Du déconfinement à la déconfiture

 

L’Ours a de gros doutes sur l’Exécutif

En 2006, la France a reçu les félicitations de l’OMS comme étant ‘’le pays le mieux armé du monde face aux pandémies. A l’époque, l’EPRUS (Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires), une agence du ministère de la Santé, récemment créé sur le modèle américain, stockait plus d’un milliard de masques chirurgicaux et près de 3000 millions du modèle FFP2. Un méga-arsenal d’antibiotiques et de rétroviraux avait été constitué, dans le souci, déjà, de sortir d’une dépendance exclusive des fournisseurs asiatiques. La lutte contre les pandémies et celle contre le bioterrorisme étaient considérées comme des sœurs jumelles. Puis, en 2009, la grippe H1N1a a contaminé tout le système. Récit d’une catastrophe due à la bêtise. En effet, En avril 2009, l’OMS lance une alerte internationale concernant un virus mortel de la grippe A, baptisé H1N1 arrivé du Mexique. Roselyne Bachelot, la ministre de la santé se démène comme une diablesse pour mobiliser les moyens de l’urgence, mais l’épidémie parvenant au stade 4, sur une échelle de sept niveaux, François Fillon passe le relais au ministère de l’Intérieur (dans l’idée que la maladie devenait surtout une menace pour l’ordre public). Le stock de réserve se monte alors à 2,3 milliards de masques, destinés à une distribution gratuite à la population.  Mais la création concomitante des agences de santé régionales et l’adoption de nouvelles règles comptables dans la gestion des hôpitaux créent de sérieux flottements, au mauvais moment. Voilà le fonctionnement du système hospitalier sommé de répondre au modèle de fonctionnement de l’Entreprise ! Accusée d’en avoir trop fait et pour trop cher, dans ses efforts pour endiguer la pandémie (laquelle reste marginale et contourne grosso-modo la France). Face à un stock de vaccins aussi surdimensionné qu’inutile (94 millions de doses dont 6 millions seulement seront utilisées), la ministre de la Santé est devenue la cible des médias et du monde politique, majorité et opposition. Un jugement accablant à son endroit est émis par la Cour des comptes. Il a abouti à assimiler le principe de précaution en matière anti-pandémique à une vaste gabegie de trouillards. La politique sanitaire pour laquelle l’ONU tressait des lauriers à la France connaît dès lors une inexorable déconfiture. Elle passe totalement à la trappe. Cette première démission entérine une prise de pouvoir du Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN) sur la politique sanitaire française en temps de crise. Toujours l’ordre sécuritaire en premier…

– On connaît la suite : le court-termisme adulé par les comptables de Bercy et l’obsession des préfets pour l’ordre public, les médecins ruant dans les brancards mais sans effet, le gouvernement régnant sur un ‘’ailleurs’’ étranger aux Français. Ce joli monde a hardiment poursuivi sa politique de ne rien faire, alors que le Covid arrivait en France dès la fin décembre, on le sait maintenant. Critiquons plutôt les Chinois (ça ne mange pas de riz). La maladie ‘’non-transmissible entre humains’’, les masques ‘’inutiles pour le commun des mortels’’, la situation, bien sûr, ‘’sous contrôle’’, patati et patata ! L’électorat convoqué en pleine flambée épidémique; l’agence France-Santé incapable de trouver masques et respirateurs; les préfets confisquant les commandes faites par les collectivités voire les fournitures en transit vers d’autres Etats et, last but not least, les plus jeunes enfants appelés, le 11 mai, à ‘’tester le déconfinement’. Les Français l’ont interprété comme un substitut à la garde d’enfants visant à libérer les parents pour les remettre au travail. Ces habiles dirigeants sont-ils suffisamment compétents pour mener à bien le très délicat déconfinement du Pays ? Le Gouvernement a, en tout cas, une drôle de façon de se défausser de ses responsabilités sur le dos des maires (à eux de gérer le déconfinement), sur celui des employeurs (c’est pour rouvrir les entreprises que l’on déconfine par le bas), sur le râble des transporteurs (à eux d’assurer partout les mesures de protection), et sur la blouse des soignants (c’est eux qui pensaient priver de masques les citoyens lambda et la seconde vague éventuelle sera pour leur pomme). Cela donne l’impression d’une équipe dirigeante et d’une haute administration fiévreuses et un peu dépassées, qu’obsède principalement la perspective de procès en série et le désordre dans la rue, le jour d’après. Un tel spectacle mine tristement la confiance citoyenne plutôt que de renforcer une cohésion nationale, à vrai dire très peu française. Il est plus que probable que l’Exécutif français n’avait pas évalué les incidences économiques du confinement instauré dans la précipitation. Le Conseil scientifique désavoue les choix qu’il opère. Qu’importe ! Même les sages du Sénat en viennent à rejeter le plan sanitaire et votent leur immunité juridictionnelle en la matière. Pourtant, la France est le pays d’Europe qui affiche la plus forte contraction du PIB, sans avoir mieux résisté que d’autres au virus. Heureusement, tout un chacun se contente, faute de mieux, de devenir, pour une part de ses revenus, salarié de l’Etat. Plus forte la récession, plus vindicative l’humeur publique. Il est peut-être temps de s’installer en Allemagne avant que la rage ne flambe du ord au Midi. Signé l’Ours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s