* 30 avril – Les droits des desperados

Sept anciens militants de l’extrême gauche armée italienne, réfugiés à Paris, dont plusieurs ex-membres des ex-Brigades rouges condamnés pour des actes de terrorisme dans les années 1970-80, ont été interpellés sur requête de la justice italienne. Ils avaient tous été condamnés, en Italie, pour leur implication – directe ou non -dans des attentats meurtriers contre des personnalités de l’arène politique, des milieux d’affaires ou de la police. Ces exilés sous statut de réfugiés (défini par le droit international, dans la Convention de Genève) ont néanmoins été accueillis en France, en vertu de décisions prises par plusieurs présidences successives. La ‘’doctrine Mitterrand’’ édictée à l’époque stipulait ainsi que l’asile leur serait garanti en France, en échange de leur renoncement à la violence, pourvu qu’elles ne se soient pas rendues coupables de crimes de sang. Ce fut le cas. On peut trouver ces décisions contestables voire choquantes mais elles ont été prises en connaissance de cause et engagent la crédibilité de la République. Ces réfugiés politiques vont pourtant être privés de la protection internationale qui leur avait été accordée, il y a quatre ou cinq décennies. Ils seront extradés vers le pays qu’ils ont combattu et qui veut les punir.

Il y a une lecture politique : pourquoi poursuivre ces personnes âgées et rangées, ne se cachant pas et ne présentant plus de dangerosité, plus de quarante ans après leurs actes ? Ne serait-ce pas pour faire un ‘’coup électoral’’ et parodier un succès anti-terroriste par confusion avec l’actualité terrible du jihadisme, sans rapport aucun avec la révolte éteinte que ces acteurs ont jadis incarnée ? Une autre lecture est juridique : les dépouiller de leurs droits et les livrer, en l’absence de nouveau crime de leur part depuis leur mise sous protection par la France, constitue une violation du droit d’asile et de la parole donnée par l’Etat. La décision a été prise par Emmanuel Macron lui-même et non par la Justice, ce qui suscite l’impression que le Droit et la Justice cèdent, une fois de plus, aux caprices de l’Exécutif. Montesquieu est effaré d’un tel déni de l’Esprit des Lois.

En 1985, l’Italie sortait à peine d’une décennie de violence politique extrême : plus de 12 600 attentats avaient provoqué la mort de 362 victimes, entre 1969 et 1980. Ce chaos était l’oeuvre de groupuscules d’extrême gauche plus ou moins organisés mais aussi de groupes d’extrême droite. Ces derniers bénéficiaient de complicités au sein de l’appareil d’Etat (notamment pour l’attentat de la gare de Bologne, en 1980, qui a fait 85 morts) et ne semblent pas poursuivis avec autant de rigueur. La plus grande urgence allait alors à un retour à la paix civile. La ‘’mise sous couvercle’’ en France des militants italiens de gauche les plus radicaux s’est opérée dans les années 1980, par consentement tacite entre les deux pays. Par la suite, aucune demande d’extradition n’a été adressée à la France, du moins avant le début du siècle. Plus récemment, une divergence s’est fait jour entre Paris et Rome, l’Italie s’éloignant de son pragmatisme initial pour adopter une posture plus nationaliste et plus revendicative. L’humeur du moment ignore généralement l’Histoire et les racines anciennes des problèmes. C’est le court-termisme, encore synonyme d’électoralisme à courte vue. Frustrer l’opinion italienne de son désir de sanction n’est pas une option réjouissante. Mais se renier et répudier le Droit n’est pas plus glorieux.