* 15 décembre – L’Europe et la Lune

Oyez, braves gens ! La France a décroché la Lune ! La présidence de l’UE lui revient – DE DROIT – à compter du Jour de l’An, pas besoin de la saisir de force : ça vous pose son homme, non ? ‘’Son homme’’ car la présidence de la Belle Forteresse revient, tous les treize ans, au président de l’Hexagonie, qui aura su attendre son tour. Tous ne sont pas appelés à siéger sur le trône de Charlemagne. La charge peut être déléguée aux chambellans, connétables ou aux missi dominici, mais les vilains, eux, se contenteront d’admirer, saisis d’une immense fierté patriotique.

La couronne européenne tourne tous les six mois, pour ne pas pérenniser l’autocratie continentale d’un seul prince sur 450 millions de sujets subjugués.  En fait, il est des institutions plus stables dans l’UE : le Conseil, le Parlement européen, la Commission, la Cour de Justice. L’éphémère règne d’un suzerain national ne défait pas leurs compétences, comme certains aimeraient nous en conter.

D’ailleurs, le premier des Français va devoir aller présenter ses hommages aux princes-électeurs de Bruxelles. Et avec empathie, dévoiler ses plans d’action, sa feuille de route, le 19 janvier. S’il les irrite par trop ou s’il les ignore, le Maître de l’Agenda sera battu froid et devra oeuvrer dans le vide. Maître de l’Agenda est le terme adéquat en ce sens que son pouvoir s’exercera précisément sur l’ordre du jour des travaux européens. Il pourra tenter de faire avancer des items préexistant à son règne au sein de la complexe machinerie  »unionienne » et, s’il se montre habile, les faire avancer un peu plus vite que d’autres. Au passage, il lui faudra parvenir à convaincre les autres princes dont le roi du Conseil, S.M. Charles Michel, et la reine Ursula van der Commission. Ces puissants étrangers aiment bien la France mais ils se gardent un peu de la fougue (désordonnée ?) de son aristocratie chevalière… et parfois cavalière.

– Donc, la charte de l’UE acculera le souverain hexagon au dialogue avec ses pairs, au profit de cotes mal-taillées (résignons-nous !) et de compromis qui ne le glorifieront peut-être pas ses armes, quand il réintégrera son château de l’Elysée.

Cela peut s’avérer embêtant, quand = ‘’en même temps’’ = on mène forte campagne pour être réélu de ses sujets sur le trône de Saint Louis ! Regardez sa marche contrainte : entre janvier et mars ou début d’avril, il pourra faire le croisade pour séduire ou intimider ses pairs. Mais, il faudra bien lui laisser avril, mai et un peu de juin pour fortifier son fief, n’en déplaise à Bruxelles et au monde ! Au lendemain du scrutin d’avril, la question se posera : le président de l’Europe sera-ce toujours lui ou le duc félon qui l’aura défait ? Ça, personne ne le sait, pas même l’intéressé, mais les cours d’Europe spéculent fort sur tel sujet. C’est quand même un peu gênant. Et si le sceptre passait à un autre (honni de lui), ce mauvais plaisant aurait-il le temps de défaire tout l’écheveau européen, pour tourner casaque en sens inverse comme les sujets-électeurs l’auraient quéri ?

Tout successeur se devra d’avoir bonne santé et des neurones rapides, car une diversion en marche butera sur un vrai champ de bombardes, préparé pour le contraindre. L’actuel futur-président conviera, en mars, un grandiose sommet du Drap d’or, en son royaume de République de France (Amiens ? Versailles ? Neuilly ?). Selon les normes usuelles, l’Evènement serait plutôt d’usage à Bruxelles, mais le pays de Louis XIV préfère briller naturellement en ses beaux châteaux plutôt qu’à la station métro Schuman… et puis la France n’est quand même d’essence à se plier sans broncher aux mœurs de la meute des 26. Maître absolu de la belle parole, Rex Emmanuel saura envouter le gratin du gratin européen à la galerie des glaces et dans les bosquets. Ils le suivront – sous hypnose – et aucun n’avalera l’antidote avant d’être rentré en son fief. Puis viendront avril… puis juin.

Oyez ! Et si la France se plantait et qu’elle sorte déconfite du jeu dichotomique de ses arcanes de pouvoir ? L’Europe en pâtirait-elle ?

  • L’Ours : ‘’Arrêtez donc de faire de la politique politicienne !’’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s