce dernier, qui sait bien que tout le monde a la tête ailleurs, grâce à la guerre d’Ukraine. Ce nouvel épisode de conflit post-soviétique est donc appelé à se développer.

* 14 septembre – Fin d’omerta ?

En République Française, on ne débat pas de politique extérieure au sein des institutions représentatives de la Nation. C’est comme ça. Pas même d’interventions militaires extérieures : ce n’est pas la coutume. Ceci confère à notre démocratie un caractère d’exception (une exception française de plus !).

 On se souvient de l’omerta qui avait frappé la désastreuse expédition de 2011 en Libye contre  Kadhafi et son régime, en violation du mandat humanitaire de l’ONU. Comment oublier celle, longue et solitaire, au Mali en 2013 pour y bouter l’expansion jihadiste (qui prospère de plus belle !). Rappelons aussi  l’intervention – certes, ponctuelle – de la marine de guerre en renfort du blocus du Yémen en 2015 accompagnée de contrats mirifiques décrochés par les marchands français d’armement à Riad et Abu Dhabi, en soutien à la croisade anti-chiite des émirs. Tout cela n’a eu pour effet que d’accroître encore le supplice des populations civiles yéménites. Au final, il en a résulté aussi une forte présomption de complicité de la France dans ce qui est partout perçu en Occident comme un crime contre l’humanité. Même marginale, ce fut une contribution à la plus grande crise humanitaire du moment. Ce ne fut pas bon pour l’image de la République. Mais, silence dans les travées !…

J’ai moi-même reçu d’un vice-président de la Commission des Affaires étrangères, qui était aussi mon député, la confidence comme quoi, en France, le Législatif souffrait d’être écrasé par l’Exécutif ; qu’il cherchait en vain un droit à l’information et une émancipation mais n’oserait jamais recourir à son droit d’enquête : cela relèverait du régicide. Ainsi, en matière d’opérations extérieures et d’armement, les représentants de la Nation font face à la Monarchie. Et, d’évidence, ils en ont peur, sans pouvoir exprimer ouvertement cet effroi.

Alors, je fais un peu taire l’Ours quand j’apprends, au détour d’une brève de trois lignes, que la Première ministre française prépare un débat à l’Assemblée nationale sur la guerre en Ukraine (et aussi sur les conséquences qu’elle a en France). Il aura lieu au Palais Bourbon le 3 octobre, en application de l’article 50-1 de la Constitution. Dès juillet, Mme Elisabeth Borne en avait émis l’idée. Je n’y avais pas fait vraiment attention sur le coup. Bientôt, nous aurons donc à entendre une déclaration du Gouvernement sur le sujet de la Guerre et de la Paix. Elle sera suivie d’un débat dans l’Hémicycle. Au Sénat, la date du débat n’a pas encore été fixée mais la même séquence est prévue. D’ailleurs, ce n’est pas trop risqué puisque sur la guerre en Ukraine, le gouvernement français a cette fois épousé la bonne cause. Mais quand même : Youpeee !

Merci, Elisabeth, de ton initiative bienvenue et assez audacieuse de la part d’une ancienne préfète ! Prions pour que le débat sur la guerre ne soit pas détourné en un exercice autocentré et nombrilique sur l’inflation et la crise énergétique (des sujets traités – avec raison – partout ailleurs). Rêvons qu’on entende des mots comme ‘’liberté’’ ‘’fraternité’’ ‘’solidarité des démocraties’’ ‘’respect du droit humanitaire et de la Charte des Nations Unies’’, etc.

Si c’est bien le cas, l’Ours et moi on va se mettre à aimer Elisabeth autant qu’on aime déjà Ursula !

* 8 septembre – Adieu l’Afrique ?

Il y a cinq mois, ce blog écrivait, à propos de l’intervention française au Sahel :

(Après la déconiture de l’Occident à Kaboul, en août 2021),  »l’autre  »retrait » annoncé par avance est celui du Sahel. Barkhane, Takuba et peut être le G 5 sont virés du Mali, une situation   »perdant-perdant », qui a de quoi réjouir et relancer Al Qaïda et Daech. Certes, les soldats de l’Occident vont « se redéployer » au Niger, un plan alternatif énigmatique, sans conviction. L’urgence est à l’évacuation des bases militaires du Nord-Mali, pas au choix d’une stratégie. Au train ou vont les choses, cela pourrait signifier trois ou quatre coups d’état à Bamako , un nombre indéterminé de changement de politiques et une progression irrémédiable du Jihad terroriste. Qu’importe ! Ne regrettons pas ces opérations militaires uniquement efficaces à décimer des états majors terroristes, lesquelles se recomposent aussitôt, avec l’assentiment assez large de la base. On tournait en boucle dans une seringue dont le nom est  »impasse ».

On sait que la menace se déporte désormais sur les pays riverains du Golfe de Guinée. L’exercice d’endiguement s’annonce complexe : il va falloir rassurer sur l’engagement de la France au Sahel et dans la bande côtière, sans compromettre la décision de s’extraire de la nasse, tout en se dégageant du maquis des contradictions politiques africaines et en convainquant les populations. Le volet politique et social du combat contre le djihadisme importé du Moyen-Orient ne mérite même pas le qualificatif d’échec : ce fantôme n’a même pas existé. Une victoire sur le terrain humain était impossible; elle le reste ».

L’Ours Géo se répète un peu, en septembre :

 »Le 15 août, sous le signe de l’ascencion de la Vierge, Barkhane a discrètement fait monter son dernier détachement de Gao sur Niamey. Ainsi est scellé l’échec d’une opération d’inspiration juste mais qui a trop duré et mal tourné. Les hauts faits des militaires français ont caché la réalité d’un échec politico-militaire (la progression éclair du jihadisme). C’est bien quand même l’Afghanistan de la France. D’une opération ponctuelle de refoulement sur la frontière saharienne algéro-malienne, on est passé au contrôle progressif du jihadisme sur cinq pays et au-delà, tant au Sahel qu’en Afrique occidentale.

Le coût se monte à de dizaines (centaines ?) de milliers de morts civils. Dans un cocktail de populisme local et de polémique à la sauce moscovite, Bamako s’est empressé de dénoncer au Conseil de sécurité des actes présumés d’indiscipline aérienne et d’appui aux rebelles jihadistes, que la junte impute à Barkhane. L’invasion jihadiste se double désormais d’une percée de la dictature russe.

L’approche à dominante militaire, depuis longtemps caractéristique des interventions françaises en Afrique, ne pouvait pas traiter les problèmes à la racine. D’ailleurs, lesmilitaires le savent bien. L’absence de vision, de plan et de cohérence de la politique court-termiste du gouvernement français, sa prétention malgré tout à décider seul, son inertie à s’ajuster aux réalités des sociétés africaines constituent les causes profondes de ce désastre partagé en coresponsabilité avec les Africains. Beaucoup voudront l’oublier. Au contraire, il faudra en tirer les leçons le jour où l’on réapprendra à gérer le monde collectivement et sur le long terme.

* 28 juillet – Un accueil à la hauteur des enjeux

Dans l’esprit des Ukrainiens exilés, la France ne figure pas très haut au palmarès des pays d’accueil. Au cours des premières semaines du conflit, la SNCF a acheminé 10 000 d’entre eux, en transit vers l’Espagne, alors que 15 000 autres entraient par leurs propres moyens, via les Alpes maritimes, également pour rejoindre l’Espagne. Affectée, dans leur pays, d’un manque de notoriété regrettable, la France n’était pas leur destination première. Aussi, l’effectif accueilli a longtemps plafonné autour de 50 000 personnes. A titre de comparaison, la Pologne accueille près de 1,2 million d’Ukrainiens ; l’Allemagne, 800 000 ; l’Espagne, 140 000 ; et le Royaume-Uni, 86 000. Les flux se sont rééquilibrés avec la redistribution qui s’opère au sein des pays de l’Union européenne, notamment du fait des arrivées récentes depuis l’Allemagne et l’Italie.

Le seuil des 100 000 Ukrainiens accueillis en France  a été franchi, fin-juin. Les arrivées se poursuivent actuellement au rythme de 300 personnes chaque semaine. Presque la moitié des arrivants s’est fixée en région PACA, avec une forte concentration sur Nice.

L’Etat raisonne essentiellement en termes de capacité d’hébergement disponible.  Près de 30.000 exilés ont trouvé un toit désigné par la puissance publique (appartements, dortoirs, Samu social, centres de vacances, navire-hôtel …) et 26.000, dans le réseau de  »l’hébergement citoyen », qui n’est pas précisément recensé. Cela fait 56.000 personnes logées au total, dont 18 000 enfants scolarisés. Pour les 45.000 d’entre eux ne figurant sur aucun registre d’adresses, on ignore en fait où ils se trouvent. La débrouille les a éparpillés dans la vaste nature (une image, s’agissant d’une dispersion surtout urbaine). Les étrangers ne sont pas plus contrôlés que cela, lorsqu’ils disposent d’un véhicule.

Quelque 60.000 d’entre eux chercheraient ou auraient déjà trouvé un emploi, souvent sous-qualifié par rapport à leur bagage professionnel. Très peu (moins d’un millier de foyers) ont sollicité des prestations familiales. En septembre, lors du renouvellement de leur autorisation provisoire de séjour de six mois, l’Etat espère améliorer sa connaissance de leur situation et mieux cerne leurs projets et leurs besoins.

Car les ex-résidents d’Ukraine sous protection temporaire ont un haut fonctionnaire spécialement désigné pour gérer leur dispositif d’accueil, en la personne du préfet Joseph Zimet. Celui-ci pilote une cellule interministérielle de crise et dispose d’un budget d’hébergement. Le problème le plus immédiat tient au fléchissement du parc de logements avec l’arrivée des vacanciers estivants. Sans oublier que deux millions de résidents français attendent un logement et souvent depuis longtemps. Les préfectures se tournent désormais vers les villes moyennes, libres de tout afflux touristique, pour mobiliser les 7 500 logements sociaux manquants dans l’immédiat. Ces destinations inconnues des familles ukrainiennes ne les attirent guère : elles préfèreraient rester en terrain connu. L’existence d’un tissus associatif actif peut, néanmoins, contribuer à les rassurer. Mais où sont les bénévoles en été ?

Par ailleurs, M. le Préfet a pu favoriser un assouplissement de la politique vis-à-vis des quelque 3500 étudiants non-ukrainiens (dont un contingent d’Africains francophones) ayant fui la guerre. Ceux dont le projet universitaire n’aura pas convaincu seront pourtant énergiquement ‘’invités’’ à  rejoindre leur pays d’origine. Un poids, deux mesures …

La rencontre des cœurs et des esprits se passe mieux désormais. Les Ukrainiens ont vite réalisé que l’hospitalité des Français était meilleure que ne le laissait entendre le souci très commenté de leur président de ‘’ne pas humilier la Russie’’. 84 % des déplacés interrogés estiment avoir trouvé leur destination fixe jusqu’à un retour espéré au pays. C’est un bon score, d’autant plus que la mobilité restante tient surtout à de brefs allers et retours en Ukraine, en fonction des déplacements du front. Il n’était pas évident, pour beaucoup, que la guerre serait longue et leur désir de rentrer au plus tôt, à ce point contrarié. Aussi, certains ont encore psychologiquement du mal à se mettre au français, ce qui constitue leur principal handicap dans l’accès à l’emploi. Pour eux, cela reviendrait un peu à capituler linguistiquement et à se résigner à un exil durable. Il faut les comprendre. Le préfet Zimet ne doute pas qu’à l’été 2023, ils seront encore parmi nous.

On ne sait plus trop ce qu’il faut leur souhaiter, sinon notre pleine et amicale solidarité. Pensons donc à eux pendant ces longues semaines d’estivage, pendant lesquelles la vie s’arrête. Nos vacances ne seront pas moins agréables si nous veillons à les rendre, aussi, un peu utiles. L’Ours vous embrasse. On se retrouve à la rentrée !

(Nota : les données sont extraites d’un article du Monde – les commentaires sont de l’Ours)

* 23 juillet – Vent dans les voiles, blé dans la cale

C’est comme une lueur d’espoir pour les pays du Sud. Les deux accords passés sous l’égide des Nations Unies, via les bons offices turcs, ouvrent une voie, fragile, à l’exportation via la mer Noire des dizaines de millions de tonnes de céréales en souffrance, requises pour éviter la famine l’hiver prochain. Les pays potentiellement bénéficiaires peuvent partager le souci des démocraties face à l’agression russe en Ukraine, mais le consensus est qu’ils n’ont pas à en payer la facture. Les belligérants ont indirectement souscrit à l’accord, sans négociation directe entre eux.

Les difficultés viendront des modalités d’application. Moscou veut contrôler les cargaisons ukrainiennes. Il en est de même de la bonne foi des parties. La Russie respectera-t-elle les règles et s’abstiendra-t-elle de toute transgression agressive, alors qu’au quotidien, sa marine et ses troupes ne s’embarrassent pas du droit de la guerre. Se pose également la question de la garantie sécuritaire des opérations : elle ne repose que sur l’engagement des Nations Unies et sur le contrôle des détroits par la Turquie. Autre prérequis, l’état des ports ukrainiens de la Mer Noire sous occupation russe à l’exception d’Odessa, en mauvais état de fonctionnement, privés de leur main d’œuvre dispersée par le conflit. Ajoutons-y la recherche d’assureurs susceptibles de couvrir l’activité maritime dans un environnement de guerre.

Tout cela fait beaucoup de ‘’si’’ et de risques de dérapage, mais parvenir à élaborer un tel schéma était quasiment inespéré il y a peu et donc positif pour la suite. Le meilleur atout de l’opération humanitaire et commerciale est qu’elle sert les intérêts des deux belligérants à la fois, puisque la Russie y gagne une levée des contraintes frappant ses propres exportations de blé et sans doute d’engrais. Certains concours pourraient s’être perdus en chemin, notamment l’opération de sécurisation des ports par la marine française. Annoncée le mois dernier à Kiev, par le président français, elle n’est plus évoquée.

Quelque chose d’important vient en tout cas de se concrétiser, au cinquième mois de la guerre en Ukraine, alors qu’aucun répit n’est perceptible dans la violence des combats. La population ukrainienne en est profondément meurtrie mais aussi affectée l’agriculture d’un pays réputé être le grenier à blé de l’Europe et d’une partie du monde. Les bombardements, l’incendie des récoltes et des silos doublé d’un blocus naval en Mer Noire ont bloqué le ravitaillement de nombreux pays émergents, notamment nord-africains (à commencer par l’Egypte, la Tunisie et le Maroc) et moyen-orientaux (la Syrie et le Liban), avec des conséquences potentiellement catastrophiques sur la sécurité alimentaire. Pour ce qui est de l’Afrique de l’Ouest, où, selon Oxfam, 30 millions de personnes souffrent actuellement d’insuffisances alimentaires, le conflit a accentué une inflation généralisée préexistante. En cinq ans, le prix du maïs y a augmenté de 30 % et celui du riz de 20 %, ce qui affecte aussi les prix des engrais et du pétrole affectant également l’agriculture africaine. Des poches de famine s’y développent. A l’est du continent, l’Érythrée et la Somalie dépendent presque entièrement des importations de blé russe ou ukrainien. L’Ethiopie, le Kenya et la Somalie connaissent déjà la disette : un être humain y meure de la faim toute les 48 secondes.

Vis-à-vis d’un Sud confronté à des enjeux aussi élevés, il faut donner sa chance à l’accord passé à Ankara. Ceci, sans trop s’appesantir sur les ambigüités connues de la diplomatie turque. Peut-être la France, qui s’était prestement signalée, pourrait, avec d’autres Etats garants, proposer les services de sa marine aux Nations Unies.

* 22 juillet – La foi du charbonnier nous guide

Avec la mise en maintenance, le 11 juillet, des deux gazoducs Nord Stream 1, s’ouvre pour l’Allemagne et l’Europe une période d’incertitude énergétique. Le gaz russe sera-t-il rebranché ? Oui, semble-t-il mais de façon parcimonieuse, avec pour but de jouer avec les nerfs des Européens et avec l’illusion de pouvoir maintenir une dépendance devenue toxique.

Pour l’instant, comme pour la moutarde, l’approvisionnement s’est fait de plus en plus difficile, depuis quelques semaines. On voit bien qu’il pourrait se tarir complètement. En France, le gouvernement appelle les distributeurs à ‘’se mettre rapidement en ordre de bataille’’ pour faire face à la grande probabilité d’une coupure. Telle est la consigne lancée par Bruno Le Maire, même si, selon lui, la France bénéficie d’une situation ‘’plus favorable’’ que ses voisins. La notion est toute relative. La Commission européenne propose, pour sa part, que chacun diminue rapidement de 15 % sa consommation de gaz. En vertu de quoi, les membres  »disciplinés » s’ouvriraient un droit à la solidarité des autres, si les temps devenaient invivables. Avec aigreur, les pays du Sud interprètent ce plan comme équivalent à  »payer pour la dépendance allemande au gaz russe » et donc pour les choix erronés faits par Berlin.

Si l’embargo russe paraît inévitable, beaucoup d’industries dépendant directement du gaz vont souffrir. Ceci affectera leur capacité-même à produire, comme on le voit déjà en Allemagne, chez BASF ou chez Uniper. Certains experts prédisent que la moitié de ces firmes pourrait mettre la clé sous la porte.

Qui donc sacrifier dans une situation de  pénurie : les industries, les transports, les ménages, les administrations ? Si les industries opèrent en première ligne, à l’arrière, les ménages vont écoper du plus dur des désagréments. Manger ou se chauffer (il faudra choisir) ? La facture Enedis ou Engie réglée par les consommateurs a déjà fortement augmenté et continuera à s’envoler à l’avenir. Le bois de chauffage a disparu du marché. Un retour de la ‘’chasse au gaspi’’ nous guette : gare au réglage trop élevé des radiateurs ou à la surconsommation sur l’autoroute !

Au lendemain de l’invasion de l’Ukraine, beaucoup avaient vu, dans les sacrifices imposés par cette  guerre, une sorte d’appel ou d’opportunité à prendre le grand tournant ‘’décarboné’’. Se dissocier du gaz et du pétrole pour passer aux sources d’énergies vertes pouvait permettre à l’Europe d’entamer vraiment sa transition verte vers le zéro émission de CO2 visé pour 2050. C’eût été se propulser à hauteur des enjeux qui attendent les prochaines générations. Oublions tout ça ! Le contraire se produit, carrément. L’alternative au gaz russe se trouvera finalement dans le bon vieux charbon gras et dans les huiles lourdes fossiles achetés au prix du Saint Emilion aux émirs du Golfe (l’arabo-persique ou celui du Mexique). Actuellement, la demande de houille atteint un pic à en exterminer les derniers climatologues survivants.

On assiste en fait à un choix apeuré des gouvernements, privilégiant la tranquillisation immédiate du consommateur en manque, déconnecté de la chose géopolitique. En d’autres termes (je me répète) : la peur d’une flambée de colère des gens, l’hiver prochain, l’emporte sur l’intérêt de tous à réduire les dégâts climatiques et ceux de la guerre à plus long terme. Les successeurs des successeurs (etc.) des actuels dirigeants se débrouilleront bien du problème. Comme en toute affaire médiatico-politicienne, le court-termisme sortira en grand vainqueur.

Rassurez-vous ! Dans trente ans, de nébuleuses énergies renouvelables devraient remplacer complètement notre bon vieux gaz fossile actuel. Il s’agirait d’éthers produits dans des méthaniseurs agricoles, accessoirement, d’autres tirés des boues de stations d’épuration ou encore d’installations de stockage de déchets. On nous dit que plus de trois cents de ces machines aux mauvaises effluves seraient déjà raccordées au réseau. Mais, pourra-t-on attendre trente ans encore ? Ce ne sera peut-être pas nécessaire. D’ici là, il suffirait de transformer en gaz new look les riches ressources agricoles d’une Ukraine russifiée et de son maître russe. Comment ça, le serpent se mord la queue !!

* 20 juillet – Un litre de Solexine pour mon vieux clou

Depuis peu président en titre des Emirats arabes unis (EAU) – il l’était auparavant, de facto -, Mohammed Ben Zayed a choisi la France pour son premier voyage officiel à l’étranger. On a mis pour lui les petits plats dans les grands, c’est normal. L’autoritaire et dépensier partenaire stratégique de Paris au Moyen Orient sort du lot comme le meilleur client qui soit de l’armement français, un acheteur émérite du Rafale et des chars Leclerc, courtisé par ses fournisseurs, en même temps qu’un gros investisseur dans l’industrie française : bref, un grand et fidèle ami de la République.

Son plus gros souci, l’Emir, s’appelle l’Iran, ce qui lui vaut un soutien stratégique massif de la France. Cet engagement est concrétisé – entre autres – par un stationnement régulier de forces sur une base  d’Abou Dhabi. En fait, arrangement administratif après accord de stationnement, vente de missiles après conseils de défense, c’est une alliance militaire assez contraignante pour Paris qui a été forgée avec le richissime émirat du Golfe. Si Téhéran s’aventurait à le menacer, il ferait face à un dispositif français de défense. C’est cette réalité concrète qui fait dire à la diplomatie française que les EAU constituent ‘’ le pilier de son action dans le monde arabo-musulman’’. En fait, ‘’arabo’’ et sunnite, certes, mais beaucoup moins du côté ‘’musulman’’, sinon en option négative par rapport au monde chiite.

Mohammed Ben Zayed Al Nayhane s’est gentiment exposé à la notoriété internationale, chez un hôte amical et protecteur et comme à son habitude, il a souhaité que Paris réitère ses engagements. Il a aussi invité sa délégation à faire son marché en France et à acquérir quelques technologies utiles pour l’après-pétrole. Accessoirement, il a généreusement lâché quelques tankers de diesel à prix fort pour le pays d’Emmanuel Macron, qui le suppliait. En ces temps de pénuries annoncées, les visites officielles en France  se font de moins en moins coûteuses pour l’invité.

Le contenu de la brève de lundi (‘’mon âme pour un baril’’) aurait pu être repris texto pour décrire cette visite d’émir en France. Il eût suffi de remplacer ‘’Etats unis’’ par ‘’France’’, ‘’Biden’’ par ‘’Macron’’, ‘’MBS’’ par ‘’MBZ’’ et ‘’résultat mitigé’’ par ‘’résultat mitigé’’. On sait trop bien que les deux ‘’MB’’ sont lourdement impliqués dans le conflit au Yémen, qui a ravagé ce petit pays pauvre, meurtri sa population et les laisse dans une situation inerte, mi-guerre mi-trêve, sans qu’aucune solution ne soit en vue. Les deux ‘’MB’’ sont aussi bien repérés par les ONG humanitaires comme des dictateurs répressifs. Rien d’original. En fait, ce serait idiot de mélanger frénésie de pétrole (chez nous) et mise au pas intégriste et brutale (chez eux). Notons d’ailleurs que, faute d’essence pour se déplacer, les associations de droits de l’Homme n’ont pas montré le bout du nez ou alors, si discrètement … On ne va quand même pas demander à Total ou à Emmanuel Macron de s’y coller à leur place : chacun son business !

Retenons plutôt qu’au Moyen Orient, la France se comporte en petite Amérique, sagement ancrée dans les pas de l’Oncle Sam. Bien sûr, il y a des écarts et des nuances. Le président français n’a jamais déclaré que les émirats étaient ‘’un paria’’ ; Il n’avait aucune connaissance préalable d’un journaliste émirati assassiné sur ordre du souverain. Aucun Congrès à Paris ne le force à conserver une ligne ‘’tout pétrole ou rien’’. De plus, la perception de l’Iran en tant qu’ennemi est nettement plus discrète à Paris, bien qu’elle se concrétise dans les faits. Enfin, les gilets jaunes qui ont pris d’assaut le Capitole de Washington, le 6 janvier, ne sont pas dénommés ‘’yellow vests’’, en anglais. Ces différences comptent.

* 15 juillet – Le jour de résilience est arrivé

Emmanuel Macron a brièvement abordé la situation stratégique en Europe, à l’occasion de l’interview qu’il a donnée à l’occasion du 14 juillet. Bien qu’aujourd’hui ce soit vendredi, jour où l’Ours Géo fait habituellement la sieste, le fait mérite un petit commentaire. Pour une fois, il sera plutôt positif.

Les esprits simples auront retenu que la France n’est pas en guerre contre la Russie. Croyez vous ? En fait, le Chef de l’Etat a précisé qu’elle n’était pas dans une posture de confrontation militaire directe avec l’armée de Poutine… mais bien dans une guerre hybride que nous livre la Russie.

Reprenons les choses calmement : la République est bien en guerre  »par procuration » et  »par livraisons d’armes » contre les envahisseurs de l’Ukraine. Protagoniste actif, elle assume le risque de se voir absorbée dans la bataille, aux côtés de l’OTAN, si la confrontation devait se généraliser. Non pas qu’elle le souhaite, mais le choix est entre ce risque bien réel et un écrasement des libertés et de l’état de droit en Europe. La démocratie a le droit de se défendre avec des canons. Vous pouvez ne pas être du tout d’accord avec cette interprétation. Consulter alors d’autres blogs, sans poster de commentaire sur celui de l’Ours.

La guerre hybride, elle, est bien directe et elle prend l’Europe pour cible. Nous sommes depuis un bail sur le front de la cyber-guerre et de la manipulation médiatique russe. Nos positions d’influence en Afrique et dans le monde émergent sont attaquées, parfois à grands renforts de montages grossiers, comme ce prétendu charnier humain, cadeau des mercenaires de Wagner, supposé  »laissé par les forces de Barkhane », au Mali. Lorsqu’il s’agit seulement de continuer à alimenter par un corridor humanitaire les civils assiégés d’Idlib, en Syrie, Moscou jubile de bloquer l’action du Conseil de sécurité. Même chose dès que l’on essaie de faire sortir le blé des silos ukrainiens, par la Mer Noire pour nourrir les pauvres.

Le président français à trouvé curieux que les médias taisent la coupure du gaz russe à l’Europe, via le gazoduc North Stream. la fermeture des vannes est en cours. Cependant, on préfère attendre qu’elle soit totale pour en parler. La remarque présidentielle paraît fondée. Son auteur a eu le bon sens d’inviter les consommateurs français à faire des efforts de sobriété et de résilience. Excellent réflexe ! Mais il manque manifestement une clé de répartition des économies à faire, des sacrifices à consentir. Le  »QuiFaitQuoi » des sacrifices n’est pas qu’une question de modalité : la domination des choix industriels sur la justice sociale n’est plus acceptable pour beaucoup de citoyens. Voilà un sujet de politique intérieure+extérieure qui mériterait d’être porté devant l’Assemblée  »ingouvernable » issue des législatives du mois dernier. Hop ! Retour à une sieste peu-émettrice en carbone …

* 7 juillet – Marmousets perdus

La France vient de rapatrier trente-cinq enfants français retenus depuis quatre ans dans les camps des prisonniers jihadistes au nord-est de la Syrie. Ils sont environ deux cents, croupissant dans les prisons de Roj et d’Al-Hol, dans des conditions sanitaires honteuses. De plus, les autorités Kurdes avouent ne pas pouvoir assurer leur sécurité. Ce rapatriement (partiel) au bercail inclut également seize mères considérées comme complices de Daech. Les mineurs ont été remis aux services chargés de l’aide à l’enfance (ASE) et les mères, aux autorités judiciaires. Leur retour au pays est un sujet d’embarras intense pour le gouvernement français, en particulier vis-à-vis de son opinion publique, qui leur est hostile.

-Officiellement, la guerre de la coalition internationale contre Daech au Levant s’est achevée, il y a quatre ans, avec la chute présumée du Califat islamique. C’est le temps qu’il a fallu à la France pour se préoccuper de ses nationaux demeurés sur place. La précédente opération de transfert aérien remontait à deux ans auparavant. Mais en fait, le 3 février de cette année, Joe Biden annonçait la disparition dans un bombardement, du second Emir, un dénommé Abou Ibrahim Hashimi Al Qurashi. Il paraît peu judicieux d’occulter la résurgence de Daech au Levant, laquelle nourrit aussi toute une série de groupe armés franchisés en Afrique. Une bonne partie des jihadistes de première génération a pris la tangente et échappé à ses gardiens Kurdes. Les femmes et les enfants qui moisissent encore dans les camps, la haine au ventre, sont donc susceptibles d’être ‘’recyclés’’ dans de nouvelles opérations terroristes, pourquoi pas contre leur pays d’origine ….

– Le comité des droits de l’enfant de l’ONU a dénoncé les conditions de vie ‘’épouvantables’’ dans les camps kurdes, mettant la vie des détenus en danger. Fin avril, Claire Hédon, défenseure des Droits, avait exhorté le gouvernement à procéder au rapatriement général ‘’dans les plus brefs délais’’ de tous les enfants. Elle  invoque aujourd’hui  leur intérêt supérieur à ne pas être séparés de leurs mères.  La Cour européenne des droits de l’Homme a été saisie.

Les associations familiales, la Ligue des droits de l’Homme et Amnesty International ainsi que diverses personnalités appellent à ce que l’on rapatrie d’urgence ces enfants français et leurs mères, détenus hors de toute justification légale. Elles ont reçu le soutien de certaines des victimes de l’attentat du 13 novembre 2015. En plein procès, le symbole était fort.

– En France, les familles concernées réclament le rapatriement de leurs petits-enfants, neveux ou nièces. Le gouvernement est confronté, du fait de son immobilisme, à l’activisme du Collectif des familles unies regroupant les familles des individus capturés en zone irako-syrienne. Ces familles se battent pour faire appliquer le droit international. L’opération réalisée pour les trente-cinq enfants leur a donné un peu d’espoir. Mais, alors que la France dispose de toutes les infrastructures pour accueillir ces enfants  »perdus », le porte-parole du Collectif, Thierry Roy, s’indigne de ce que perdure dans les camps la présence de cent cinquante petits Français, avec leurs mères. Pourquoi ne pas avoir mis à profit l’avion destiné aux trente-cinq pour rapatrier tout le monde ?

– Par réticence à trancher, la France se rend donc coupable de faire obstacle au retour de ses nationaux passibles de condamnation pour des crimes contre l’humanité. Le lien de nationalité ne se renie pas, en démocratie. Il y a quatre ans, la coalition militaire anti-Daech n’avait pas non plus voulu ni vraiment essayé de mettre en place une juridiction internationale à même de juger ces présumés terroristes, dont aucune juridiction nationale ne voulait se saisir. Aussi les a-t-on relégués aux Kurdes. Ceux-ci, attaqués par la Turquie d’Erdogan et les Syriens de Bachar, auraient mieux à faire que de garder des camps pour se protéger des menaces auxquelles ils font face. On ne les remercie même pas. Il importe avant tout de ne pas froisser les citoyens occidentaux les plus méfiants ou ignorants des choses du droit. Plus dure que ses voisins européens, la France est, à cet égard un cas en Occident.

– L’Allemagne et la Suède rapatrient les enfants de leurs ressortissants jihadistes ; la France s’en tient au mieux à la politique du cas par cas. La Belgique s’est résolue, fin juin, à rapatrier la quasi-totalité de ses enfants ‘’perdus’’, dont il ne reste que cinq sur place. Agir ou pas constitue juste une question de courage politique. Faire les choses à moitié pour ne pas avoir à défendre de principes, est-ce bien une politique ?

* 29 juin – Météo OTAN : vent d’Ouest contre vent d’Est

A Madrid, l’Alliance atlantique négocie depuis hier un grand tournant : c’est son ‘’Sommet de la transformation’’. La Russie compte évidemment parmi les sujets qui font ‘’l’union sacrée’’ parmi les trente alliés. C’est l’envers de l’engagement massif dans la durée promis à l’Ukraine, jusqu’au reflux de l’agression russe. L’armée de Poutine aggrave délibérément son cas en reprenant ses bombardements de populations civiles sur la région de Kiev et sur l’Ouest ukrainien. C’est sa façon de ‘’marquer le coup’’ après les ouvertures faites à Volodymyr Zelensky, du côté de l’Union européenne, du G 7 et de l’Alliance.

– En rupture avec le ‘’partenariat russe’’ mis en avant jusqu’en 2010, la définition de la nouvelle stratégie de défense et de dissuasion, incluant les offensives hybrides et cyber ainsi que le terrorisme, définit de façon univoque la menace russe comme ‘’la plus importante et la plus directe qui soit contre la sécurité et les valeurs de la zone transatlantique ainsi que de l’ordre international. Moscou a choisi la confrontation, l’Alliance répond sur le même plan, mais défensif. Les dirigeants occidentaux préparent des mesures pour acheminer en plus grande quantité à l’armée ukrainienne un armement moderne de type OTAN.

Derrière la ‘’ nouvelle ère de compétition stratégique’’ (quel charabia !), d’autres questions, moins consensuelles, se profilent.

– Le branle-bas de combat pour porter de 40.000 hommes à 300 000 l’effectif de la Force de réaction (NRF) aura-t-il lieu ? Depuis l’invasion russe, la génération de forces lancée par l’OTAN se montre beaucoup plus lente et faible que prévu. L’OTAN essaye de compenser son déficit avec des ‘’battle groups’’ de plusieurs nationalités, pré-désignés car déjà opérationnels. Cette mobilisation de moyens incombe aux Etats bien plus qu’à l’organisation intégrée elle-même, qui dispose de très peu de moyens (avions-radars, réseaux d’alerte, renseignement …). C’est donc qu’il y a un vrai décalage entre les objectifs géostratégiques avancés et l’intendance, qui ‘’ne suit pas’’. Ce n’est pas lié à un manque de détermination mais, simplement aux capacités logistiques, organisationnelles et industrielles qui n’y suffisent pas. Les Etats-Unis exhortent à nouveau leurs alliés européens à investir au moins 2 % de leur PIB dans la défense (‘’un plancher, pas un plafond’’) mais la réalisation de l’objectif est bien plus complexe que son affirmation.

– La Turquie aura fini par lever  le chantage au veto qu’elle exerçait contre l’adhésion de la Suède et de la Finlande. Sans doute sa manœuvre aura été récompensée d’une façon ou d’une autre. Elle reste le moins fiable et le plus retord de tous les alliés, prompte à dégainer, par pur opportunisme, son pouvoir de nuisance et l’ambigüité de ses choix stratégiques.

– Une dizaine de pays de ‘’l’Indo-Pacifique’’ étaient invités à Madrid, par le Secrétaire général Stoltenberg, connu pour être la ‘’voix de l’Amérique’’. C’est dire que la Chine,soupçonnée par certains de collaborer militairement avec la Russie, figurait haut – bien que pour la première fois – dans l’ordre du jour de Washington, contre la volonté des grands pays européens. Le terme de ‘’menace’’ pour la qualifier a pu être écarté au profit de la notion de ‘’défi systémique pour l’ordre mondial’’. Paris et Berlin ont ainsi obtenu que la déstabilisation mondiale incarnée par Pékin ne soit pas élevée au même rang que la menace militaire russe.

Mais ceci crée une alerte sur l’avenir de l’OTAN. L’Oncle Sam, comme il l’a fait par le passé contre l’URSS, voudrait constituer un maillage mondial de bases militaires au service d’un engagement collectif, sur le modèle (ancien) mis en oeuvre pendant la Seconde Guerre Mondiale puis la Guerre froide. A Paris, on n’a de cesse de rappeler que la sphère de l’Alliance atlantique est circonscrite à la zone euroatlantique et que son mandat se situe là et seulement là.

– De ce constat découle les difficultés rémanentes à traiter de l’approfondissement de la relation UE-OTAN. La France, en particulier, voudrait que le renforcement de la défense européenne soit pris en compte et valorisé par le quartier général de l’Alliance. Comme toujours, cela agace. Par exemple, se trouve proscrite par le clan ‘’tout américain’’ toute mention du ‘’pilier européen’’ de l’Organisation.

Va-t-on envoyer, un jour l’Europe guerroyer dans le détroit de Taiwan aux côtés de l’US Navy ?

* 28 juin – Bienvenue en Forteresse Europe !

Notre attention au monde n’a pas le don d’ubiquité : certains sujets nous tiraillent, puis nous lâchent pour refaire surface plus tard. Les murailles dressées par l’Europe contre les malheureux qui tentent d’y trouver un havre sont de ceux-là. Le plus récent de nos réveils a pris la forme de ‘’(18, puis) 37 morts au pied de la clôture hérissée autour de Melilla’’. Sans doute guidés par des passeurs, ils étaient plus de 2000 exilés subsahariens à affluer simultanément, la semaine dernière, devant l’enclave espagnole bordant le littoral méditerranéen du Maroc. Cent trente sont passés en force, au terme d’une escalade folle. Pris en étau entre les deux polices espagnole et marocaine, le reste de cette petite foule désarmée a été gazé, frappé. Beaucoup ont été blessés, trop sont morts. On n’entre pas comme cela impunément en Europe !

Ces gens payent au prix fort le rapprochement récent entre les deux royaumes. En but à des menaces algériennes sur ses fournitures de gaz, Madrid a viré de bord à 180 ° quant à sa ligne politique – jusqu’alors sévère – sur le Sahara occidental ex-espagnol. Le gouvernement de centre-gauche a obtenu, en retour, de pouvoir s’en remettre à Rabat pour contenir le flux humain à ses frontières. D’autres exilés venant de Layoune au sud tentent, eux, le passage vers les Canaries. Le plus souvent, en vain, aussi. Les communiqués  diffusés par les deux capitales pour dégager leur responsabilité sur ces morts tragiques exonèrent la garde civile espagnole comme la gendarmerie marocaine. Il y a manifestement une entente, pour ne pas dire une connivence.

La France ne se comporte guère mieux, qui refoule allègrement tous ces errants importuns ou culturellement connotés. Il n’y a pas un an, l’émotion était à son comble quant au sort des centaines de milliers (peut-être des millions) d’Afghans piégés aux mains des talibans par la chute de Kaboul. Il n’a pas fallu longtemps pour que la police française (les préfets et leurs agents d’exécution) expulse ceux parvenus jusqu’à son territoire, pour un retour simple vers l’un enfer absolu. Ce qui n’empêche d’ailleurs pas les bonnes âmes de verser une larme médiatique sur les milliers de victimes du récent séisme dans la province de Paktika.

L’agence Frontex veille sur les frontières et tient des statistiques. C’est important pour rassurer les gens. La route des Balkans occidentaux est particulièrement dans sa ligne de mire. Depuis l’an dernier, elle a vu tripler sa fréquentation par des fugitifs, la plupart syriens et afghans, chassés par les persécutions. Frontex compte ainsi, entre janvier et mai, 40 675 passages, quasiment la moitié du total des 86 420 franchissements illégaux des frontières que l’agence de l’UE recense sur la période. Le sous-total des fugitifs fuyant la guerre en Ukraine par cette route a été sorti de ses statistiques. Curieux, non ?

Toujours est-il qu’un grand nombre d’exilés passe et repasse en boucle de la Grèce à la frontière croate de l’UE. La police croate, qui les refoule très brutalement, n’omet pas de les délester de leur argent et de leurs téléphones à chacun de leur passage. Certains en sont à leur cinquième ou sixième tentative …

On pourrait aussi citer le refoulement et la déportation systématiques inaugurés par le gouvernement de Boris Johnson, depuis les côtes de la Manche jusqu’aux collines du Rwanda, un pays assez inquiétant sur le plan des droits humains. Elle s’inspire de la formule mise au point par le gouvernement australien précédent pour ‘’délocaliser’’ les exilés sur Nauru ou la Nouvelle Guinée – Papouasie.

On reste quand même médusé devant la passivité du Parlement et de la Commission européenne, lesquels avaient souhaité mettre un peu d’ordre dans la pratique communautaire de l’asile. Tout cela paraît bien fini : la xénophobie primitive d’une partie de nos citoyens-électeurs et la complaisance démagogique de leurs élus (le  »tout sécuritaire ») a tranché le débat. Une vraie recette pour la guerre des cultures façon Samuel Huntington. Alea jacta est !