* 15 avril – Pensées sombres sur la Mer Noire

La situation continue de se tendre dans l’est de l’Ukraine. Sur la ligne de front du conflit avec les séparatistes prorusses, les incidents armés meurtriers se multiplient depuis plusieurs semaines. La trêve instaurée en 2020 a volé en éclats et ce changement de pied n’a pu être décidé qu’à Moscou. Kiev soupçonne que le Kremlin cherche un prétexte attaquer le Donbass, après que la Russie a massé plus de 80 000 soldats près de sa frontière orientale et en Crimée ,annexée après sa ‘’révolution orange’’ de 2014. Le conflit avait fait, plus de 13 000 morts et d’1,5 million de déplacés dans les territoires ukrainiens frontaliers de Lougansk et Donetsk. L’intensité des combats avait fortement baissé après la signature, au printemps 2015, des accords de Minsk, dont le France, avec l’Allemagne, est garante pour le camp occidental. Aujourd’hui, la boucle est bouclée : le président, Volodymyr Zelensky, en treillis de combat, se rend sur les fortifications, face au dispositif russe, à proximité de Lougansk. Kiev affirme adopter une posture purement défensive et ne pas vouloir tirer la première salve, mais se prépare ostensiblement à subir une offensive militaire imminente.


La dégradation de la trêve a été évoquée au téléphone par Vladimir Poutine avec Angela Merkel, cette dernière engageant le président russe à alléger son dispositif offensif. Pour l’autocrate russe, ce serait au contraire Kiev qui orchestrerait des « provocations visant à aggraver la situation », étant entendu qu’une intervention russe ne serait pas exclue pour ‘’protéger la population (séparatiste) locale’’. Kiev affirme soutenir une solution « politique et diplomatique » pour récupérer les territoires qui lui échappent, mais ne cache aucunement que, face à l’expansionnisme russe, la principale garantie qu’elle recherche serait une adhésion à l’OTAN. Ce serait évidemment une ligne rouge dont le franchissement déchainerait la vengeance de Moscou. Sans risquer de s’engager en ce sens, le président Joe Biden assure néanmoins V. Zelensky de son ‘’soutien indéfectible’’. Il a aussi dépêché deux bâtiments de l’US Navy en mer Noire, dont Moscou cherche à faire un lac intérieur, ciblant en particulier le contrôle du port ukrainien de Marioupol. Les conditions d’une internationalisation du conflit sont donc réunies. Il y a quelque chose d’évocateur du  »couloir de Danzig » ou de  »l’ultimatum sur les Sudètes », dans cette démonstration – très  »années 1930 » – de volonté d’annexion territoriale et d’espace vital ethnolinguistique. Mais ce pourrait être l’occasion, à l’inverse, d’un vaste deal entre Washington et Moscou, dans lequel la population de l’Ukraine n’aurait que marginalement voix au chapitre. On en est là.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s