* 19 octobre – Réseaux criminels

Brèves des jours précédents

La tragédie du collège Bois d’Aulne, à Conflans Ste Honorine, résulte, pour une grande part, des ramifications mondiales de la haine imbécile. Il est établi que, sans les multiples relais qui ont fait une cible d’un enseignant simplement appliqué à son métier (et à la société à laquelle il consacre sa mission pédagogique), l’assassinat horrible n’aurait pas eu lieu. L’incident de la carricature aurait été réglé au niveau du collège et d’ailleurs, c’était le cas. C’est quand des faiseurs de trouble internationalisent – consciemment ou non – ce type d’affaires que la terreur s’en empare. Voilà bien une fonction caractéristique des réseaux prétendument ‘’sociaux’’, qui répandent dans les recoins de la planète la haine sociale et culturelle, dans le plus parfait anonymat.

Dès l’origine, l’attentat contre Charlie hebdo, a résulté de l’abyssal décalage mental et de temporalité qui pousse à l’incompréhension et à l’affrontement des personnes de sociétés, qui s’ignorent au fond et se détestent à titre de réflexe défensif. Ceci n‘est pas pour dire que ce phénomène d’éclatement et de durcissement des comportements, alors que l’information (déformée) inonde le globe, provoquant des  »passages à l’acte,’’ vaut  circonstance atténuante aux apprentis terroristes de tous poils. Bien au contraire, une société de (relative) liberté et de démocratie a aussi dans son essence de placer chacun devant ses responsabilités pénales. Si elle ne le fait pas, elle disparait et, à cet égard, on ne peut que déplorer qu’il y ait si peu de procès en justice pour tant de tueurs illuminés. Mais la même société doit aussi anticiper et se prémunir contre les retours de flamme qu’un incident jugé chez nous anodin, va susciter dans des communautés très éloignées de nous, par la distance ou par le formatage mental.

Dans le drame de Conflans, la montée locale de la tension a été gérée. Pas l’énorme caisse d’amplification que créent les réseaux sociaux. On ne peut pas contrôler l’illuminé, voyou psychotique qui vous veut du mal sous d’autres latitudes. La diplomatie peut, au mieux, tenter de corriger, avec des effets limités, l’image que donne d’elle-même la société française dans cette vaste nébuleuse. Mais on doit défendre le système d’éducation de la République destiné à tous, sans exception. Il faudrait aussi réguler les réseaux transmetteurs de la haine criminelle et le faire plus sérieusement qu’actuellement. YouTube (Google) a tué dans cette affaire. Facebook, Instagram, etc., dans d’autres. Il va falloir confiner les populations à distance des effets toxiques de ces outils infernaux et vénaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s