* 26 mai – L’artificier fou

Si en matière de bellicisme, un train en cache souvent un ou plusieurs autres, il y a un pays dont la constance dans l’agressivité ne se dément jamais : la Corée du Nord ermite  du ténébreux Kim Jong-Un. Même la survenue dramatique du COVID ne change rien à cette constante. Malgré le constat de quelque 70 décès ‘’officiels’’ – que les Nations unies corrigent entre 35 000 et 100 000 morts au sein de cette population non vaccinée et particulièrement vulnérable au virus -, le régime de Pyongyang fanfaronne et menace ses ennemis. Car telle est sa nature. Alors que la veille, la propagande locale montrait les rues de la capitale désertes, vidées de leur population, une foule de plusieurs dizaines de milliers de citoyens-robots s’est réunie pour l’enterrement du Maréchal Hyon Chol-chae. Tout tient au symbole du jour et le focus était sur le périple du président Joe Biden en Corée du Sud et au Japon. Kim n’aime pas ça.

Pour ‘’saluer’’ son ennemi préféré,  un missile balistique intercontinental (ICBM) a donc été tiré le 25 mai, couronnant un bouquet d’une de la vingtaine de provocations du même ordre, toutes dédiées à l’Occident exécré et au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Ce dernier est fautif d’avoir sanctionné l’inconduite nucléaire totale de ce pays hors-la-loi. Bien entendu (ce n’est pas nouveau) la Mer du Japon en a été la cible et le réceptacle. Faute de pouvoir encore vitrifier les Etats Unis (mais quand-même, Guam et Hawaï), Pyongyang s’applique à démontrer sa capacité à dévaster l’archipel nippon. L’étape d’essai en  cours porterait sur la manœuvrabilité de missiles en vol plané hypersonique. Cette technologie impressionnante, très prisée des dictatures, rendrait quasi-impossible l’interception en vol par des systèmes antimissiles. Ambitieux ! En fait, aucun tir d’essai n’a encore été un succès patent, le second s’étant même perdu à la limite de la stratosphère. Qu’importe, l’artificier est têtu !

La seule bonne réplique à l’agitation nord-coréenne restant le calme et la sobriété de parole, Washington a laconiquement appelé Pyongyang à ‘’s’abstenir de nouvelles provocations et à s’engager dans un dialogue de fond constructif ‘’. ‘’Un message pour Kim ?’’, a-t-on demandé à Joe Biden. La réponse, ‘’Bonjour. Point final’’ a dû frustrer l’intéressé. Les pourparlers entre les deux capitales sont, on le sait, au point mort depuis l’échec du sommet Kim – Trump de 2019, à Singapour. Le Nord-coréen y avait aisément manipulé le populiste à la chevelure orange. Depuis lors, le régime nord-coréen a ignoré toutes les offres de dialogue formulées par Washington, auxquelles manquaient la théâtralité. Se faire voir, voilà l’obsession.

* 25 mai – Stratégie : champignons et tuyaux

Appuiera, n’appuiera pas sur le bouton rouge de la frappe nucléaire ? Poutine joue constamment de la menace en levier de guerre psychologique. Mais il se place lui-même devant un dilemme indigeste. Voici une réponse facile, qui ne nous mènera pas loin : Primo : tout dépendra des circonstances, ce qui présage un passage à l’acte dans l’hypothèse extrême du ‘’dos au mur’’, provoquant un réflexe désespéré. Secundo : tout dépend de la perception qu’aurait le Prince du Kremlin de cette situation sans issue. Ce second facteur est le plus dérangeant : on a du mal à entrer dans les arcanes psychologiques de l’autocrate orgueilleux et cynique, travaillé par la trace qu’il laissera dans l’Histoire. Jusqu’à quel point s’est-il auto-intoxiqué ?

Et, tertio : l’hypothèse à privilégier serait celle d’une attaque ‘’en cocktail’’, combinant l’emploi d’armes tactiques (quelques kilotonnes) contre des concentrations de troupes, en combinaison avec des munitions conventionnelles, ce, afin de créer une incertitude dans la perception du type d’obus ou de missiles mis à feu. Il y ajouterait, discrètement, des agents toxiques biochimiques destinés aux villes qu’il entend vider de leur population.

L’Ours Géo reste serein et positif. Il se refuse, pour l’heure, à imaginer un holocauste nucléaire stratégique (pesant en mégatonnes), dépeuplant l’Europe. Même aux yeux calculateurs de Poutine, ce serait d’une nullité crasse. Les experts occidentaux n’excluent pas tout à fait une première frappe, peu ‘’tueuse’’, sur un site non-habité. Elle viserait à effrayer les populations et à forcer leurs gouvernements à concéder des concessions politique (le renoncement à la restitution du Donbass, par exemple).

Côté occidental, le choix de la riposte ne sera pas dévoilé à l’avance,  »ambigüité stratégique » inhérente à la dissuasion oblige. Une réplique calquée sur l’attaque, en recourant à des armes tactiques de l’OTAN – voire de la France -, ne paraît pas être le scénario retenu par les états-majors politiques et militaires. Sauf, bien sûr, dans le cas improbable d’une première frappe russe ciblée sur des lieux de vie civils. Mais ce joueur d’échec se montrerait-il ‘’primaire’’ à ce point-là ?

Les stratèges américains songeraient plutôt à une contre-attaque conventionnelle de puissance comparable à celle de l’atome tactique. Elle ciblerait des unités militaires, des infrastructures, voire un ou plusieurs sous-marins nucléaires lance-engins de l’Adversaire. L’US Navy affirme pouvoir en réussir la traque : vrai ou subtile effort de déstabilisation ? Plusieurs options ‘’décentralisée’’ consisteraient à ‘’neutraliser’’ (belle expression) quelques groupes navals russes en Méditerranée et jusque dans la base de Tartous sur la côte syrienne, Plus fort encore – si la Turquie y consentait – détruire en Mer Noire le pont  de Kertch reliant le Donbass à la Crimée. Une formule séduisante pour ce blog serait d’appréhender et de coffrer à La Haye les mercenaires Wagner trainant leurs bottes en Afrique : cadeau au tribunal de la CPI.

L’Europe, fille de Vénus, est nettement plus ‘’psy’’ que Mars, qui règne sur le Pentagone. Surtout du côté de Paris et Berlin, on ne cessera jamais d’ausculter à distance la tête glacée de Vladimir-le-terrible. On l’a déjà dit, le tandem ne s’intéresse pas moins à sauvegarder des possibilités de signer un jour la Paix avec lui qu’à gagner la guerre par procuration. A l’exception de la France, les ‘’27’’ n’ont pas d’autre choix que de s’en remettre à l’OTAN, donc pratiquement, à l’Amérique. Pourtant, l’Alliance atlantique n’a guère débattu des mesures de rétorsion concoctées au sein du Comité des plans nucléaires. Elles existent, c’est certain, mais allez savoir tout ce qu’il y a dans ces pochettes surprises !

L’incertitude autour d’une riposte française autonome – selon quel mode ? – peut renforcer la main européenne. Au détail près toutefois que si par malheur la dissuasion échouait, une montée des enchères face à la Russie supposerait une ferme propension au suicide (vengé) de la population civile hexagonale. Efficaces, les champignons stratégiques français ne donnent pas le temps de finir d’avaler l’omelette. Un plan parallèle ou alternatif est cité, qui consisterait à démonter les oléoducs et gazoducs russes desservant l’Europe. Ceci paraitrait plus approprié comme réponse à un blocus du gaz. D’ailleurs, que ferait-on de tous ces tuyaux : des affuts de canon, des orgues géantes, où des gazoducs tournés vers l’Amérique ? Si, parmi vous, quelqu’un pouvait tuyauter l’Ours …

* 24 mai – L’Eurasie des trains cachés

En Eurasie, la guerre se décline le plus souvent au pluriel. Aujourd’hui, Taïwan ne serait elle pas l’Ukraine du Parti Communiste chinois ? En géopolitique, on s’attend toujours à ce qu’un train (visible) en cache un autre (qui surgit derrière). Souvenons nous des deux guerres d’annexion de la Pologne, en 1939, fruit du pacte Molotov-Ribbentrop ; de l’offensive de MacArthur sur l’archipel nippon provoquant l’entrée en guerre de la Russie contre le Japon et l’installation d’un régime stalinien à Pyongyang ; de la piteuse expédition de Suez, en 1956, ouvrant la voie à la ‘’normalisation’’ de la Hongrie par l’Armée rouge ; des crises simultanées du blocus de Berlin et du détroit de Taiwan ; enfin, de la guerre française d’Indochine, qui a vu la France incapable d’envoyer plus qu’un maigre bataillon en Corée, etc.

Dans cette logique, lors du lancement de ‘’l’opération militaire spéciale’’ contre l’Ukraine, les états-majors alliés se sont d’emblée inquiétés d’une possible connivence russo-chinoise autour d’une agression parallèle de leurs deux entités ‘’rebelles’’, soutenues par l’Occident. A l’image des grandes manœuvres russes autour de l’Ukraine (depuis novembre 2021), les incursions agressives, aériennes et maritimes, de l’Armée populaire de Libération dans l’espace de l’ancienne Formose portaient à craindre le pire : deux fronts simultanés, face à deux grandes puissances nucléaires !

La forte proximité de Xi Jinping avec Vladimir Poutine, affichée lors des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, avait alimenté, au moment de l’attaque russe, la hantise d’un parallélisme de conflits taïwano-ukrainien. Pourtant, et alors qu’on n’y pensait plus guère, le président Joe Biden vient d’assurer que les États-Unis défendraient Taïwan si la Chine entreprenait d’aller plus loin que ‘’flirter avec le danger’’. Sortie de l’ambigüité stratégique, marge de souplesse préservée par Washington et alerte rouge dans l’antre électronique de l’Ours Géo ! Des cataclysmes nouveaux et imprévus sont-ils sur le point de surgir au 4ème mois de  »l’opération spéciale » (signée d’un Z : soit encore un parallèle et une oblique ) ?

Interrogé sur le sujet en octobre 2021, l’Oncle Joe Biden avait assumé ‘’un engagement américain en ce sens’’, ps une intervention, pour corriger, le lendemain, ‘’ne pas vouloir s’engager sur la voie d’une guerre froide avec Pékin’’ et ‘’ne pas croire qu’une telle guerre puisse éclater’’. D’ailleurs,  »il n’y aurait aucune raison pour que cela se produise ». Plus encore, son administration avait cru devoir rectifier le tir en recadrant cet engagement aux seuls moyens de défense requis par Taipeh, dans le droit fil du ‘’Taiwan Relation Act’’ de 1979. Donc, comme en Ukraine : ne pas intervenir directement mais armer son allié d’une capacité défensive suffisante pour tenir le coup. Revenant vingt jours plus tard sur le sujet – qui, visiblement, le travaille – le locataire de la Maison Blanche en a rajouté une couche, dans le souci d’apaiser l’Oncle XI : ‘’Nous n’encourageons pas l’indépendance. Nous les encourageons à faire exactement ce que prévoit le Taïwan Act’’. On ne saurait être plus clair, zigzags en plus.

Mais voilà qu’à l’issue d’un périple à Séoul et à Tokyo, Joe Biden prend tout le monde à rebrousse-poil, en affirmant mordicus que les États-Unis défendront Taïwan contre toute éventuelle attaque continentale : ‘’Nous étions d’accord avec la politique d’une seule Chine, nous l’avons signée’’ (de fait, elle n’implique pas nécessairement un régime politique unique, totalitaire)… ‘’L’idée que Taïwan puisse être prise par la force n’est tout simplement pas appropriée’’ a-t-il asséné, le 23 mai, au côté du premier ministre japonais Fumio Kishida. ‘’Ce serait = = une autre action similaire à ce qui s’est passé en Ukraine = =’’. Nous y sommes : c’est la théorie d’un train visible en cachant un autre, pas moins dangereux !

Ce revirement d’attitude n’est sans doute pas uniquement explicable par les manœuvres d’intimidation menées actuellement autour de l’île nationaliste par les militaires continentaux : incursions aériennes dans la zone d’identification de défense aérienne taïwanaise ou manœuvres aéronavales à portée de canon du littoral de l’Ile. Alors, par quoi d’autre expliquer le raidissement américain ? Tout d’abord, l’heure est à l’affirmation du leadership US en Asie orientale : le Japon est prié de protéger, avec sa flotte militaire, les arrières d’une intervention américaine ; l’Australie, d’armer des sous-marins nucléaires dans les détroits ; l’Inde de prendre ses distances avec la Russie, etc. On a dépassé le stade de la diplomatie ‘’molle’’ du soft power : le Chef prépare ses troupes. On pourrait aussi creuser du côté du déficit de consensus américain au sein du Congrès, l’option générale de fermeté envers la Chine contrastant avec la charge polémique d’une décision anticipée de la Cour suprême touchant au droit à l’avortement.

N’excluons pas qu’il y ait encore quelque autre motif, que nous ignorions. Xi Jinping aurait-il tiré des leçons de l’aventure russe et dans quel sens ? Celui de la modération de ses élans guerriers ou, au contraire, de l’incitation à passer à l’acte rapidement ? Il ne faut pas nécessairement privilégier l’option la plus noire. Attendons un peu, nous finirons par savoir…

* 23 mai – La potence et la pitance

 Ce n‘est pas la troisième guerre mondiale, encore moins le retour de la guerre froide. Nous (pays occidentaux) ne sommes pas belligérants. Nous sommes protagonistes d’une guerre de prétérition et d’exclusion d’un type nouveau. Le conflit n’est pas seulement entre la Russie (et la Biélorussie), d’un côté, l’Ukraine et les membre de l’Alliance atlantique, de l’autre : il est mondialisé. ‘’Mondialisé’’ ne veut pas dire ‘’mondial’’, la nuance a son importance. Les pays occidentaux ne sont pas suivis par les Etats émergents, qui ne leur sont pas ‘’alliés’’ et dont ils n’épousent pas (ou très mollement) la cause. Du point de vue stratégique, la moitié de l’humanité en nombre d’individus ne suit pas l’Ouest et s’abstient de sanctionner Moscou. La riposte à l’agression de l’Ukraine vise une exclusion de la Russie du système mondial multilatéral, économique, culturel et sportif. Cette stratégie consiste à ‘’user l’agresseur’’ et à l’appauvrir économiquement. Elle est, assurément, bien calibrée comme réponse à une ‘’guerre hybride’’ polyforme conduite par une puissance nucléaire (inattaquable sur le plan militaire) insérée dans la mondialisation, où se situe donc sa vulnérabilité.

Sur ce plan, les Occidentaux sont suractifs à la manœuvre. On n’a jamais tapé aussi fort, de toute l’histoire contemporaine, avec les artilleries économique, financière, judiciaire, le blocus technologique et le boycott commercial, l’interdiction des médias ‘’protagonistes’’, les restrictions à la circulation, les mesures ciblées individuelles, la paralysie des liaisons aériennes, les confiscations et, bien sûr, les livraisons d’armes à l’Ukraine dont la part d’engagement américaine compte déjà en centaines de milliards de dollars (au moins, cinq fois plus que tous les alliés réunis). Mais ils ne rallient le reste du monde pas à leurs sanctions et les trous sont nombreux dans la raquette, à commencer par l soutien chinois au régime russe.

Les Russes, placés sur la défensive, ripostent avec les atouts commerciaux limités qui sont les leurs. Ils recourent traditionnellement à l’arme énergétique, gênante à court terme, mais qui, au fond, stimule la nécessaire transition  écologique dans ce domaine.

Venant d’un bord ou de l’autre, les coups de serpe infligés aux marchés sont prodigieusement coûteux. Pour la Russie, par définition, mais en fait pour tous les acteurs économiques, compte tenu de l’impact de ces effets collatéraux, hautement perturbateurs, sur les marchés mondiaux. Le nombre de biens agricoles ou industriels en situation – présente ou prochaine – de pénurie est tel que l’économie mondiale, relancée après la pandémie, rentre en phase d’inflation et de ralentissement, la spirale de stagflation augurant, un peu partout, de répercussions longues et socialement explosives. C’est la seconde crise de l’offre créée par des politiques humaines depuis la précédente crise du Covid. Pour la partie la plus pauvre du monde émergent, l’effet indirect des sanctions signifie même la perspective de famines et de désordres sociaux dans le cours de l’année. Le Sri Lanka vient d’établir le modèle de la faillite par dépendance extérieure et aucun continent n’en réchappera.

C’est précisément par ce type de conséquences que le conflit en Ukraine est mondialisé, sans constituer pour autant une guerre mondiale. Il ne faut donc pas rester sourd à l’exaspération et à l’inquiétude de nombreux dirigeants du Sud qui craignent la survenance de révoltes sociales autour du pain, du prix des denrées alimentaires ou de l’énergie. Quand en plus, la gouvernance est médiocre, la crise constitue l’amorce d’une descente aux enfers.

Ce blog accorde de la crédibilité à la théorie des ‘’intersocialités’’ (la scène internationale animée par des contradictions sociales et inter-sociétés et non pas par un monopole des Etats en la matière), développée par le professeur Bertrand Badie. En résumé, cet éminent enseignant en sciences politiques, perçoit trois traits nouveaux dans la guerre par proxy et par exclusion livrée à l’agresseur russe :

1 – Poutine s’est enfermé dans un schéma, franchement archaïque, de conquête territoriale par la force 100 % militaire. Il ruse, ne se fie qu’à lui-même et ne se laisse pas entamer par les sanctions ni par l’isolement. En bon dictateur, il juge que la société ruse ‘’suivra’’ bon an, mal an. Sur ce point, la ‘’perception du Prince’’ devrait s’avérer faussée. Il n’avait pas pressenti le patriotisme ukrainien ni le réflexe unitaire des Occidentaux. La myopie est un handicap e stratégie.

2 – Les Occidentaux et leur réflexe d’Alliance autour des Etats Unis donnent à l’Oncle Sam une forte prééminence sur l’Union Européenne. C’est un peu un retour en arrière, mais rien d’autre ne s’avère efficace sur le plan militaire. Paris et Berlin sont soucieux de sauvegarder des canaux pour conclure, un jour, la Paix. De ce fait, le tandem franco-allemand se voit contré par les Européens de l’Est, pour qui ‘’l’heure est au combat défensif, pas à la négociation’’. Ils marchent au pas cadencé derrière Washington. Des frictions apparaissent, en perspective…

3 – L’issue de ce nouveau type de guerre ne se trouve pas dans‘’ la bataille décisive’’, mais bien dans la capacité de résilience et de cohésion des sociétés (dont les forces combattantes). De ce point de vue, nous avons surtout à craindre la ‘’colère du Sud’’, où domine la perception de l’Europe, des Etats Unis et du G7 comme ‘’Club néo-colonialiste, accaparant les ressources et l’argent’’. Le phénomène des migrations reste le principal mode d’ajustement dont on y dispose face aux détraquements de notre monde, forgé par le Nord. Dommage que les sociétés émergentes aient si peu de compassion et de solidarité envers les Ukrainiens ! Mais, que voulez-vous, nous (Occident) sommes aussi loin de la perfection.

* 19 mai – Le Tank et la Puce viticole

Dracula s’est trompé. Sa soif de sang, qui l’a mené en Transylvanie hongroise, a raté sa destination logique : la Transnistrie, une enclave prorusse bien plus favorable aux vampires. Un petit goût d’hémoglobine commence à flotter sur ce territoire mitoyen de l’Ukraine, qui a fait violemment sécession de la Moldavie dans les années 1990-1992. C’est devenu un fossile vivant de l’URSS du temps jadis, puis un zombie de la Poutinie actuelle. En envahisseur attentionné, Moscou y entretient une petite armée de 1 500 hommes. Son armée aurait bien besoin de ce renfort pour prendre d’assaut la région et le port ukrainiens d’Odessa sur le Mer Noire, qui lui résistent.

Qu’à cela ne tienne, le Maître du Kremlin ne s’en tiendra pas au seul Donbass ! D’ailleurs, un très haut gradé de son état-major général avait même affirmé, en février, que la Moldavie, propriétaire souverain de cette région, serait ‘’traitée’’ en son temps. La pauvre (dans tous les sens du terme) minuscule république de Chisinau, productrice d’un honnête vin rouge, combat surtout son propre sous-développement, phénomène qui, en Europe, la voit concurrencer l’Albanie mendiante. Sa micro-armée de braves bidasses est bien incapable d’arrêter la horde de blindés qui se précipite vers elle. Elle se claquemure comme elle peut, bétonne  le poste-frontière de Pervomaïsk et barre d’obstacles le pont qui la relie à l’Ukraine via la Transnistrie. De quoi faire franchement rigoler les chars russes.

La bien sinistre Transnistrie, longiforme sur la rive gauche du Dniestr, n’est qu’un simple tremplin permettant aux Russes l’ouverture d’un nouveau front sur le Sud de la Mer Noire. La division russe est rattachée au commandement Sud, lequel contrôle aussi une partie du Donbass et la Crimée. En 2006, un référendum avait été organisé par les autorités rebelles de Tiraspol, avec deux choix possibles : l’indépendance ou l’annexion à la Russie. Il s’était conclu sur un score à 97 % en faveur de l’annexion, la réunification à la Moldavie n’étant pas au menu. Mais Moscou avait la tête ailleurs et, huit ans plus tard, lors de l’annexion de la Crimée, le gouvernement de Transnistrie a dû demander, à nouveau, à être lui aussi mangé. Aujourd’hui les autorités transnistriennes annoncent en boucle des tirs de drones ou la découverte de munitions, autant d’actes ‘’terroristes’’ qu’elles imputent  aux Ukrainiens sans le moindre indice produit. En cas d’intervention frontale, la Bulgarie et la Roumanie risquent d’être bousculées au passage, mais elles appartiennent à l’OTAN et restent donc, en principe, ‘’hors-limites’’ (pour l’instant) pour les stratèges du Kremlin. Selon Chisinau, de nombreux Transnistriens franchissent actuellement la frontière pour retrouver la citoyenneté moldave. La Moldavie accueille aussi un flux de réfugiés ukrainiens, considérable à son échelle. L’inquiétude va crescendo. L’offensive russe d’encerclement de la Mer Noire possède sa propre logique, celle d’une aventure insensée qui pourrait très bien dégénérer.  

* 16 mai – Les Nordiques ‘’tournent cosaques’’

Pour vivre heureux, vivons cachés… surtout pas de vagues ». Telle n’est plus la devise officieuse de la Finlande, depuis son entrée dans l’UE. Ce peuple sobre et réfléchi m’avait étonné, par sa détermination collective et sa capacité à trancher de façon pragmatique. J’avais travaillé quatre ans en Suomi / Finnland, à l’époque de l’effondrement de l’URSS et des indépendances (fortement réprimées) des républiques baltes, ses sœurs et voisines. Le Pays des Mille Lacs avait opéré, sous mes yeux, un virage à 180° vers l’Ouest, suivant sa ‘’Mère-Suède’’ sur le chemin de Bruxelles. Il y a quelques semaines, le président Sauli Niinistö et la Première ministre Sanna Marin ont décidé que leur pays rejoindrait l’Alliance atlantique et son commandement intégré, ‘’sans délai’’ (du moins qui soit imputable à Helsinki). Nouveau basculement stratégique, comme en 1991, sous le président Koïvisto et les Finlandais font à nouveau bloc, entrainant leur voisin suédois dans leur sillage (auparavant, c’était l’inverse : Helsinki avait suivi Stockholm vers l’Europe). La candidature à l’OTAN vient d’être officialisée par l’exécutif, avant une réunion du Parlement, ce jour – une simple formalité – et l’envoi de la candidature formelle au siège de l’Alliance. Lors de son sommet de Madrid, le mois prochain, elle devrait être acceptée en même temps que celle de la Suède, également ‘’ex-neutre’’. L’agression de l’Ukraine aura servi de traumatisme déclencheur, avec le constat que l’Europe centrale et nordique est menacée par la frénésie d’expansion grand-russe. De plus, l’oukase du Kremlin sur les élargissements passés comme futurs de l’Alliance atlantique on fait l’effet d’un déni de souveraineté, justifiant ce changement de pied défensif. Vladimir Poutine s’est encore tiré une balle dans le pied.

Fidèle à sa façon de rugir, le Maître du Kremlin menace de prendre des mesures ‘’ technico-militaires’’ de représailles. Celles-ci ont été amorcées sous la forme d’une coupure de l’alimentation de la Finlande en courant russe représentant 10 % de son approvisionnement. Mais la Suède va y suppléer. D’autres manifestations agressives sont à attendre (cyber-attaques, provocations en Mer baltique ou en Laponie, contraction des livraisons de bois, pressions sur les nombreuses entreprises finlandaises en Russie, etc.).

Le pays du président neutraliste Urho Kekkonen, deux fois en guerre contre l’URSS, était devenu neutre par la force des choses (une intervention parallèle à l’offensive allemande ‘Barbarossa’ pour ‘’récupérer la Carélie’’). Cela avait été consacré dans un Traité avec la défunte URSS. Ultraprudent de ne  pas irriter l’Ours – dont il se méfie, par ailleurs – il en s’est intégré en membre solide et fiable de la famille bruxelloise, en vérité en bonne recrue. Par souci de franchise et de transparence, le chef de l’Etat finlandais a préalablement prévenu Vladimir Poutine de sa décision. L’autocrate lui a signifié que la fin du non-alignement militaire finlandais était une erreur historique, ‘’puisqu’il n’y a aucune menace à la sécurité de la Finlande’’. Pas si  évident, quand les mauvais souvenirs resurgissent de l’agression lancée par Staline en 1939 (la Guerre d’hiver).

Bien que ce retournement soit entièrement de sa faute, le Maître du Kremlin n’apprécie évidemment pas du tout ce changement de pied géopolitique. Restés historiquement et pour des raisons différentes hors des alliances militaires jusqu’ici, les deux pays nordiques (la Finlande n’étant pas ‘’scandinave’’) s’apprêtent à opérer une rupture majeure dans l’équilibre stratégique européen. De fait, la Finlande possède 1350 km de frontière avec la Russie, deux fois plus que l’Alliance atlantique n’en avait jusqu’ici. L’obsession russe d’un encerclement par l’Occident va s’accentuer, du Golfe de Botnie à la mer Baltique et tout au long de la frontière de Laponie, qui deviendront une aire de friction entre les deux dispositifs militaires, composante nucléaire comprise. Ladite obsession s’avère autoréalisatrice, prouvant que faire peur et sans cesse menacer ne paie pas, à terme. Un cinglant échec ! C’est par ailleurs une aubaine pour la Norvège (que tous ses voisins rejoignent désormais dans l’Alliance) et pour les Pays Baltes, dont le bouclier protecteur s’en trouve renforcé. Quant à ceux qui imaginaient une défense de l’Europe sans les Américains, la marche européenne de l’Histoire va les contrarier…

Si le soutien des membres occidentaux de l’Alliance est par avance acquis aux deux pays candidats, un imbroglio turc, totalement inattendu, apparaît pour compliquer la donne. La politique extérieure d’Ankara procédant, singulièrement au sein de l’OTAN, de tout et de son contraire, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est mis à afficher une franche hostilité à l’entrée des deux pays nordiques. Dans ce forum, ses caprices lui valent un pouvoir de nuisance irritant. Il reproche aux Nordiques de servir d’’’auberge aux terroristes du Parti des Travailleurs du Kurdistan, répertorié comme terroriste et férocement combattu par Ankara. L’unanimité constituant la règle pour les décisions politiques des ‘’30’’, la Turquie tente de soumettre le processus à un petit chantage. Stockholm et Helsinki n’avaient eu aucune indication préalable de cette mauvaise humeur du Sultan. Sans doute, celui-ci finira-t-il par lever ses objections, non sans s’être servi de la crise en tout opportunisme. Erdogan a aussi quelques comptes à régler avec les Occidentaux et aime à les contrarier, quitte à jouer de pressions symétriques avec Moscou. Son appartenance à l’Alliance n’est ni stable, ni gratuite, à l’image d’un enfant gâté.

En tout cas,  »chapeau, la Finlande ! »

* 10 mai – Quand on ressort Hitler et la Shoah

‘’Zelensky, comme Hitler, a du sang juif et c’est le cas aussi de plusieurs dirigeants de l’Ukraine … d’ailleurs les pires persécuteurs des Juifs sont généralement Juifs’’.

On voit rien qu’à sa tête que M. Sergueï Lavrov n’est pas un intellectuel raffiné, mais, lorsqu’il parle aux médias, c’est encore pire. La remarque du ministre russe des affaires étrangères a outré le judaïsme mondial. Ce dernier a de plus mentionné une vingtaine de nationaux israélien accusés de participer aux activités du  »camp ennemi » (l’Ukraine). Lavrov s’est donc attiré une vive réaction de la part du gouvernement israélien. Yaïr Lapid, l’homologue du Russe, a fustigé un langage ’scandaleux, impardonnables et une horrible erreur historique’’. Mais la tirade russe n’est pas aussi balourde qu’elle en a l’air. Les propos antisémites du ‘’yesman » de Vladimir Poutine n’étaient pas gratuits : ils contenaient un élément de mise en garde à l’intention de l’Etat hébreux. Moscou a remis le couvert dans un long texte diffusé sur la chaîne Telegram : ‘’Le gouvernement israélien actuel soutient le régime néonazi à Kiev’’. Aucun remord, donc, aucune velléité d’arrondir les angles…

Pourtant Moscou et Jérusalem se ménageaient jusqu’alors. Israël tient à contrebalancer les penchants russes pour les autocraties moyen-orientales qui lui sont hostiles et, concrètement, à sauvegarder quelques accès aériens au ciel syrien (pour tenir à distance l’Iran), ceci, en dépit du contrôle qu’y exerce l’armée russe. Depuis l’invasion de l’Ukraine, l’Etat juif maintenait d’ailleurs un profil bas et prudemment neutre. Mais quel intérêt il y avait-il alors, pour Moscou, à caricaturer et manipuler l’histoire de la Shoah ?

Sans pouvoir enquêter dans la tête du Tyran, y a là toute une gamme de raisons : la narration révisionniste de ‘’l’opération spéciale’’ contre les nazis deviendrait plus convaincante en y incorporant l’antisémitisme russe atavique ; le lien fort d’Israël avec les Etats Unis et l’Europe ‘’ennemis’’, jusque dans les technologies militaires ; le blocage des renforts islamistes syriens en partance pour l’Ukraine (initiative turque où l’on devine peut-être la main de l’Etat juif) ; le jeu syrien d’influence à Moscou ; les liens personnels nombreux de Juifs ashkénazes avec l’Ukraine et leur solidarité ; les sanctions économiques …

On peut aussi y voir, finalement, l’effet de la névrose guerrière, toute binaire, qui réduit tout à la dichotomie : ‘’si vous n’êtes pas dans notre camp, vous êtes dans le camp ennemi’’. Ce serait aussi une forme d’avertissement pour l’Inde et la Turquie. Mais, au niveau d’un chef de diplomatie, l’insulte – surtout raciale – est, en dernière analyse, le signe d’une régression mentale, l’indice d’une faillite politico-militaire inscrite en filigrane dans l’avenir.

Alors, tant mieux !

* 6 mai – La Turquie qui roule

La Turquie prend-t-elle le camp de l’Alliance atlantique, auquel elle appartient en principe, ou tourne-t-elle en roue libre ? On l’a vue ne suivre que son pur intérêt national (tel que conçu par R.T. Erdogan), en Syrie, en Libye ou face à l’Arménie. On a pris l’habitude de ses incartades au sein de l’OTAN : l’acquisition en Russie de systèmes anti-aérien S 400, conçus pour abattre les aéronefs militaires occidentaux, avait créé un sérieux malaise, il y a deux ans. Aujourd’hui, la fourniture à l’Ukraine de drones de combat turcs particulièrement efficaces contre les chars russes n’infirme pas cette analyse : Ankara fait ce qui l’arrange et, au passage, des affaires. Mais, puissance majeure de la Mer Noire, dont elle contrôle l’accès avec la Méditerranée, la Turquie est bel et bien placée sur la défensive par la poussée des troupes russes sur le pourtour de son espace maritime. Il n’est donc pas totalement neutre que la ‘’Sublime Porte’’ fournisse ses bons offices diplomatiques aux deux belligérants en accueillant leurs négociateurs. Et même, qu’elle tente d’organiser un sommet à Istanbul entre le président Zelensky et Vladimir Poutine, dont la probabilité paraît quasi-nulle, en l’état actuel du conflit. Que Kiev en arrive à s’adresser au très ambigu président Erdogan pour – vainement – tenter de conclure un cessez-le-feu et une évacuation humanitaire reflète l’inconfort d’Ankara autant que de Kiev. Pour cette dernière cela expose aussi, plus que de raison, la ‘’faiblesse humanitaire’’ propre aux démocraties et qui leur fait honneur.

Recep Tayyip Erdogan a certes critiqué l’attaque de la Russie comme ‘’inacceptable’’. Mais il s’en tient, officiellement, à une politique ‘’n’abandonner ni la Russie ni l’Ukraine’’, laquelle implique un pas en retrait dans sa relation jusqu’alors privilégiée avec l’Ukraine. Lorsqu’au premier jour du conflit, Kiev a demandé à Ankara de fermer le passage des bâtiments russes, elle s’est d’abord heurtée à un refus. Pas question d’adopter la moindre sanction contre Moscou, en effet. La voie turque choisie est étroite entre l’Ukraine, son alliée militaire, et la Russie, dont elle dépend pour ses approvisionnements en gaz et en céréales notamment.

Dès la fin-février, la Turquie a néanmoins fermé le Bosphore et les Dardanelles à tous les bâtiments de guerre, qu’ils appartiennent à des pays ’’riverains ou non de la mer Noire.’’ C’est un geste de neutralité, mais aussi une tentative pour geler le conflit dans sa dimension navale locale. Ainsi, l’OTAN ne rentrerait plus en Mer Noire et la flotte russe n’en sortirait plus. Dans le court terme, ceci avantage plutôt les opérations russes en cours. En fait, Ankara slalome entre ses multiples contradictions pour ne pas s’engager. Le gouvernement avait d’abord temporisé en expliquant que ses expert étudiaient ‘’s’il existe un état de guerre du point de vue légal’’ l’autorisant à user de ses prérogatives. C’est finalement oui : la guerre existe bien et donc la Turquie applique à la lettre les dispositions de la Convention de Montreux de 1936. Cet instrument juridique garantit la libre circulation à travers les détroits maritimes dont il lui confie la gestion. La Convention lui accorde en retour, dans son article 19, le droit de bloquer les navires de guerre en temps de conflit, sauf s’ils regagnent leurs bases.

A la fin d’avril, la Turquie a aussi clos pour trois mois son espace aérien aux avions russes à destination de la Syrie. En compliquant l’acheminement de renforts militaires (dont divers combattants arabes islamistes), depuis la Syrie qu’elle exècre, elle ‘’titille’’ Moscou. Mais tout en se gardant de le faire sur son théâtre d’opérations principal. Avant de se rendre à Moscou puis à Kiev (bombardée à l’occasion de son passage), le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, est allé tâter le terrain turc. Des intentions turques, il n’en a rien dit de particulier, ni en négatif, ni en positif. Une preuve de plus, s’il fallait que le pays d’Erdogan roule sans boussole claire … pour Erdogan. Un bon allié ?

* 4 mai – Diversion extrême-orientale

Il y a un mois, plusieurs navires militaires russes avaient été repérés au sud-est du cap Soya, au nord d’Hokkaido. A l’issue d’exercices en mer d’Okhotsk, ces bâtiments lance-missiles et de transport de matériel militaire avaient franchi le détroit de Tsugaru entre Hokkaido et Honshu. Certains ont alors procédé à des tirs de missiles sur Etorofu et  Kunashiri, deux îles Kouriles du Sud occupées par la Russie en 1945, fermement  revendiquées par Tokyo. En plein conflit sur la Mer d’Azov, où elle a perdu un croiseur anti-aérien et un navire de transport, détruits par les forces ukrainiennes, la marine russe adopte une posture d’intimidation à l’égard du Japon. Comme pour signifier à Tokyo, qui s’est aligné sur les sanctions occidentales,  qu’elle est à même de mener bataille sur deux fronts, simultanément, aux antipodes. Déjà, au pic de la guerre froide (qui fut chaude dans cette région lors du conflit coréen), les Forces d’Auto-défense japonaises s’étaient trouvées confrontées à la perspective d’un débarquement de l’Armée rouge à Hokkaido (paradoxalement la  »bombe » d’Hiroshima et Nagasaki a levé cette hypothèque).

La 7e flotte américaine mène, certes, toujours  des exercices aux côtés des Forces maritimes japonaises d’autodéfense, mais Washington et Tokyo doivent compter, en plus, avec les provocations nucléaires et balistiques de la Corée du Nord. Pyongyang a procédé à 15 tirs de missiles depuis le début de l’année et un septième essai nucléaire pourrait intervenir bientôt. Les Etats Unis sont aussi confrontés aux prétentions de l’Armée populaire de Libération chinoise de faire de la mer du Japon, comme de celle de Chine du Sud, une mer fermée interdite aux marines occidentales. Tout cela fait déjà beaucoup.

L’USS Abraham Lincoln et son groupe aéronaval croisent dans ce théâtre de tensions. Escadres américaine et japonaise face à la flotte russe d’Extrême Orient : la mer du Japon pourrait devenir le front de diversion d’un conflit européen qui s’étendrait depuis la mer d’Azov et la Mer Noire jusqu’à celle du Japon.

Les tirs de missiles russes hypersoniques ‘’Kalibr’’ dans son environnement immédiat ont de quoi rendre l’archipel nippon nerveux. Pour rendre plus explicites encore ses intentions inamicales, Moscou a mis fin, depuis l’invasion de l’Ukraine, aux discussions bilatérales sur un Traité de paix entre les deux puissances visant à clore le passif de la seconde guerre mondiale. Le fond d’hostilité demeure. Tokyo n’a jamais été si proche de l’Alliance atlantique.

Palpable en Europe, en Afrique, dans le Pacifique, la menace russe n’est pas qu’une affaire régionale. De l’attitude de la Chine et de l’Inde peut dépendre que la guerre ne s’étende pas de l’Europe à l’Eurasie entière. Les offensives de diversion, d’ouverture d’un  »front secondaire » tournent souvent au pugilat général. Cette bonne vieille brute de Lavrov aime évoquer la  »troisième guerre mondiale » à nos portes. Alors, n’y croyons pas !

* 3 mai – Age d’or et gueule de bois

Adios, interdépendance ! Une lourde Interrogation plane sur l’avenir du XXIe siècle : la globalisation des marchés va-t-elle survivre aux antagonismes et conflits stratégiques qui surgissent un peu partout ? Pourra-t-elle résister à l’hostilité croissante entre la Chine et les Etats-Unis, dans leur quête du leadership/ de l’hégémonie, à la guerre en Europe et, plus généralement, au retour de l’ultranationalisme  et des protectionnismes ? La presse anglosaxonne – celle de la globalisation – ressasse son inquiétude. La réponse doit être prudente mais pessimiste : l’unité économique du Globe a vécu. Mais on n’a pas encore inventé le ‘’système d’après’’. On tâtonne, on s’énerve ….

Après la chute du mur de Berlin, on s’accordait à penser que liberté politique et libre-échange allaient en couple, se renforçant l’une l’autre. Pour un temps, ça a marché.  »Dans les années 1990, le nombre de pays convertis à la démocratie progressait, les barrières tarifaires diminuaient et les porte-conteneurs sillonnaient les océans » (dixit the Economist). Nostalgie, quand tu nous tiens…

Mais, depuis plus de dix ans, les chocs se sont multipliés. Crise financière de 2008 ; Brexit ; échecs enregistrés par Barack Obama dans la création de deux grands ensembles de libre-échange, l’un de part et d’autre de l’Atlantique Nord, l’autre dans le Pacifique ; élection de Donald Trump et début de bataille tarifaire entre Washington et Pékin ; pandémie ; guerre en Ukraine, s’ajoutant à l’épidémie de Covid-19. Les sociétés occidentales sont désormais vent debout contre le libre-échange, par vision écologique ou par chauvinisme. Retour dans son ‘’chez soi’’, rétrécissement du champ conscient, divergence des politiques étatiques, cet enchaînement infernal donne un coup d’arrêt à l’internationalisation des échanges : tant pis pour Ricardo et pour la théorie des avantages comparatifs : mieux vaut produire à la maison et consommer sur place, même si c’est plus cher.

En Asie, la plus vaste zone de libre-échange du monde, le Partenariat régional économique global (Regional Comprehensive Economic Partnership, RCEP) est entrée en vigueur le 1er janvier 2022. Celle-ci sonne le glas du système ‘’quasi-universel’’ construit autour du Gatt puis de l’OMC, dans ‘’l’esprit des institutions onusiennes’’. Pékin avait déjà créé une banque de refinancement réservée à l’Asie. Dans tous les cas, l’obsession américaine de ‘’contourner la Chine’’ possède sa part de responsabilité dans ce compartimentage en  »clusters » régionaux qui s’installe.

Avec la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie, de nombreuses chaînes de fabrication en Europe de l’Est mais aussi à travers le monde se voient durablement perturbées. La raréfaction des énergies fossiles, du bois, du sable, le crack du colza, le renchérissement des céréales et de la plupart des matières premières, le désinvestissement occidental en Russie et même en Chine, l’étranglement des transports internationaux, se surajoutent aux stigmates du Covid, tels la ré-internalisation des productions stratégiques et pharmaceutiques, la pénurie en micro-processeurs, la crise du tourisme international, pourtant l’activité mondiale la plus évidente, et depuis février une guerre sur les devises et une forte dépression de l’investissement, du fait des sanctions ou du risque lié à la distance. Ajoutons y le  »bashing » de l’aviation civile. Funeste liste symptomatique d’une régression des échanges alors que nous voilà face à une perspective de stagflation… donc de tensions sociales …de pulsions populistes sur les thèmes de la souveraineté des peuples et de la préférence qu’ils s’arrogent… Halte au feu des égoïsmes !

Pour quelque temps encore, le commerce international s’alimentera à la relance post-Covid. Mais après ? The Economist, encore, s’interroge : ‘’ Est-il raisonnable pour les sociétés libres d’entretenir des relations économiques avec des autocraties qui, telles la Chine et la Russie, violent les droits de l’homme, font régner l’insécurité et s’avèrent plus menaçantes à mesure qu’elles s’enrichissent ? Quelque chose s’est brisé en route et on n’a plus confiance en personne. Le niveau d’hostilité entre les deux des grands blocs de puissance actuels – l’ensemble occidental et le couple sino-russe – va-t-il rester compatible avec la poursuite d’une politique d’échanges, même limités entre les continents ? L’Eurasie pourrait bien devenir un champ de mines hérissé de barbelés. La problématique ‘’guerre – commerce – rapport de force nucléaire donne le vertige. Alain Frachon en tire une leçon qui évite les hypothèses les plus extrêmes : ‘’ Nous allons vers un monde où les divisions économiques seront le reflet des divisions politiques’’. Ca va être sportif …

* 27 avril – Malbrough s’en va-t-en guerre

La guerre s’étend rapidement, c’est incontestable. Quelle guerre ?

(1) Celle commencée par une agression gratuite contre l’Ukraine, qui se reconcentre sur le Donbass et le littoral de la Mer noire jusqu’aux frontières de la Moldavie. (2) Celle qui conduit Moscou à bombarder les entrepôts d’armes livrées à Kiev, lesquels incluent désormais des blindés, de l’artillerie lourde, des drones, des missiles et des radars… peut être même quelques avions de combat Mig 29. (3) Celle qui coupe brutalement les livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie pourtant dépendantes à 90 % du fournisseur russes. (4) Celle qui voit ‘’disparaitre’’ soudainement des oligarques et chefs militaires russes atterrés, comme nombre de leurs compatriotes, par la fuite en avant de Poutine et qui cherchent à s’évader de l’étouffoir. (5) Celle, enfin, qui se joue dans les médias pour brouiller les esprits … 

Un brouillard mental se lève autour de l’Ukraine : sommes-nous sur le point, comme Serguei Lavrov nous en accuse, de lancer pour ce pays une troisième guerre mondiale, nous autres Occidentaux qui répétions en chorus ‘’ne pas vouloir mourir pour Kiev’’ ?

Il y a quand même un peu de ça, semble-t-il, lorsque Antony Blinken et Austin Lloyd, les chefs de la diplomatie et de la défense des Etats-Unis, paradent à Kiev avec Volodymyr Zelensky en affirmant fièrement que « L’Ukraine croit clairement qu’elle peut gagner et c’est aussi le cas de tout le monde ici. Nous allons continuer à remuer ciel et terre pour pouvoir les satisfaire’’.  Les livraisons d’armes gagnent en volume comme en puissance (cinquante blindés anti-aériens ‘Guepard’ allemands, douze canons de 155mm français ‘César’, drones turcs en sus de l’arsenal lourd et du renseignement américains).  Même si cela reste loin de l’effort quantitatif de Washington, la participation européenne est adaptée au plan qualitatif à la grande bataille qui s’engage au Sud-est. En Bulgarie, les détachements pilotés par le Royaume Uni sont sur le qui-vive, alors que  les troupes russes se rapprochent. De même, en Roumanie, les militaires français stationnés à la frontière de la Moldavie pourraient avoir à faire face à l’armée russe stationnée, juste un peu plus à l’est, en Transnistrie occupée. Mais tout cela, contrairement à ce qu’affirme certains esprits faibles ou rusés, ne fait pas de l’Occident un ‘’cobelligérant’’, une puissance ‘’en guerre contre la Russie’’.

Certains de nos politiciens ou de nos médias oublient un peu vite le droit de défense légitime – et collectif – qu’ouvre une agression caractérisée comme l’a subie l’Ukraine. Aussi longtemps qu’elle n’aura pas été remplacée, la Charte des Nations Unies reste la règle cardinale en matière de guerre et de Paix. Son Chapitre VII prévoit, en cas d’agression et de menace à la Paix, des mesures coercitives. Le Conseil peut alors recourir à des mesures militaires ou non militaires pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales. La guerre de Corée a été menée sur cette base juridique par les forces des Nations Unies. Les casques bleus ont aussi recouru à la force, dans la guerre de Bosnie.

L’article 51 de la Charte prévoit le droit de légitime défense individuelle = = ou collective = =, dans le cas d’une agression armée contre un Membre de l’Organisation des Nations Unies.

L’agression et l’identité de l’agresseur – la Russie – ont été constatées par l’Assemblée générale des Nations Unies. Ceci, même à deux occasions successives. Dès lors, l’Ukraine ne doit pas être considérée comme belligérante à parité de responsabilité avec la Russie. Kiev – et elle seule – use de son droit à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale, conformément à la Charte. Même en cas de violation du droit humanitaire de la part de ses défenseurs, son droit à l’auto-défense reste irrévocable (ce qui n‘exonère pas les auteurs d’avoir à rendre des comptes). D’ailleurs, en sa qualité de démocratie, le pays agressé manifeste un comportement général conforme à l’état de droit et au respect des civils.

Moscou, de son côté, transgresse  toutes les normes admises du droit et de la civilisation. Mettre au ban ce comportement, stopper cette agression ne sont possibles que par un usage croissant de la force, au service du droit.  C’est le principe de la défense collective, celui qui guide l’action actuelle des démocraties. Mais il n’y aura jamais de paix juste si le bluff de Lavrov sur ‘’une troisième guerre mondiale’’ devait paralyser le devoir de défense collective de l’Ukraine. Le risque à prendre existe, c’est vrai, mais éviter une ‘’paix injuste’’ représente un pari nécessaire sur l’avenir. Ni l’Europe ni les Etats Unis ne sont ‘’cobelligérants’’. Mais ils sont totalement dans les règles internationales dans leur rôle de ‘’co-défenseurs’’.

* 20 avril – Diplomatie du silence des cimetières

Il y aurait, face au scrutin présidentiel français, 10 millions de malheureux qui ne se reconnaissent pas dans l’un ou l’autre des camps en présence. D’ailleurs, l’Ours à lunettes qui s’agite à l’intérieur de ce blog me paraît un peu morose sur le plan partisan. Il suit habituellement deux principes contradictoires :

(1) considérer la politique intérieure et l’action extérieure d’un pays comme formant un tout indissociable. (2) et ne pas trop s’aventurer dans les arcanes du militantisme partisan et toutes ces choses qui fâchent. Comme toute règle française s’impose essentiellement par l’existence d’exceptions, alors il transgresse.

Le Monde a titré : ‘’Marine Le Pen projette une diplomatie à l’opposé de celle d’Emmanuel Macron’’. Le Blog de l’Ours n’est pas sûr que les penchants de politique étrangère de cette dame et de ce monsieur traduisent fidèlement ceux – assez émotionnels – des électeurs français. Que ceux-ci trouvent le monde trop global, trop fracturé ou dangereusement complexe, on ne les a pas habitués, pour autant, à exprimer leurs convictions sous forme de programme, dans un domaine aussi ‘’régalien’’. D’ailleurs, à l’heure d’introduire leur bulletin dans l’urne, qui penserait à faire son régal du régalien (sinon l’Ours) ?

La candidate à la présidentielle prône la diplomatie du silence et de l’action confidentielle, proche de la définition, très régalienne, du putsch. C’est précisément le style de gouvernance autoritaire auquel les historiens imputent la première guerre mondiale. Mauvais présage, donc. Elle a présenté un programme de politique internationale que l’on pourrait décrire comme un brouillard autarcique, en rupture avec les principaux préceptes qui, depuis le Moyen-Age ont tenté d’apporte un peu d’ordre et quelques espoirs de paix et de démocratie. Une vraie Marine de guerre. Si on devait la voir barrer à la passerelle, cette ‘’diplomatie du silence’’ tonnerait comme un canon, à travers la planète.

Premier coup de gros calibre : l’amitié et même l’alliance qu’elle avait nouées avec Vladimir Poutine seraient confirmée ‘’dès un traité de paix signé entre la Russie et l’Ukraine ». Cette  »opération (de destruction) spéciale » sur le voisin et sa population ne serait donc qu’une innocente chamaillerie, une simple parenthèse vite refermée par une réconciliation scellée dans les bonnes formes diplomatiques. Croit-elle vraiment à l’imminence d’une si belle ‘’happy end’’ sur les rives du Dniepr ? A-t-elle juste oublié que la Russie de Poutine règle ses comptes non seulement avec l’Ukraine (pays qui, selon l’ami Vlad, n’existerait pas mais aussi avec 500 millions d’Européens ‘’ennemis’’ qu’il veut soumettre à son obsession impériale ? Nul doute que la dame adopterait bien vite la conception de la neutralité super-conciliante envers l’Est, que la Finlande récuse et que l’Ukraine voudrait encadrer de vraies et solides garanties. La France de Marine adopterait, seule, la posture de la ‘’bonne Ukraine de Ouest’’, telle qu’on la dicte au Kremlin. Au conseil de sécurité de l’ONU, elle s’alignerait amicalement sur Moscou, pour traiter de la guerre ou de la paix.

Il en serait ainsi, pour un autre motif : qu’elle serait sortie de sa propre initiative, du volet militaire de l’Alliance atlantique. Partant, elle aurait donc renoncé à la défense de l’Europe, telle que le Continent la conçoit, et à la sienne propre, devenue impossible. Aucune vision autonome de ce côté-là, l’alliance avec la Russie reprenant la main sur sa diplomatie, dès que le fût des canons aurait tant soi peu refroidi. D’ailleurs, bonne fille, la France s’attellerait à une troisième alliance, entre la Russie et l’OTAN, cette fois. Il n’y aurait plus qu’à renvoyer les Américains chez eux, comme l’ont fait les braves barbus afghans. Une fois l’Europe ‘’réarrimée à la Russie’’, une ère de paix s’ouvrirait, au soleil de laquelle l’Union Européenne – pas question de la quitter, rassure-t-elle – se disloquerait rapidement autour d’une France exécrée, coupable toutes les méfiances et désordres qu’on imagine.

Cette mutation de la France-puissance en une ‘’hyper-Hongrie’’(sensiblement plus  »illibérale » et xénophobe que celle de Budapest), ne briserait pas, selon la rhétorique RN, le duo franco-allemand. Simplement, il faudrait cesser tout ‘’aveuglement à l’égard de Berlin’’ (et de son chancelier rouge). On arrêterait aussitôt tout échange politico-militaire et toute coopération de défense avec les Rhénans maudits. Ajoutez à cela des expulsions à tour de bras de membres de familles étrangères séparées ou de couples mixtes, la fin des naturalisations et de la nationalité par droit du sol, enfin, la remise en cause du droit communautaire et du droit humanitaire, etc., Plutôt qu’un rayonnement de la France dans le monde, s’imposera sa forte imprégnation idéologique par la préférence nationale, rabougrie, allant de pair avec un mépris assumé des institutions (dont la Constitution et le Parlement) et, pour tout dire, un hubris de diplomatie provocatrice. Cela ne pourrait qu’isoler la France et l’abaisser à l’international. Tous les ingrédients de la politique intérieure de la dame sont là et transpirent de son plan d’action extérieure. Point de barrière entre l’ordre intérieur et l’action extérieure, répétons le !

Pour qui aime la fermer et aller mourir à la guerre (sans broncher), le bulletin doit aller à la ‘’diplomatie silencieuse (et l’action confidentielle)’’.