* 22 juillet – La foi du charbonnier nous guide

Avec la mise en maintenance, le 11 juillet, des deux gazoducs Nord Stream 1, s’ouvre pour l’Allemagne et l’Europe une période d’incertitude énergétique. Le gaz russe sera-t-il rebranché ? Oui, semble-t-il mais de façon parcimonieuse, avec pour but de jouer avec les nerfs des Européens et avec l’illusion de pouvoir maintenir une dépendance devenue toxique.

Pour l’instant, comme pour la moutarde, l’approvisionnement s’est fait de plus en plus difficile, depuis quelques semaines. On voit bien qu’il pourrait se tarir complètement. En France, le gouvernement appelle les distributeurs à ‘’se mettre rapidement en ordre de bataille’’ pour faire face à la grande probabilité d’une coupure. Telle est la consigne lancée par Bruno Le Maire, même si, selon lui, la France bénéficie d’une situation ‘’plus favorable’’ que ses voisins. La notion est toute relative. La Commission européenne propose, pour sa part, que chacun diminue rapidement de 15 % sa consommation de gaz. En vertu de quoi, les membres  »disciplinés » s’ouvriraient un droit à la solidarité des autres, si les temps devenaient invivables. Avec aigreur, les pays du Sud interprètent ce plan comme équivalent à  »payer pour la dépendance allemande au gaz russe » et donc pour les choix erronés faits par Berlin.

Si l’embargo russe paraît inévitable, beaucoup d’industries dépendant directement du gaz vont souffrir. Ceci affectera leur capacité-même à produire, comme on le voit déjà en Allemagne, chez BASF ou chez Uniper. Certains experts prédisent que la moitié de ces firmes pourrait mettre la clé sous la porte.

Qui donc sacrifier dans une situation de  pénurie : les industries, les transports, les ménages, les administrations ? Si les industries opèrent en première ligne, à l’arrière, les ménages vont écoper du plus dur des désagréments. Manger ou se chauffer (il faudra choisir) ? La facture Enedis ou Engie réglée par les consommateurs a déjà fortement augmenté et continuera à s’envoler à l’avenir. Le bois de chauffage a disparu du marché. Un retour de la ‘’chasse au gaspi’’ nous guette : gare au réglage trop élevé des radiateurs ou à la surconsommation sur l’autoroute !

Au lendemain de l’invasion de l’Ukraine, beaucoup avaient vu, dans les sacrifices imposés par cette  guerre, une sorte d’appel ou d’opportunité à prendre le grand tournant ‘’décarboné’’. Se dissocier du gaz et du pétrole pour passer aux sources d’énergies vertes pouvait permettre à l’Europe d’entamer vraiment sa transition verte vers le zéro émission de CO2 visé pour 2050. C’eût été se propulser à hauteur des enjeux qui attendent les prochaines générations. Oublions tout ça ! Le contraire se produit, carrément. L’alternative au gaz russe se trouvera finalement dans le bon vieux charbon gras et dans les huiles lourdes fossiles achetés au prix du Saint Emilion aux émirs du Golfe (l’arabo-persique ou celui du Mexique). Actuellement, la demande de houille atteint un pic à en exterminer les derniers climatologues survivants.

On assiste en fait à un choix apeuré des gouvernements, privilégiant la tranquillisation immédiate du consommateur en manque, déconnecté de la chose géopolitique. En d’autres termes (je me répète) : la peur d’une flambée de colère des gens, l’hiver prochain, l’emporte sur l’intérêt de tous à réduire les dégâts climatiques et ceux de la guerre à plus long terme. Les successeurs des successeurs (etc.) des actuels dirigeants se débrouilleront bien du problème. Comme en toute affaire médiatico-politicienne, le court-termisme sortira en grand vainqueur.

Rassurez-vous ! Dans trente ans, de nébuleuses énergies renouvelables devraient remplacer complètement notre bon vieux gaz fossile actuel. Il s’agirait d’éthers produits dans des méthaniseurs agricoles, accessoirement, d’autres tirés des boues de stations d’épuration ou encore d’installations de stockage de déchets. On nous dit que plus de trois cents de ces machines aux mauvaises effluves seraient déjà raccordées au réseau. Mais, pourra-t-on attendre trente ans encore ? Ce ne sera peut-être pas nécessaire. D’ici là, il suffirait de transformer en gaz new look les riches ressources agricoles d’une Ukraine russifiée et de son maître russe. Comment ça, le serpent se mord la queue !!