* 22 juillet – Eau dans le gaz.

Les États-Unis considéraient depuis une bonne décennie que le projet de gazoduc géant Nord Stream 2 reliant la Russie à l’Allemagne créerait une dangereuse vulnérabilité pour l’Europe et donc pour l’Alliance atlantique. C’était le fruit d’une époque relativement insouciante, où l’intégration de la Russie dans l’architecture européenne paraissait possible et même souhaitable. Ce projet – achevé à 90 % – est aussi la conséquence d’excès d’indulgence de certains dirigeants allemands à l’égard de Moscou. Il devait assurer un approvisionnement supplémentaire aisé à l’industrie allemande, déjà tributaire de l’énergie russe par de multiples canaux. Pourtant, à la même époque, V. Poutine s’est aventuré dans des opérations militaires contre ses voisins. De plus, crise climatique aidant, alors que les énergies fossiles devront être déprogrammées à relativement court terme, la ‘’main de Moscou’’ faisait de moins en moins sens. Elle garde accessoirement le pouvoirde contourner l’Ukraine et de priver potentiellement Kiev de sa principale source d’approvisionnement comme des ressources financières résultant du transit. Très hostile à Nord Stream 2 et méfiante à l’égard de Mme Merkel, l’administration Trump n’avait rien fait, ou plutôt s’était seulement gavée de mots.


Hier, un compromis a été annoncé entre l’administration Biden et le gouvernement allemand pour dépasser leur différend géostratégique autour de Nord Stream 2. Il inclut des scénarii de sanctions pour le cas où Moscou, usant de son gaz comme d’une arme, tenterait un chantage à la livraison d’énergie pour infléchir la politique de l’Allemagne ou pour exercer des pressions agressives contre l’Ukraine ou d’autres Etats européens considérés à Moscou comme faisant partie d’un ‘’glacis stratégique’’ russe. En termes clairs, le gaz russe serait alors boycotté et Berlin s’alignerait, dans une crise éventuelle, sur les sanctions et autres choix de l’Alliance atlantique. Kiev n’est pas non plus oubliée. En sa faveur, les deux capitales occidentales s’engagent à œuvrer ensemble à la reconduction pour dix ans, en 2024, des clauses de transit du gaz russe par l’Ukraine.


Est-ce que cette usine à gaz serait réellement efficace en cas de clash ? Il est présomptueux de s’affirmer ‘’paré’’ pour l’avenir lorsqu’on en ignore encore les paramètres et, de plus, que l’adversaire est parfaitement au fait de vos intentions. Les crises suivent une infinité de cheminements imprévus. Mais l’essentiel reste le front d’unité et de consensus rétabli avec l’Allemagne. Quoi qu’en disent les membres républicains du Congrès, c’est le mieux que pouvait espérer Joe Biden.

* 20 juillet – Une caméra dans le burger et le chop-suey. Les États-Unis et leurs alliés – l’Union européenne, le Canada, l’Australie, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande – accusent la Chine d’avoir mené et de poursuivre des cyberattaques de grande ampleur, qui menaceraient leur sécurité nationale et celle de leurs entreprises. En fait, tout l’Occident fait chorus – ce qui marque un précédent – concernant les activités informatiques malveillantes menées depuis le territoire chinois, en fait un phénomène ancien mais qui s’amplifie vite. A la différence du contentieux de cyber-guerre ouvert avec la Russie (dans lequel le Kremlin est seulement appelé à contrôler ses hackers), c’est la responsabilité étatique directe de la RPC qui est mise en cause. Washington dénonce des agissements ‘’irresponsables, perturbateurs et déstabilisants’’ sponsorisé par le ministère chinois de la Sécurité d’Etat (le cœur de l’appareil répressif chinois) et qualifie ‘’d’écosystème’’ les pratiques de piraterie encouragées et ancrées dans les comportements. Pratiquement, des officines privées de type ’’corsaire’’ seraient commanditées et rétribuées pour mener ces attaques et opérations d’espionnage à grande échelle. Dans le seul secteur des entreprises américaines, le coût du préjudice se compterait en milliards de dollars, chaque année. Pour ne citer que le cas de Microsoft, les attaques lancées en mars dernier auraient touché un millier d’établissements clients ou liés au géant de la microinformatique.


L’enquête n’étant pas terminée. Les Occidentaux en sont encore à organiser leur protection de façon autant que possible coordonnée. La riposte pourrait suivre. On doit bien reconnaître que cette affaire tombe à pic, alors que l’administration Biden déploie de grands efforts pour rassembler sous son aile un front de résistance voire de ‘’roll back’’ face à l’hégémonisme de plus en plus agressif de l’équipe dirigeante pékinoise. Les faits sont peu contestables, mais le choix du moment et de la manière de les annoncer suscitent une atmosphère d’alerte. Les alliés vont se réveiller. Accessoirement, faire étalage des misères subies par les entreprises du GAFAM participe aussi à une gestion d’image, alors que ces grands prédateurs viennent d’échapper à l’impôt européen (en attendant un régime fiscal à venir ou pas au sein de l’OCDE). Sans doute, par un effet fortuit, l’attention se détourne aussi un peu du scandale de cyber-espionnage du siècle ouvert par les révélations concernant Pegasus, le logiciel espion absolu généreusement distribué par la diplomatie israélienne à ses nouveaux alliés.


Ce qu’il nous reste à faire ? Ecraser nos téléphones et ordinateurs au pilon, couper tout contact avec la finance et l’économie, manger les légumes bio de nos potagers, négocier un armistice entre le restaurant chinois et le MacDo du coin, qui tous deux s’évertuent à nous épier et à nous compromettre. C’est une conception élargie, très nécessaire, de la distanciation sociale.

* 20 juillet – L’hydre aux cent têtes bouge encore

Par rapport à ce qu’elle était lors des attentats de 2012-2015, la coopération entre services de renseignement des Etats-membres de l’UE s’est considérablement améliorée. Pour autant, en Europe, le bilan des activités des mouvements terroristes non-étatiques (des Etats, peuvent s’y adonner aussi) reste mitigé.

Depuis le démantèlement (incomplet) du ‘’califat’’ de Daech en 2018, l’on constate chaque année un net recul du nombre d’attentats et de morts : 16 000 victimes mortelles cette année-là, traduisant une baisse de 15 % par rapport à 2017 et de 52 % par rapport à 2014, date de la fondation de la centrale jihadiste. Il s’agit de l’année la plus meurtrière du siècle. Mais Daech et Al Qaïda, dont les ressorts de pensée et d’action empruntent beaucoup aux formes barbares du nazisme, ne sont pas l’unique source de l’action terroriste (un mode de combat asymétrique, pas une idéologie). La mouvance néo-nazie participe aussi à ce ‘’modèle’’, avec une grande variété de dogmes et de modes d’action. Propulsée par l’anonymat d’Internet et la théorie du grand remplacement, elle organise, comme le Jihad, la destruction à l’aveuglette des personnes et des institutions, à partir de la ‘’toile’’ du web. Certains pays européens comme l’Allemagne s’en inquiètent et estiment cet activisme assassin pas moins menaçant, voire plus (il trouve des relais populaires plus larges) que le djihadisme.


L’Europe a réduit sa vulnérabilité aux offensives, comme résultat de l’action militaire de la coalition internationale. Cela n’a pas apaisé le bouillonnement des esprits, ni réduit les vocations au jihad anti-occidental. Mais, même sur ses gardes, le Vieux continent campe dans l’attentisme, sans vision précise de l’évolution de la menace à court et moyen terme. La coopération entre les services de renseignement s’est, fortement développée à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo. Depuis lors, un groupe antiterroriste européen doublé d’un coordinateur bruxellois (actuellement, Gilles de Kerchove) anime une bourse d’échanges entre services de renseignement. Un mécanisme de coopération entre juridictions nationales fonctionne en parallèle, avec la ressource du mandat d’arrêt européen comme principal outil de sa palette. Cependant, la compétence collective de l’UE elle-même n’est pas juridiquement établie, même si la Cour de justice de Luxembourg (CJUE) s’est prononcée contre la rétention des données dans l’anti-terrorisme, de la part des entreprises notamment. A ce jour, il n’existe pas de projet d’une CIA européenne et il n‘est pas sûr que ce soit d’ailleurs nécessaire.


Au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie du Sud et du Sud-Est, le jihadisme n’a pas du tout disparu. Ses combattants demeurent actifs en Syrie et en Irak, dispersés dans la nature ou capturés par les autodéfenses kurdes (des alliés que nous avons abandonnés à leur sort, mais que nous exploitons toujours comme garde-chiourmes). En Iran, des milliers de Bangladais s’emploient à rejoindre l’Europe, via la Turquie. A Idlib, en Syrie, d’anciens combattants de Daech, piégés par l’offensive de Bachar, cherchent à faire de même. Actuellement, l’organisation terroriste ne semble plus à même de projeter directement ses commandos sur le théâtre européen. Elle n’en dispose pas moins d’une vaste réserve d’éléments ‘’dormants’’ dispersés et le plus souvent auto-affiliés. Une myriade de nouveaux groupes combattants franchisés s’est constituée au Sahel, dans la corne de l’Afrique puis en Afrique de l’Ouest et enfin de l’Est, au Mozambique, etc. L’apparition sur le Continent noir d’un nouveau califat revêt donc une certaine probabilité. Ce serait une catastrophe géostratégique, vu de Paris. Cela ouvrirait la perspective inquiétante d’un tremplin d’offensive vers l’Europe, alors même que les têtes de pont sont déjà en place.

Encore faut-il préciser l’étendue de cette menace : l’objectif est une perturbation durable et criminelle de l’ordre public, doublée d’une campagne d’agitation des esprits pour susciter une forme de guerre civile. En réaction et comme par anticipation, se produit une régression, pas à pas, des libertés fondamentales et de la démocratie, dans les pays-ciblés. Naïvement accrochés à l’idéologie du ‘’tout sécuritaire’’, ceux-ci amorcent d’eux-mêmes la dérive que les terroristes tentent d’imposer à leurs sociétés. Car ce sont bien elles, pas les Etats, qui sont ciblées. Il ne s’agit aucunement pour l’Ennemi d’opérer une prise de pouvoir par une minorité politico-religieuse, encore moins de parvenir à l’effondrement militaire de nos vieilles nations chrétiennes, comme certains les fantasment. Simplement de nous neutraliser par la haine et de nous avilir, par vengeance. Une stratégie assez infantile, au fond.

Comme pour le virus du Covid 19, on peut, certes, ‘’vivre avec’’ cette nuisance, mais, reconnaissons-le, de plus en plus mal… sauf à repenser complètement la chose.

* 13 juillet – Modèle moldave

La victoire aux législatives moldaves du parti de la présidente Maia Sandu (Parti Action et Solidarité – PAS, du centre droit) confère un visage pro-européen, avenant et honnête, à cette ancienne république soviétique assez obscure. Celle-ci n’échappe pas à sa géographie, à la charnière de l’OTAN et de la CEI (elle est en partenariat avec l’une et participante à l’autre). Ce pays paraît sans cesse écartelé entre un courant pro-russe anti-démocratique et une majorité étroite tournée vers l’Europe et l’ouverture à l’Ouest. Avec 48 % des suffrages, la formation de la présidente pro-européenne devance largement le Bloc des socialistes et communistes (BESC) de l’ex-président prorusse Igor Dodon (2016-2020), crédité de 31 % des suffrages. Nouveau mouvement de balancier vers l’Ouest ! Ce pays pauvre de 2,6 millions d’habitants, pourrait beaucoup bénéficier d’une évolution économique et sociale ‘’à la roumaine’’, même si l’idée d’une fusion avec Bucarest n’est plus de mise, après trente années d’indépendance ‘’encadrée’’. Par ailleurs, les Moldaves sont las des scandales de corruption à répétition. Le plus retentissant avait vu, en 2015, la volatilisation de 15% du PIB des banques du pays.


Maia Sandu, une économiste de 49 ans, professionnellement formée aux institutions de l’ONU et de la Banque mondiale, a promis, le 11 juillet, la ‘’fin du règne des voleurs’’. Ce succès électoral renforce son pouvoir sur deux fronts, face à aux mafias qui se partagent l’économie du pays et face à ses ennemis prorusses, relayés par la présence aux frontières d’une armée russe occupant la province ‘’séparatiste’’ de Transdniestrie, un formidable levier de soumission au Kremlin !
Mais, on l’imagine, le revanchisme des partisans de Moscou se manifeste sur bien d’autres plans que par le seul suffrage universel. Trente ans après les ex-‘’démocraties populaires’’, depuis longtemps ‘’passées à l’Europe’’, ce petit pays européen coincé entre la Roumanie (de même culture qu’elle) et l’Ukraine connait des tourments géostratégiques qui nous semblent archaïques et caricaturaux. Mais cela nous concerne. Le combat du gouvernement de Chisinau pour choisir sa voie et ses alliés est loin d’être gagné. La Géorgie, la Crimée et le Donbass ukrainien ont montré ce qu’il en coûte de chercher à diverger de l’orbite de la Russie de Poutine. La capitale est à portée des canons des chars russes.

Figée dans la sphère stratégique russe lors de l’implosion de l’URSS, l’ancienne République soviétique de Moldavie bouge, mais depuis avril 2009 seulement. Des milliers de manifestants ont alors dénoncé l’irrégularité du scrutin législatif remporté par le Parti des communistes (PCRM). Le Parlement et la Présidence ont été pris d’assaut. Le pouvoir communiste, qui a accusait Bucarest d’avoir manigancé les troubles, a brutalement réprimé l’agitation, mais le Président communiste, Voronine, au pouvoir depuis 2001, a dû se résoudre à dissoudre l’Assemblée, faute de majorité suffisante pour élire son successeur. Le PCRM ne pouvait plus gouverner seul. En août 2009, est né une « Alliance pour l’intégration européenne’’ (AIE), formée par les partis d’opposition libéraux et démocrates. Celle-ci a formé un gouvernement en septembre, sous la direction de Vlad Filat. Voronine a démissionné et les communistes sont passé dans l’opposition, tout en bloquant l’activité législative. Ainsi, le parlement de Chişinau a échoué, à trois reprises, à élire un président.

Septembre 2010 : le gouvernement de coalition pro-européen tient un référendum constitutionnel pour débloquer l’impasse, par l’organisation de la présidentielle au suffrage universel direct. Les communistes boycottent le scrutin et font encore échouer la réforme. Des législatives suivantes (novembre 2010) émerge, à nouveau, un gouvernement de coalition non-communiste, pro-occidental. Nicolae Timofti, élu président en mars, pour la plus grande frustration du Parti des Communistes, plaide pour l’intégration de son pays à l’Union européenne et entend nouer un rapprochement avec la Roumanie. Il cherche un retrait des troupes russes de Transnistrie et décline toute intégration politique de la Moldavie dans l’Union économique eurasiatique que tente de lui imposer Moscou. En réaction, le Kremlin nomme l’ultranationaliste russe Dmitri Rogozine, comme représentant spécial du président russe (gouverneur de facto) pour la Transnistrie. De 2016 à 2020, la présence au pouvoir d’un ‘’collaborateur’’ (Igor Dodon) satisfait les visées du Kremlin.
Mais, en novembre 2020, Maia accède confortablement à la présidence et évoque l’intervention des médiateurs de l’OSCE pour dégager en douceur les soldats russes de la Trandniestrie : branle-bas de combat chez Poutine ! De fait, le moment choisi est plus que délicat : les Biélorusses se sont soulevés contre leur dictateur, Alexander Loukachenko. Il n’est plus question de laisser se déliter la façade occidentale du glacis stratégique russe. Voilà pour l’arrière-plan historique.

‘’Les défis sont grands, les gens ont besoin de résultats et doivent ressentir les bénéfices d’un Parlement propre et d’un gouvernement honnête et compétent’’. C’est un bon point de départ. A nous de travailler à la libre souveraineté des Moldaves comme des Biélorusses et des habitants du Donbass, sans, bien sûr, clamer la victoire d’un camp sur l’autre ni déshabiller trop ostensiblement l’autocrate du Kremlin.

* 12 juillet – Mon aveu sur les inter-socialités

L’Ours Géo sollicite une mise au point sur la méthode. Il paraît qu’à lire les brèves, on adhérerait inconsciemment à la conception westphalienne du monde (celle du Traité européen de 1649) : des territoires nationaux bordés de frontières; des princes dotés de têtes politiques, qui règnent et décident de tout; des peuples qui expriment leur nationalisme en mourant à la guerre pour leur prince ou –option alternative – en lui coupant le cou… pour aussitôt le remplacer par un autre tout pareil. Si vous avez l’impression que la guerre d’Afghanistan, la lutte contre le dérèglement climatique, les révoltes de bonnets ou de gilets de couleurs ou encore l’assommoir des réseaux sociaux répondent à ce schéma classique, ou, pire encore, que tous ces phénomènes n’ont aucune incidence sur l’humanité globale, alors l’Ours géopolitique s’est planté (d’ailleurs, normal, s’agissant d’un plantigrade).


De fait, nos ancêtres gallo-romains ne s’embarrassaient pas de ces attributs géopolitiques. Leur descendance médiévale, non plus, qui a vécu localement le féodalisme, pour ne sortir de ses fiefs qu’à l’appel de l’Eglise et aller s’éclater aux croisades. Les grandes découvertes de la Renaissance pouvaient, certes, être subventionnées par telle ou telle couronne, mais, une fois parvenus aux Amériques ou aux Indes, marchands et guerriers agissaient à leur guise. Voyez aussi la compagnie des Indes de Colbert reprise et gérée par les marchands-corsaires de Saint Malo. Depuis la Révolution française et Valmy, les gens ont fait irruption dans la  »grande image » et les Etats doivent s’y adapter ou ils sont défaits (le cas des dictatures modernes).

Depuis 1945, les principes du bien-être social, de l’égalité des chances, du droit humanitaire dans les conflits, de la protection du travail, celui des droits humains sont consacrés par des lois et des principes universels (la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948). Les princes d’aujourd’hui ne l’ont pas fait, les tout-puissants marchés, qui nous gouvernent, non plus. Ils doivent ‘’faire avec’’, mais s’emploient à grapiller ce viatique arraché par les peuples et à maintenir ici et là l’ordre et la stabilité. Surtout, lorsque lesdits peuples s’agitent en spasmes planétaires, rythmés (entre autres) par les réseaux d’internet. On reconnait là l’état pré-Covid de la société mondiale. Cette tendance n’est pas éteinte.

– Bertrand Badie, un politologue influent, qui enseigne à Sciences Po, pense le vaste monde en termes d’inter-socialités. Le terme décrit la vie internationale des sociétés humaines, quand on a mis de côté le rôle des Princes, des Etats, des frontières et des Nations. Il catégorise les sociétés humaines en fonction de deux propensions fondamentales à l’international : d’un côté, celles qui voient ‘’le monde source d’opportunités et de conquêtes’’, de l’autre, celles dont ‘‘la préférence va à leurs particularismes’’. Il en extrapole six modes d’inter-socialités.

Parmi les sociétés positivement impliquées dans l’international, il range les sociétés ‘’messianiques’’ (Christianisme médiéval des croisades, Islam du jihad, néo-conservateurs américains et une majorité d’églises évangéliques, l’écologie universelle) (1) ; les sociétés conquérantes pragmatiques (adeptes de la colonisation ‘’spontanée’’, les pilgrim fathers américains du May Flower, les cultures marchandes telles celles des Pays Bas ou du Royaume Uni, les individus agglomérés et conditionnés par les marchés mondiaux et le marketing, les firmes multinationales, les communautés de pensée des réseaux sociaux, les migrants) (2) ; enfin, ‘’les sociétés à ambitions géopolitiques’’ (Etats westphaliens ‘’classiques’’, empire romain, sociétés en quête de grandeur comme une bonne partie des Français et des Britanniques, les Américains et les Chinois, peuples qui se conçoivent en acteurs stratégiques) (3).

La catégorie des sociétés ‘’communautaristes’’ ou identitaires se divise, elle aussi, en trois sous-catégories : les ‘’peuples élus non-messianiques’’ (Judaïsme, Hindouisme, croyances animistes, adeptes du survivalisme ou de laïcité radicale) (4) ; les ‘’réseaux utilitaires’’ (sociétés traditionnelles en autarcie, syndicalistes et militants sociaux, diasporas ethniques, séparatismes locaux, populations déplacées) (5) ; enfin le type ’’instrumentalisation politique du social’’, dans laquelle toute aspiration économique est transposée par un pouvoir fort en fait politique (la Chine, très westphalienne, en politique intérieure) (6).


En soi, aucune de ces six catégories n’est plus vertueuse ou plus efficace qu’une autre. La question n’est pas là, même si ces énormes disparités sociétales créent les plus puissantes dynamiques et les principales frictions (voyez les Etats Unis face à l’Afghanistan). La première est de fortement relativiser la part que jouent les dirigeants étatiques dans l’agencement du monde. On cherche à nous faire croire qu’elle est déterminante. Le choix d’un prince serait celui de notre avenir sur terre. Totale illusion !
Dans un pays comme la France, les habitants, dans leur grande majorité, appartiennent au modèle n° 5, avide de protection sociale, tandis que les entreprises relèvent du type n° 2, radicalement opposé, qui ignore et contrarie la catégorie précitée. Le gouvernement s’accroche – pour se maintenir au pouvoir – à la tradition ° 3 et fait croire qu’il est ordonnateur du business, de la paix et du progrès (ce qui fait bien rire les marchés). La jeunesse, très soucieuse de l’évolution climatique, emprunte au paradigme n° 1, tout comme les islamistes poursuivant leur califat mythique, tandis que les minorités identitaires frustrées optent, sans le savoir, pour l’entre-soi du n° 4 … et trouvent d’autres furieux tout pareils par-delà les frontières.


L’affaire dite des caricatures aura été très représentative de la façon dont fonctionne le monde : les journalistes qui ont re-publié ces brûlots n’avaient pas eu conscience un instant que des centaines de millions de gens, très éloignés d’eux sous tous apports, vivraient ces blagues de potache comme une blessure inguérissable, encore moins que la vie de Français à travers le monde s’en trouverait mise en danger. Mais les réseaux inter-sociaux ont fonctionné, sans qu’aucun Etat ne s’en mêle. En effet, les six modes d’inter-socialités ne savent pas spontanément se trouver des longueurs d’ondes communes. Un énorme effort d’ouverture, d’information et de tolérance est nécessaire pour passer des corrélations sociales mondialisées (conflictuelles) aux passerelles médiatrices, qui relèvent de l’‘’inter-culturel’’. On devrait enseigner cela à l’école.
A partir d’un tel sac de nœuds de tensions, pourrait-on synthétiser une vision française populaire des enjeux mondiaux ? Evidemment, ce serait une gageure et les bras en tombent à l’Ours. En revanche, l’on pourra cerner des réseaux internationaux d’intérêt ou d’idéologie sur des causes en réseaux : réparer le monde ; en soutirer un paquet de profits ; réélire les princes (qui nous conduisent si bien dans le maquis international) ; comploter et inonder l’humanité de fausses vérités pour la perdre ; faire converger les révoltes ; propager une cause unique (ethnique, religieuse, politique) et tout recentrer sur elle ; déstabiliser une autre société par le piratage numérique ou la propagande ; faire du tourisme, du sport et aller à la pêche comme tant d’autres le font ailleurs. Vous le voyez : presque tout est transversal ; peu de sujets restent purement nationaux… et même le ‘’vivre local ‘’ suit des arcanes intercontinentaux, sans le savoir. N’insistons pas sur l’inter-socialité du Covid, la danse mondiale des virus et des bactéries en général : elle est si comparable aux virus informatiques et aux épidémies de fake news. Voilà ce qui fait les relations internationales !
Chers citoyens-habitants du monde, chers lecteurs éclairés : ne vous trompez pas de réseau, car vous êtes les vrais diplomates et médecins de la Paix !

* 9 juin – Tirez sur l’ambulance !

Après une décennie de guerres et de massacres en Syrie, l’accès des organisations humanitaires aux victimes est en passe d’être totalement fermé. MSF sonne l’alerte, alors que se pose au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies la question du dernier point de passage ouvert pour alimenter et soigner la population d’Idlib. Il s’agit du seul gouvernorat syrien à ne pas être (encore) tombé sous la férule violente de Bachar et de ses alliés russes et iraniens. Le sas de Bab al-Hawa est actuellement l’unique ligne de vie praticable pour quatre millions de civils, pour la plupart des déplacés. Si l’approvisionnement s’arrête, faute d’un accord à New York, les médecins qui les soignent, dans le cadre des agences mandatées par l’ONU – et qui ne disposent que d’un stock éphémère de médicaments – ne pourront plus rien pour eux. Les maladies et les épidémies, notamment le virus COVID 19, toucheront cette population cernée de toutes parts par les belligérants. Beaucoup ont déjà été déplacés une dizaine de fois et ils n’ont plus ‘’d’ailleurs’’ où se réfugier.

C’est donc, ni plus ni moins, la survie de ces malheureux que dictera la décision de laisser ou non à Damas un accès exclusif à ces populations, qui sont précisément ses victimes. En 2020, le mécanisme d’aide transfrontalière des Nations Unies avait été interrompu à la demande du régime de Bachar, au point d’entrée frontalier d’Al-Yarubiya ouvrant l’accès au nord-est de la Syrie, via l’Irak. Aucune campagne contre le virus du COVID n’a pu y être conduite. S’y ajoutent les ports d’entrée de Bab al-Salama et d’Al-Yarubiyah, au Nord. Au total, trois des quatre couloirs ont été fermés. Selon les agences de l’ONU, dans le reste de la Syrie, le prix du panier alimentaire a augmenté de plus de 220% alors que 80% de la population reste sous le seuil de pauvreté et que 90% des enfants dépendent désormais de l’aide humanitaire.

Etrange mélange que la situation syrienne actuelle, patchwork de crimes de guerre poursuivis à bas bruit , de confiscations du patrimoine immobilier et de l’économie par des courtisans et des chefs de guerre, de fuite éperdue des populations ‘’ciblées’’ dans les derniers réduits encore disponibles, de stationnement militaire  »d’alliés » étrangers, de sanctions économiques qui s’ajoutent à la misère des Syriens et empêchent toute reconstruction. On n’y distingue que la projection factice du ‘’triomphe’’ d’un régime baasiste qui se permet même la tenue d’ élections tronquées, mais ne tient debout que par les armes et la diplomatie des Russes.

L’absence d’humanité tient, à Moscou, à Téhéran comme à Bachar, de marqueur géopolitique congénital. Le ‘’grand frère russe’’ veut faire valider, par la communauté internationale, la souveraineté de son protégé sur l’ensemble du territoire syrien, sous contrôle de l’armée de Bachar et aussi bien, sous celui des rebelles. A partir de là, il fermera totalement le pays aux yeux et aux mains tendues de l’extérieur. Bachar, lui, aura les mains libres. Qu’importe le nombre de morts innocents ! En échange de cette victoire contre son peuple, le maître de Damas rétribue Poutine en lui offrant une base navale en mer libre, à Tartous, en Méditerranée orientale (un site bien plus stratégique que ses ports militaires en Mer Noire). De là, ne doutons pas que l’Europe constituera une de ses cibles.


Il y eut un temps où le stratégique (brutal) et l’humanitaire (réparateur) cheminaient séparément. Les acteurs des deux secteurs s’ignoraient. Avec la montée des totalitarismes guerriers et leurs alliances contre la civilisation humaine, l’Humanitaire devient, au mieux, une victime de chantages ou, dans le pire des cas, il est éliminé (comme, d’ailleurs, le droit international humanitaire) du champ des opérations. Indignons-nous !

* 1er juillet – Vers un monde yin-yang ?

Comme la politique du climat, celle de la parité Femmes-Hommes passe par des politiques économiques et sociales. Elle nécessite donc des moyens financiers. Les concepts ont évolué depuis la conférence onusienne de l’automne 1995, à Pékin. Les leitmotiv de l’émancipation puis de la promotion (l’‘’empowerment’’, selon le concept anglo-saxon de l’époque) ont cédé la place à un objectif d’équité dans la parité. Mais, comme le monde procède en zigzag, le ‘’vent mauvais’’ de la régression patriarcale souffle aujourd’hui sur une vaste partie de l’échiquier géopolitique. Recentrer les économies sur un fonctionnement plus juste, plus égalitaire ne se limite plus à des impératifs de prise de conscience, d’éducation et de comportement. La question est d’essence structurelle. Mais les arcanes pour y parvenir – tout comme pour le climat – ne sont pas encore figées dans le concret. ‘’On progresse’’, tel est le message du Forum Génération Egalité, qui a ouvert ses travaux au Carrousel du Louvre à Paris (et aussi en ligne), sous l’égide des Nations Unies. Les organisateurs revendiquent une ‘’collecte’’ de 40 milliards de dollars d’investissement. Bien évidemment, il ne s’agit pour l’heure que de simples intentions, peut-être de rêves pieux.

Les 40 milliards d’investissement ‘’miraculeux’’ en comprennent 17 milliards annoncés par les États participants, 10 engageables par la Banque mondiale et 2,1 promis par la fondation de Bill et Melinda Gates (consacrés notamment à réduire la violence ‘’fondée sur le genre », c’est-à-dire celle des maris et compagnons ‘’cogneurs’’. En France, la fondation de  François-Henri Pinault projette d’investir la somme modeste de  5 millions dans le cofinancement de 15 centres d’accueil pour les femmes victimes de violences.

Succès ou pas, l’Evènement se veut annonciateur d’un « Plan mondial d’accélération » vers l’égalité, autour de plusieurs thématiques comme les violences envers les femmes, le droit à disposer de son corps, l’éducation des filles ou encore l’égalité économique. Chaque sujet est abordé par le biais de « coalitions d’action » regroupant États, organisations internationales, société civile et secteur privé. L’objectif est d’élaborer une feuille de route, dont la mise en œuvre sera évaluée dans cinq ans.

« Pour défendre la démocratie, nous devons lutter pour l’égalité hommes-femmes », a déclaré par visioconférence Kamala Harris, très applaudie par l’auditoire , où se trouvait incidemment l’ancienne secrétaire d’Etat, Hillary Clinton. Il a été aussi question d’une « bataille idéologique à engager contre les forces conservatrices’’, qui oppriment les femmes… et, par d’autre biais, beaucoup d’hommes et d’enfants aussi. On n‘en est pas encore à affirmer que les droits humains sont en fait indivisibles, même si leur transgression s’exerce différemment sur les genres et sur les âges, ni que les oppresseurs peuvent se recruter dans les deux genres. C’est bien comme ça, car il faut braquer les projecteurs sur celles des injustices courantes les moins fortement dénoncées. « Des femmes qui voulaient simplement être libres de conduire, qui revendiquent simplement de ne pas porter un voile ou d’avorter, sont menacées », a déploré le président français, sans regretter que leurs époux se procurent peut être des armes en France pour bombarder les femmes du Yémen. La géopolitique se cloisonne volontiers, alors qu’elle devrait être un tout multidisciplinaire. Les participants ont également souligné combien la pandémie de Covid-19 avait affecté les femmes et contribué à un recul de leurs droits, qu’il s’agisse de la déscolarisation des filles, d’une dérive dans la pauvreté ou des violences conjugales redoublées pendant les confinements.

Delphine O, la secrétaire générale du forum d’ONU-Femmes, avait exigé que chacun apporte au pot commun un engagement concret et financé. On verra à l’usage. Dans l’immédiat, il n’est pas aisé de cerner ce que les 40 milliards promis vont changer au fonctionnement économique et social global. Le rapport de forces est surtout favorable aux grandes entreprises et aux autocraties politiques, éthiques, religieuses. Il faut espérer que les agences des nations Unies et les ONG saurant mailler leurs efforts pour nous faire accéder à ‘’la grande image’’, celle de notre époque.

* 30 juin 2021 – Prix Nobel de la Guerre

Il y a un an encore, l’Ethiopie était le miracle de l’Afrique. Cet ancien empire chrétien de 110 millions d’âmes, héritier de la Reine de Sabah et du Négus, s’était réconcilié avec l’Erythrée voisine qui s’était séparée de lui au début des années 1990, au terme d’une guerre intestine longue et cruelle. Grâce à la paix, à l’investissement chinois, à l’habilité à gouverner d’Abiy Ahmed, un premier ministre adulé par les médias, le Pays s’était constitué une base industrielle performante, très admirée en Afrique. Ahmed, qui plus est, incarnait une rupture salutaire avec la main mise – 27 ans durant – de la minorité tigréenne sur le pouvoir. Forte de six pourcents seulement de la population, cette dernière s’était aliénée le reste du pays par sa pratique de la ségrégation ethnique et son comportement hautain. L’activisme du nouveau leader audacieux, libéral et réformiste était récompensé, il y a deux ans, par le prix Nobel de la Paix. Ce prix, souvent conféré trop tôt, ne porte pas toujours chance…

Le conflit qui s’est déclaré dans les dernières semaines de 2020 au Tigré, à l’initiative de cette minorité politiquement ‘’dépossédée’’ du nord de l’Ethiopie (le long de la frontière érythréenne), débouche sur un gâchis sans nom. Loin d’user de la diplomatie d’un ‘’nobelisé’’ face à cette nouvelle tentative de sécession au sein de  l’Empire, l’ancien colonel des services de renseignement a retrouvé des réflexes de chef de guerre sans scrupule, un tantinet mégalomane et faussement messianique. Déterminé à soumettre l’ethnie coupable, il a répondu par l’occupation militaire du Tigré. Il a mobilisé dans cette aventure des milices ethniques adverses de même que – une folie ! – les troupes de l’ex-ennemi. érythréen.

Seules quelques ONG ayant encore accès au terrain, l’expédition punitive s’est faite à huis clos. Elle a tourné au carnage et laissé des stigmates indélébiles de massacres, de pillages et de viols. Rien n’aurait pu mieux souder la résistance des six millions de Tigréens, sous l’étendard du TPLF, le parti armé combattant pour leur indépendance. Après deux millions de paysans déplacés par les combats, des milliers de morts retrouvés dans des fosses communes (nettoyage éthique ?), d’énormes destructions d’infrastructures, le point de non-retour a été franchi. Même Abiy Ahmed semble prendre la mesure de ce désastre humain, sous l’angle de ce qu’il dénonce comme une ‘’épidémie de violences sexuelles’’. Mais il n’a que des mots creux à y opposer. A moins de son anéantissement par la force armée, la révolte du Tigré persistera donc. Les autorités d’Addis-Abeba ont décrété hier un « cessez-le-feu unilatéral et inconditionnel » au Tigré « , tandis que les miliciens indépendantistes reprenaient, le même jour leur capitale régionale de Mekele. Les rebelles proclament leur détermination à « intensifier » les combats au-delà de leur territoire. La guerre des mots n’y changera rien. Le Conseil de sécurité, comme toujours divisé, restera impuissant.

De fait, des atrocités sont le fait des deux bords :  ceux qui défendent leur territoire et ceux qui combattent pour l’intégrité de l’Ethiopie. A l’extérieur, la communauté internationale – Chine, Russie, Israël et États du Golfe exceptés – instruit plutôt le procès d’Abiy Ahmed. Les Etats-Unis, qui sont de longue date liés à leurs ‘’alliés’’ tigréens, s’y montrent même virulents. Pourtant, sous l’ancien dirigeant tigréen Zenawi, courtisé par Washington, comme sous Ahmed aujourd’hui, l’Ethiopie n’a rien connu d’autre que la dictature. C’est donc uniquement en fonction de leurs intérêts stratégiques que les puissances se déterminent à son propos. Se concentrera-t-on un jour sur la prévention du basculement aussi rapide d’un pays viable et fonctionnel de la paix civile vers la guerre ethnique la plus barbare ? Il faudrait cesser de chercher des ‘’bons’’ ou des ‘’alliés’’ quand il n’y a plus que des tueurs et des victimes, dans chacun des camps en présence.

* 29 juin – L’écho … vide de la solidarité des peuples

Le virus nous laisse un répit en France, tant mieux, mais il continue néanmoins à muter. Certains de nos voisins subissent déjà durement l’expansion rapide du variant Delta. Dans le monde émergent et en particulier en Afrique, un nouveau pic pandémique affecte les populations bien plus sévèrement que les vagues précédentes. Avons-nous motif à nous attarder dans l’insouciance, comme si le monde était cloisonné entre des régions (relativement) épargnées et d’autres, abandonnées à leur sort. Tant que le hiatus de santé Nord-Sud perdurera, que le virus du Covid mutera là où la pandémie est improprement combattue, personne ne sera à l’abri d’un effet boomerang peut-être sans fin. Bien sûr on le sait, mais cela ne veut pas dire qu’on est prêt à venir au secours de l’Afrique, du Mexique, du Bangladesh, etc.

Première question : Covax, le dispositif que les Nations Unies ont mis en place pour vacciner les populations du Sud a-t-il failli ? Covax, en tant que réseau d’institutions et d’établissements proposant une solution vaccinale universelle, a livré 87 millions de doses à 131 pays. Pour presque cinq milliards de Terriens démunis, on reste loin du compte. Il s’agit pourtant de la distribution de vaccins la plus importante jamais réalisée dans l’Histoire. Ainsi, par rapport à la pandémie H1N1 de 2009, Covax a fourni sept fois plus de doses et répondu 2,5 fois plus vite aux besoins de quatre fois plus de pays. En avril 2020, le dispositif a été lancé et ses coleaders – l’OMS, le Cepi et le Gavi – ont été immédiatement opérationnels. Dès juin 2020, la garantie de Gavi-Covax-AMC a d’emblée financé l’accès gratuit aux vaccins, dans 92 pays à faible revenu. Comme  »bureaucratie », on a vu pire. De plus, Covax n’est pas le seul mécanisme d’acheminement des serums vers le monde émergent, puisque le G 7, la Chine et l’Inde ( jusqu’à récemment), ont engagé des distributions gratuites, non sans escompter quelques bénéfices politiques en retour, ce qui est de bonne guerre.


On constate pourtant une distribution particulièrement inégale du vaccin : 1 % seulement des populations des pays les plus pauvres est à ce jour protégé, contre un ratio de 50 % dans les pays développés. La question se pose donc de devoir vacciner les populations à risque partout dans le monde, plutôt que tout le monde dans une minorité de pays. Ce serait aussi une façon de limiter les mutations du virus liées aux pathologies mal soignées. Mais, d’évidence, ne pas vacciner les jeunes Européens pour mieux protéger les personnes vulnérables en Afrique aboutirait à braquer l’humeur populaire, au Nord, contre le Continent noir. Les peurs et les préjugés existent partout et on ne peut en faire totalement abstraction.


Au milieu de ce mois, 60 millions de doses seulement ont été acheminées dans 80 pays. Une goutte d’anticorps dans un océan de virus. On n‘a pas encore vu la couleur du milliard de doses annoncé par le Club des nations les plus industrialisées (le G 7) et par des grandes fondations privées. En fait, en additionnant les engagements pris au cours des dernières semaines, on pourrait financer la vaccination de 1,8 milliard d’êtres humains, soit un tiers en moyenne des nationaux concernés. Mais les doses ‘’prépayées’’ que les pays bénéficiaires sont appelés à commander directement auprès des laboratoires n’ont pas encore été fabriquées et ne le seront pas avant quelques mois, alors qu’il y a urgence. ’’Big pharma’’ peine à augmenter sa production, destinée, au départ, aux seuls pays solvables (du Nord) comme le stipulaient les contrats de l’an dernier. Trop tard ! De plus, la décision du gouvernement indien de conserver pour sa population toute sa production nationale a fortement amputé le stock vaccinal physiquement disponible pour le Sud. Ne taisons pas non plus certains doutes de l’OMS sur les vaccins chinois. Il ne reste alors, pour booster le flux des doses, que la solution d’un prélèvement sur les stocks nationaux déjà constitués au Nord. Une ponction politiquement délicate, même si la France, par exemple, propose de mobiliser à cette fin 8% de son stock. L’a-t-elle fait, d’ailleurs ?


Alors que la pandémie progresse rapidement dans le Sud, laissant entrevoir des millions de morts – dont une proportion plus grande de jeunes – et qu’elle fragilise la vie de milliards de pauvres, on se retrouve sans solution pratique. L’idée de traiter comme un bien public à la disposition de tous les formules des vaccins pourrait aider à combattre une pandémie future, si l’industrie pharmaceutique devait s’y plier. Mais, en l’absence d’un environnement industriel solide et développé, sans professionnels bien formés (ce qui prend des années), elle a peu de chance de provoquer une décentralisation planétaire de la production. Pour l’instant, ce n’est qu’un vœu pieux. Aussi, chaque jour où on laisse la contagion progresser sans réponse industrielle adaptée, la mortalité globale s’emballe et cause des pertes énormes pour des économies locales dont dépend la survie de milliards d’individus… et bien sûr, cela va entretenir l’effet boomerang sur les pays riches. Tous sauvés ou personne…


D’où une série d’interrogations : les promesses mirobolantes des pays du Nord n’ont-elles pas été faites trop tard pour se concrétiser à temps (sans doute, les vaccins arriveront en masse à partir de septembre) ? Les laboratoires portent-ils une part de responsabilité, en étant incapables de produire suffisamment pour l’humanité entière, même lorsqu’ils sont payés pour cela ? Peut-on attendre de populations riches traumatisées par la maladie COVID qu’elles partagent équitablement leurs stocks avec des inconnus lointains ? Les pays récipiendaires sont-ils tous en mesure d’assurer la logistique et l’administration du vaccin sur leurs territoires ? Sur ce dernier point, on peut s’émouvoir de plusieurs situations où l’on a vu des doses à deux semaines de leur péremption ne pas même être déballées… un grand gâchis.
Tirer les leçons de nos difficultés à assumer une solidarité mondiale impliquerait de concentrer, au plus haut niveau, la détermination politique comme les moyens de prévoir et d’agir au sein d’une autorité également mondiale. Celle-ci devrait s’imposer aux Etats et aux marchés. On pense à ce projet-fantôme de ‘’Conseil de sécurité économique, social (dont la dimension sanitaire) et écologique’’, dont on a rêvé dans les années 1990. On en aurait besoin maintenant.

* 28 juin 2021 – Drone de guerre

L’Iran souhaite-t-il réellement le retour des Etats Unis dans l’accord de 2015 sur le contrôle de son industrie nucléaire ? A constater la multiplication des attaques de drones menées par les milices ‘’sœurs’’ des Gardiens de la Révolution sur les installations américaines en Irak comme sur la frontière syrienne, le doute est permis. Plutôt que de s’engager dans des pourparlers diplomatiques, les stratèges de Téhéran s’appliquent à chasser les Occidentaux de leur arrière-cour chiite. Depuis février, on a ainsi compté une quarantaine d’attaques contre les bases où sont déployés les 2 500 soldats américains de la ‘’coalition internationale’’ chargée de contrer une résurgence de Daech. L’aéroport de Bagdad n’a pas été épargné et la DCA se montre peu efficace contre ses petits objets volant en rase-motte.
Il est quand même intrigant de voir la République Islamique prendre impunément le risque de protéger une centrale jihadiste sunnite, qui lui est fondamentalement hostile. La confrontation avec le ‘’Grand Satan’’ américain emporte manifestement sa priorité. Ce n’est pas le choix des Iraniens, mais leur voix ne compte pas.


En riposte aux multiples attaques de drones armés de charges explosives contre leurs implantations civiles comme militaires en Irak, les Etats Unis ont conduit le 27 juin trois ‘’frappes de précision’’ contre les dépôts d’armes (notamment, de drones) et les centres de commandement de plusieurs milices pro-iraniennes, en Irak et en Syrie. Au moins cinq miliciens auraient été tués. C’était la seconde opération de ce type, après des représailles, en janvier, dans l’Est de la Syrie. Les Américains et leurs alliés doivent donc traiter de front un ennemi terroriste mais aussi un autre, sur le plan militaire.

Aux faucons qui, à la faveur des présidentielles, ont consolidé leur influence à Téhéran, derrière la figure du nouveau président Ebrahim Raïssi (et, nécessairement, avec l’aval du Guide suprême), Joe Biden a répondu en signant ses actes. Ce sera ‘’dur contre durs’’, œil pour œil, dent pour dent’’. Ceci n’exclut pas qu’on aboutisse plus tard à des tractations américano-iraniennes, que dicterait logiquement l’épuisement économique et social de l’Iran. Mais alors, ce ne serait pas celles envisagées par l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Pas ‘’folichon’’ comme perspective, mais pas nécessairement fatal, à moins, entre-temps, d’une perte de contrôle de leurs opérations guerrières par les Pasdarans, enragés qu’ils sont à venger leur chef, tué début-2020… par un drone américain.

* 25 juin 2021 – Triste colonie russe

La Centrafrique est, on le sait, l’archétype de l’Etat failli dont la population a sombré dans une guerre civile sans fin. Les 15.000 casques bleus de la Minusca expriment le souci qu’en ont les Nations Unies, sans qu’une solution ne soit en vue, sur le terrain. La force française, envoyée sur place au début des affrontements, n’a pas mieux fait, mais elle a eu l’honnêteté de se désengager du guêpier. Ceux qui se réclament du pouvoir légitime à Bangui n’ont pas trouvé mieux que de sous-traiter à d’autres étrangers.


Pour l’ONU, les groupes rebelles, toujours très actifs, de la CPC » (Coalition des Patriotes pour le Changement) ne sont plus la principale menace sur la paix civile, la protection des populations et le bon déroulement de sa mission de maintien de la paix. Ce sont plutôt les « violations des droits de l’Homme et manquements au droit international humanitaire imputables aux forces armées centrafricaines, forces bilatérales et autres personnels de sécurité ». Derrière l’allusion à ces ‘’forces bilatérales et autres personnels de sécurité’’, chacun reconnaîtra l’armée russe et les mercenaires du groupe Wagner qu’elle amène dans ses fourgons, aux fins d’interventions extérieures ‘’discrètes’’. Loin d’être l’acteur d’une solution, Moscou n’est jusqu’à présent parvenu qu’à accroître l’instabilité du pays. Non reconnues par leur initiateur, qui prétend les assimiler à de simples prestations de conseil, ces opérations russes aux côtés des forces centrafricaines, vues de tous, provoquent des violations en séries des droits humains de la population et attisent les conflits. Les forces onusiennes, de leur côté, subissent de la part des Russes des obstructions à leur circulation, des vexations et même des pillages à l’occasion.

L’ambassadeur français à l’ONU, Nicolas de Rivière, ne mâche pas ses mots : ‘’Soyons clairs, les rapports de l’ONU pointent la responsabilité d’un acteur nouveau, qui intervient aux côtés des forces armées centrafricaines et dont le statut est un mystère. Certains s’efforceront de nier la présence de la société Wagner. Dès lors, qui sont ces hommes impliqués dans les combats, à quel titre sont-ils présents en Centrafrique et à qui répondent-ils de leur action ? » Pas à Paris ni à Pékin (qui aurait submergé le pays de projets économiques), cela va de soi ! Selon Mankeur Ndiaye, le représentant en RCA du secrétaire général de l’ONU : »l’ineffectivité de la chaîne de commandement et de contrôle et le manque d’interlocuteurs crédibles auprès de certaines forces bilatérales (…) ont fini d’installer une totale confusion’’. Moscou exige par ailleurs une levée de l’embargo sur les armes, en vigueur depuis 2013 et qui expirera le 31 juillet. A part un peu d’argent pour ses mercenaires, sans doute un accès privilégié aux richesses du sous-sol, on ne voit qu’un motif pour Moscou à se fourvoyer dans ce bourbier : la guerre hybride contre l’Occident qui obsède Vladimir Poutine.

* 24 juin 2021 – Pomme-dépit

Les Hongkongais s’amassent devant les kiosques pour acquérir le dernier numéro du quotidien Apple Daily, contraint par Pékin de disparaître, sous le coup de la loi sur la sécurité nationale. Celle-ci leur a été imposée de l’extérieur, il y a un an. Soutien du mouvement prodémocratie et auteur de critiques de bon sens à l’égard des dirigeants chinois, l’Apple Daily était en ligne de mire. Le Parti communiste continental n’a eu qu’à évoquer sa loi sur sa loi liberticide pour contraindre le titre à disparaître. Les principaux dirigeants de la Pomme ont été arrêtés et ses employés mis à pied. Les engagements solennels pris par la RPC en 1994 (50 ans sans toucher aux institutions locales) ont été, une fois de plus, transgressés.


Le tabloïd est mort et, au moins, on sait qui il servait et qui l’a tué. Dans celle que l’on dénomme, sans rire, une ‘’Région administrative spéciale’’, la liberté de penser, celle de la presse, l’état de droit sont couramment piétinés par une autorité de fait étrangère à la vie des Hongkongais et à leur identité. Même si leur pays domine le commerce mondial et nous tient tous par la barbichette, il faut cesser de faire semblant de croire à la parole des dirigeants chinois et à leurs fières promesses sur la scène mondiale. Ils n’ont jamais été éduqués au droit. Hors nécessité commerciale, leur régime ne l’enseigne pas et ne le reconnait pas. Beaucoup de régimes militaires africains font mieux en la matière. C’est plutôt, de leur point de vue, une composante de la dialectique, l’art, au Pouvoir d’imposer sa raison en toute chose en invoquant des arguments pseudo- juridiques (mal) ficelés pour faire taire toute critique. Leur justice est politique et fonctionne par la peur, sans respect de la constitution du Pays et du droit reconnu. Les suspects politiques sont jugés à huis clos. On punit les importuns et les indésirables parce qu’ils gênent les dynasties régnantes. Imaginez que ce modèle s’applique un jour à la France ou à l’Europe !


Hongkong est traitée par le Régime, depuis sa fondation, en ‘’putain de l’Occident’’. Pas plus que pour les Taiwanais, les souverains de la Cité interdite ne ressentent la moindre affinité, le plus minime sentiment d’appartenance, de compassion ou de solidarité pour les Hongkongais. Ils veulent simplement ‘’casser’’ mentalement cette population rétive, éduquée aux préceptes et au mode de vie occidentaux, lui imposer une société de surveillance et d’endoctrinement (les Hongkongais étant ‘’subversifs’’), enfin, mettre totalement la main sur la poule aux œufs d’or dont leurs familles se gobergent. De fait, la loi sur la sécurité nationale sert aussi à confisquer des biens et à démanteler des groupes locaux en bourse. L’installation en périphérie d’effectifs de l’Armée populaire de Libération augmente encore la cohorte des gloutons.


Sommes-nous encore choqués par ce Tiananmen du droit et des libertés, dont les prémices remontent à plusieurs années ? Les premiers coups de force nous ont profondément heurtés, mais le pouvoir pékinois a l’habileté d’opérer par vaguelettes successives et de compter sur le temps long pour désarmer notre sensibilité, rapidement fatiguée et sollicitée sur bien d’autres fronts (la pandémie, le climat, la situation sociale, la relance de la croissance, le Brexit,…). L’Apple Daily était accusé d’avoir publié une série d’articles et d’éditoriaux qui, selon la police, appelaient à des sanctions internationales contre la Chine. Réagir par des sanctions reviendrait donc, pour les pays libres, à accréditer la thèse de la propagande pékinoise sur l’existence d’un complot de ‘’puissances antichinoises’’ dont le quotidien sanctionné aurait été l’instrument. Habile ! En fait, bien que les Hongkongais nous ressemblent beaucoup, nous ne sommes plus au rendez-vous de leur conscience. Et encore moins tournés vers les Ouïgours, Kazakhs et Tibétains qui, eux, nous ressemblent moins, mais ont quand même besoin de nous pour entretenir la flamme de leur dignité humaine.

Il ‘est plus acquis que Hongkong garde, dans ses conditions, une aura financière ou économique, malgré ses liens étroits avec la province ‘’hyper-industrielle’’ du Guangdong (province de Canton). La mégapole de huit millions d’âmes glisse vers le bas des classements. Notre attention sera, une nouvelle fois, détournée quand la menace sera redirigée sur Taiwan, dont la conquête par la force est la marotte des dirigeants suprêmes de la Chine. La fin-mai a vu une sorte de répétition générale d’un plan d’invasion, avec des centaines d’intrusions aériennes et navales dans l’espace de cette démocratie de 25 millions d’âmes. Les Taiwanais ont compris ce qui les attend et qu’ils ne seront pas traités en ‘’compatriotes’’ (le langage officiel) mais bien en ennemis.